Les chemins de Rolf-Göran Bengtsson et Ermindo W se séparent

C’est sur les réseaux que Rolf-Göran Bengtsson a annoncé qu’il ne monterait plus Ermindo W. Amené sur la scène internationale par la Suédoise Victoria Almgren, le fils de Singapore rejoint le champion d’Europe individuel de 2011 en 2016 alors qu’il n'est âgé que de sept ans. Prenant le temps de former l’étalon, le Suédois l’engage à neuf ans sur son premier CSI 5*. Ce n’est pourtant qu’en 2021 qu’Ermindo et Rolf-Göran Bengtsson sont appelés pour la première fois en Coupe des nations, à l’occasion du CSIO 5* de Saint-Gall. Pénalisés de neuf et quatre points lors de cette dernière, ils ne renversent pas la moindre barre lors de celle de Rotterdam quelques semaines plus tard. Réserviste aux Jeux olympiques de Tokyo, la paire est ensuite sélectionnée pour s’élancer sur la piste en herbe de Riesenbeck lors des championnats d’Europe Longines. Après une quatrième place par équipes, elle parvient à se classer treizième en individuel.   

Après une saison 2022 ponctuée, notamment, par une dixième place dans le Grand Prix du CSIO 5* de Falsterbo, le couple est une nouvelle fois appelé comme réserviste au sein d’une équipe Suédoise de très haut niveau à l’occasion des championnats du monde Longines d’Herning. Courant le CSI 3* qui se tient en parallèle, il se classé septième du Grand Prix.  
Finalement, c’est à Calgary, à l’occasion du mythique CSIO 5* de Spruce Meadows que Rolf-Göran Bengtsson et Ermindo W ont pu montrer, une dernière fois, leur talent. Signant deux parcours parfaits dans la Coupe des nations, le duo a ainsi très activement participé à la victoire de la Suède et s’est offert une ultime remise des prix.       

“Ermindo, toujours ambitieux, intelligent et plein d'énergie ! C'était un plaisir de te monter sur les parcours les plus difficiles à travers le monde. Merci pour ces moments inoubliables. Tous nos vœux aux nouveaux propriétaires, nous vous suivrons certainement” a ainsi conclu le Suédois.   

Pour autant, ce dernier, excellent formateur de chevaux, ne devrait pas s’inquiéter de la suite de sa carrière. Il compte notamment, dans son écurie, le vainqueur du championnat du monde des chevaux de sept ans de Lanaken, Caillan, qui n’est autre qu’un fils de l’exceptionnel Casall Ask, incroyable performeur sous sa selle.