CHI-W Bordeaux : la “battle” de dressage revient aux Snipers

Initiée par Marc Boblet, la “battle” de dressage organisée dans le cadre du CHI-W de Bordeaux avait connu sa première édition en 2019, où l’ancien cavalier de Whitni Star et Noble Dream avait affronté l’actuelle cheffe de file du dressage tricolore, Morgan Barbançon Mestre, dans un show jugé à l’applaudimètre. Hier, la soirée mêlant sport et spectacle s’est déroulée sous une forme plus élaborée, mise en scène dans l’esprit d’une “battle de hip-hop ou de breakdance”. Le but, explicitement décrit par le speaker de l’événement, était de “rendre le dressage plus drôle, plus ludique, et peut-être plus moderne” et attractif pour le grand public. Pour cela, un DJ était présent pour animer la soirée, et le jury devait expliciter ses notes aussi bien techniques qu’artistiques, ce qui n’est pas sans rappeler des initiatives déjà mises en place ailleurs, comme lors de la finale du Nürnberger Burg-Pokal destiné aux meilleurs chevaux allemands de sept et huit ans. Ce jury, était composé d’Annick Dauban, juge internationale de niveau 3, Jean Morel, sélectionneur de l’équipe de France, et Chris Marques, danseur et chorégraphe connu notamment pour son rôle d’expert dans Danse avec les Stars. Par ailleurs, le vote du public, enregistré via une plateforme web, était comptabilisé à hauteur de 40 % dans le résultat final des équipes.

Les Snipers, portant la couleur bleue, regroupaient Marc Boblet, Mado Pinto, jeune cavalière de vingt ans, et un membre mystère, dont le nom n’a été dévoilé qu’en début de soirée… et qui n’était autre que Karim Laghouag. Quant aux Showriders, en rouge, ils étaient représentés par Carlos Pinto, Pierre Volla et Alexandre Chéret, un autre jeune cavalier. Dans une première manche où chaque couple disposait de quatre-vingt-dix secondes pour présenter des exercices au trot, les appuyers et allongements se sont enchaînés, débouchant sur la victoire du premier collectif cité. Plus varié au niveau des exercices proposés, le second acte, consacré au travail au galop, a notamment été marqué par la performance du Portugais Carlos Pinto, qui a enchaîné les triples pirouettes à une main, rappelant l’équitation ibérique, aux rênes du puissant gris Fugaz da Lagoalva. C’est d’ailleurs son équipe qui a remporté cette manche, provoquant alors une finale où piaffer, passage et autres séries de changements de pied se sont succédé. Finalement, ce sont les Snipers qui se sont imposés, grâce à une chorégraphie plus élaborée débutant par un doubler au passage avec les trois couples du collectif au botte-à-botte, durant laquelle on a aussi vu Mado Pinto réaliser plusieurs pirouettes au piaffer avec son Sirano de Luxe.

D’ailleurs, comme Jean Morel l’a souligné à plusieurs reprises tout au long de cette soirée où le public, visiblement conquis et venu en nombre, a participé à créer une excellente ambiance, tout comme les athlètes, tous décidés à faire le show, les deux jeunes cavaliers ont réalisé des performances remarquables compte tenu de la difficulté de se produire dans un tel contexte. Sportivement, on retiendra notamment le beau piaffer de Bamona avec Alexandre Chéret ainsi que la performance globale, décrite par Jean Morel comme “agréable et rafraîchissante”, de Mado Pinto, qui a présenté son Sirano dans une très belle attitude et a notamment excellé dans les appuyers au trot en début de compétition.