Sergio Álvarez Moya : “Je dédie ma deuxième place à mon père et à Petr Kellner”

Voici la réaction de l’Espagnol Sergio Álvarez Moya, deuxième du Super Grand Prix du Longines Global Champions Tour, hier soir à Prague, avec Alamo “J’ai énormément de chance de pouvoir monter un cheval comme Alamo. J’ai tout fait pour qu’il arrive ici au top de sa forme. En piste, il donne toujours le meilleur de lui-même. Et je suis ravi de notre prestation d’aujourd’hui. Les deux manches étaient difficiles à sauter, peut-être un peu moins que l’épreuve d’hier soir (la demi-finale des play-offs de la Global Champions League, ndlr). C’est logique vu le plateau. Après avoir réussi le sans-faute en première manche, j’ai essayé de réussir un second sans-faute assez harmonieux. Je savais que Ben Maher et Henrik von Eckermann pourraient aller plus vite, mais je ne voulais mettre trop de pression sur Alamo et monter de façon déraisonnable. J’ai essayé de monter avec ma tête plutôt qu’avec mon cœur. Depuis quelque temps, après avoir raté le coche dans tant de grandes épreuves, je travaille sur moi pour essayer d’être plus raisonnable. J’aurais peut-être pu aller plus vite, d’autant qu’Alamo est très rapide, mais je savais qu’il n’y aurait qu’une poignée de doubles sans-faute dans cette épreuve, et je voulais absolument en faire partie, alors je suis très heureux. Et je ne peux que féliciter Ben et Henrik. Comme certains le savent, j’ai vécu saison très difficile. En début d’année, j’ai perdu mon papa. Quelques semaines plus tard, ma coéquipière Anna Kellnerová (au sein des Prague Lions dans la GCL, ndlr), a également perdu le sien (le milliardaire tchèque Petr Kellner, décédé lors du crash d’un hélicoptère en Alaska, ndlr). J’aurais aimé leur dédier une victoire, mais je leur dédie cette deuxième place.”