Fini le haut niveau pour Tina Cook

Parmi les figures majeures de l’équipe britannique de concours complet depuis plusieurs décennies, Tina Cook a annoncé au média Horse and Hound qu’elle se retirait du haut niveau. La cavalière de cinquante-deux ans explique vouloir continuer à former des chevaux jusqu’en 3* ainsi qu’être davantage auprès de ses enfants Isabelle et Harry, âgés de dix-sept et quinze ans. “J’ai eu une carrière fabuleuse”, s’est notamment réjouie la Britannique, qui a dû dire adieu à son dernier grand cheval, Billy The Red, médaillé d’or par équipes aux Européens de Strzegom en 2017, d’argent collectif deux ans plus tard à Luhmühlen, neuvième des Jeux équestres mondiaux de Tryon et réserviste pour les Jeux olympiques de Tokyo. Mis à la retraite à quinze ans, l’alezan a dû être endormi. Un épisode “incroyablement triste” pour la Britannique. Billy The Red était l’unique cheval de haut niveau de Tina Cook, l’écart de niveau avec ses autres montures étant particulièrement important, celle-ci a donc préféré raccrocher les bottes. “Le fait de ne pas être dans l’équipe de Tokyo a été une sorte de prise de conscience car je pensais que Billy pourrait être compétitif. Mais lorsque de plus jeunes cavaliers se font une place – ce qui doit arriver, le contraire serait inquiétant – il est peut-être temps de se retirer avec grâce”, explique aussi Tina Cook. 

La carrière de Kristina Cook a notamment connu des sommets avec deux participations aux Jeux olympiques, dont la représentante de l’Union Jack est revenue avec le bronze par équipes et en individuel en 2008 à Pékin grâce à Miners Frolic. Quatre ans plus tard, celle-ci a participé à l’argent collectif, toujours sur le hongre par Miners Lamp. Entre temps, ce même Miners Frolic l’avait également propulsée sur le toit du monde aux côtés de ses coéquipiers à l’occasion des Mondiaux de Lexington.