Championnats de France Master Pro de saut d’obstacles : l’élite tricolore à Fontainebleau

Après deux années blanches en raison de la crise sanitaire, les championnats de France Master Pro de saut d’obstacles sont de retour au Grand Parquet de Fontainebleau, du 20 au 24 avril 2022.
Outre le Championnat de France Pro Élite, Critérium de France Pro 1, championnats de France Pro 2 et Pro 3, un concours international 4* sera organisé. Un nouveau format qui incite les cavaliers à être présents, à la grande satisfaction du staff fédéral et sa directrice technique nationale, Sophie Dubourg. “On ne peut pas obliger la participation des cavaliers aux championnats de France. Avec ce format, les cavaliers Pro Élite peuvent engager dans le CSI 4* et dans le championnat avec de jeunes chevaux d’avenir en vue des Jeux olympiques de Paris 2024. Le championnat de France aura toute sa place pendant ce CSI et nous privilégierons les résultats en Pro Élite pour les sélections des équipes qui seront présentes au Jumping international de La Baule en mai et dans les Coupes des Nations”.
Ce rendez-vous est également un vrai tremplin pour le haut niveau puisque le vainqueur du Critérium de France Pro 1 obtiendra trois sélections en CSI 3* durant la saison 2022. Le champion de France Pro 2 pourra goûter au haut niveau les temps d’un stage fédéral de deux jours avec les équipes de France seniors durant l’hiver 2022-2023. La prise en charge des intervenants, des infrastructures, ainsi que la location des boxes sera offerte au cavalier. De plus, tout le staff fédéral sera présent à Fontainebleau où un réceptif permettra d’accueillir cavaliers, propriétaires et entraîneurs.

Les “stars” de retour
En 2022, le Championnat de France Pro Elite aura un plateau de rêve, avec le retour de piliers de l’équipe de France tels que les champions olympiques par équipe Kevin Staut, Pénélope Leprevost et Roger-Yves Bost. Julien Epaillard et Simon Delestre, cavaliers du Top 20 mondial FEI seront également de la partie, tout comme le cavalier de l’équipe de France à Tokyo Mathieu Billot, ou encore le finaliste de la Coupe du monde Gregory Cottard.
“Depuis plusieurs éditions, les meilleurs cavaliers français faisaient l’impasse sur le championnat de France au profit de concours internationaux organisés aux mêmes dates. Un choix qui peut se comprendre pour des cavaliers professionnels, mais qui pénalisait le championnat national. Organiser en parallèle un international quatre étoiles permet donc de résoudre cette équation, en attendant d’obtenir de la Fédération Équestre Internationale qu’elle réserve une date pour les championnats nationaux dans son calendrier, comme l’a demandé la Fédération Française d’Équitation”.