Aurélien Leroy dit au revoir à l’un de ses grands espoirs

Une page se tourne pour l’excellent Ermès Di Tai, en qui Aurélien Leroy fondait de grands espoirs. Sur ses réseaux sociaux, le Castrais a annoncé le départ de son complice de huit ans vers de nouveaux horizons. “C’est l’heure de dire au revoir à notre bel Ermès Di Tai, qui part rejoindre son nouveau propriétaire. Après une année passée sous ma selle, Ermès, à seulement huit ans, m’aura incontestablement aidé à progresser dans ma quête du sport de haut niveau, en m’accompagnant lors de mes deux premiers 5* et en épaulant Croqsel (de Blaignac, son cheval de tête, ndlr) et Vendôme (d’Ick, classée au plus haut niveau, ndlr) sur des épreuves à 1,45 et 1,50m, en obtenant régulièrement des classements. Ses capacités physiques et sa morphologie presque parfaite qui font de lui un cheval avec de grandes prédispositions pour le sport de haut niveau m’ont impressionné dès la première fois où je l’ai monté !”, a écrit le pilote de vingt-neuf ans. “Ermès était certainement un de mes plus grands espoirs pour mon avenir sportif à court terme, mais le destin en aura décidé autrement. Un grand merci à Serge Lenormand, naisseur et copropriétaire d’Ermès, qui a toujours beaucoup cru en lui et a permis que nos routes se croisent, merci également à mon ami Stanislas De Malet de m’avoir fait confiance en devenant copropriétaire d’Ermès. Merci à toi champion, un vrai regret de te voir partir mais très heureux que tu intègres une belle écurie avec des gens très compétents qui prendront soin de toi comme tu le mérites. Je souhaite bonne chance à ses nouveaux propriétaires. L’avenir est devant nous… Ermès vient d’avoir deux propres frères qui sont nés il y a tout juste trois semaines !”

Né chez Serge Lenormand, qui est aussi à l’origine du crack Croqsel, le plaisant bai est un fils de Canturano et Vittoria Di Tai, une fille de L’Arc de Triomphe. De sa souche maternelle, sont notamment issus Weihaiwej, double championne du monde sous la selle de Franke Sloothaak aux Jeux équestres mondiaux de La Hague en 1994, ainsi qu’Asha Di San Patrignano, qui a évolué jusqu’à 1,50m sous selle italienne. Lancé en compétition par Victor Laudet à cinq ans, le Selle Français aura rejoint Aurélien Leroy au printemps de ses sept ans, après une formation rondement menée. Ensemble, le néo-duo s’est ensuite illustré sur des épreuves réservées aux jeunes chevaux, avant de passer à la vitesse supérieure cette année, jusqu’à se classer à 1,45m dans le superbe écrin du CSIO 5* de La Baule. “Croqsel et Ermès sont sans doute les meilleurs chevaux que j’aie montés jusqu’à maintenant”, confiait même l’ancien complétiste auprès de Studforlife. Pour l’heure, l'identité du nouveau cavalier du bai n’a pas été révélée, bien qu’il semblerait qu’il rejoigne une écurie irlandaise également implantée aux Etats-Unis.