CSI 4* Wellington : Luiz Francisco de Azevedo ouvre les hostilités

Le très attendu CSI 4* de Wellington s’est ouvert par une victoire du Brésilien Luiz Francisco de Azevedo, jeudi 2 décembre. Pour la première épreuve internationale de la semaine, la piste du Palm Beach International Equestrian Center (PBIEC) a été confiée aux mains de l’Américain Anthony D'Ambrosio. Pour départager les quarante couples engagés dans cette épreuve dotée de 50.000$, le chef de piste avait dressé treize efforts, que quatorze duos sont parvenus à surmonter sans difficulté. Plus rapide que ses camarades du jour au barrage, Luiz Francisco de Azevedo a arrêté la montre en 35”889 avec Collin (ex Collin du Prieure de Seny). Absent des terrains de compétition internationaux la quasi-totalité de l’année 2020, le KWPN, fils de Colandro a regoûté à la victoire mondiale, après plus de deux ans de disette.

Mon cheval a été fantastique aujourd'hui. Je le monte depuis qu'il a sept ans et maintenant il en a quatorze. Je pense qu'aujourd'hui était l'une des meilleures épreuves de sa vie”, s’est réjoui l’Auriverde. “Je n'ai pas encore regardé la vidéo de son parcours, mais le sentiment était parfait. Je ne savais pas si j'allais participer au Grand Prix ce week-end parce que ce cheval n'a pas encore sauté un Grand Prix à cette hauteur à ce stade de sa carrière, mais au vu de la façon dont il a été génial aujourd'hui, j'y repense et nous pourrions y participer.

La finale au chronomètre a regroupé une ribambelle de nations. Le Brésil, les États-Unis, la Suisse, la Grande-Bretagne, l'Irlande, la République dominicaine, le Danemark et l'Argentine avaient tous une chance. À mi-épreuve, Luiz Francisco s’est installé en tête en détrônant Beat Mändli. Le Suisse, qui montait Dijon Terdoorn Z, a finalement terminé troisième, avec un double sans-faute conclu en 35”88. Les cinq derniers concurrents ne sont pas parvenus à déloger le Brésilien de son trône. Seul le redoutable Todd Minikus est parvenu à se hisser dans le Top 3, grâce à un solide double clear round signé aux rênes de Amex Z. Tous deux ont accroché le deuxième rang, en 35”921. De retour depuis quelques semaines, l’Américain ne cesse d’impressionner son monde et collectionne les classements. 

Je pensais que cela allait être assez difficile quand j'ai reconnu le parcours, parce qu'il était assez grand avec des obstacles délicats, donc je n'étais pas sûr que nous allions passer sans faute. Au final, nous avons eu quatorze sans-faute, ce qui était formidable pour ce barrage”, a analysé l’heureux lauréat. “Notre plan pour le barrage était de faire huit foulées du un au deux, ce qui était un peu long. C’était un risque, mais cela a fonctionné. Je pense que ce que nous avons vraiment bien fait, c'est le virage du deux au trois parce que c'était très serré avec une belle distance et de l'élan, donc cela nous a permis d'avancer pour le reste du parcours.” Collin, la monture de Luiz Francisco, est connu dans le monde du saut d'obstacles pour sa fabuleuse histoire, qui aurait pu tourner court. Destiné à l’abattoir, le bai est repéré, il y a sept ans, par un ami du Brésilien, qui en fait l’acquisition. La patience et l’entente du nouveau binôme paye rapidement et tous deux commencent à remporter des victoires. S’ils n’avaient plus gagné à l’international depuis 2019, les deux complices avait ravi deux Grands Prix nationaux ces dernières semaines. “J'ai vraiment de la chance car Collin a beaucoup de sang et est vraiment prêt. C'est certainement sa meilleure qualité”, a salué le cavalier. “Il fait toujours de gros efforts. Je n'utilise même pas d'éperons parce qu'il est si léger et qu'il est toujours prêt pour le prochain saut. Cela m'aide beaucoup.

Un peu plus tôt dans la journée, la Britannique Jessica Mendoza s'est elle aussi imposée, en selle sur Casanova 499. Elle a devancé l'Irlandais Simon McCarthy, aux rênes de Gotcha, et l'Américaine Georgina Bloomberg, qui misait sur Sempa Fidelis.

Les résultats complets ici.