À Wellington, Shane Sweetnam et Alejandro mettent l’Irlande à l’honneur et s'offrent leur plus belle victoire

Après la victoire de l’Allemand Daniel Deusser et de sa géniale Killer Queen VDM la semaine dernière, l’Europe s’est une nouvelle fois imposée à Wellington, aux États-Unis. Cette fois, l’Irlandais Shane Sweetnam a brillé outre-Atlantique. En habitué de la Floride, le pilote de tout juste quarante ans a imposé de mains de maître son tout bon Alejandro. Le duo a supplanté le couple champion d’Europe en titre, formé par le Suisse Martin Fuchs et l’exceptionnel Clooney 51, ainsi que l’Américain Devin Ryan, associé à Eddie Blue.



Couru en nocturne, à 19h30 aux États-Unis, samedi 13 février, le tout premier Grand Prix CSI 5* de l’année a vu quarante couples s’affronter. Le tracé concocté par le Britannique Kelvin Bywater a posé quelques soucis. En effet, certains cadors de la discipline ont préféré jeter l’éponge. Ce fut le cas pour l’Américain McLain Ward, associé à sa très performante Noche de Ronda, lauréate d’une belle épreuve il y a quelques semaines, ainsi que pour le Belge Nicola Philippaerts ou encore l’Égyptien Nayel Nassar, pourtant impeccable en première manche la semaine dernière avec le crack de sa fiancé Jennifer Gates, Darry Lou. Darragh Kenny et son élève Teddy Vlock sont aussi passés à côté, accusant les lourds scores de douze et seize points de pénalité, respectivement aux rênes de Scarlett du Sart Z et l’ancienne monture d’Alexandra Francart, Volnay du Boisdeville. Lauréat la semaine passée du Grand Prix CSI 4*, l’Allemand Daniel Deusser a essuyé deux fautes avec sa puissante Killer Queen VDM, tandis que le Britannique Ben Maher et son fantastique Explosion W ont été privés de barrage pour une barre renversée.

Fort heureusement, les douze meilleures paires du jour ont tiré leur épingle du jeu et se sont qualifiées pour l’ultime parcours de la soirée. Parmi celles-ci, Martin Fuchs - venu passer l’hiver en Floride comme quelques Européens - et Clooney 51, sacrés champions d’Europe à Rotterdam en 2019, ont signé un parcours parfait pour leur grand retour à très haut niveau. La paire n’avait plus pris part à une épreuve de ce niveau depuis leur victoire dans le Grand Prix du CHI de Genève en 2019 ! Leur sans-faute a été imité par les deux Irlandais Shane Sweetnam et Bertram Allen, ainsi que les Britanniques Jessica Springsteen et Emily Moffitt. À domicile, Devin Ryan, Beezie Madden, et Jessica Springsteen se sont aussi ouvert les portes du barrage, tout comme le duo père-fille formé par le Canadien Mario et l’Américaine Lucy Deslauriers.



Retour en grande forme pour Clooney 51

Le génial Eddie Blue n'a rien perdu de sa superbe.

© Sportfot

Premier à s’élancer au barrage, l’Étatsunien Devin Ryan, médaillé d’or par équipes aux Jeux équestres mondiaux de Tryon en 2018 avec le même Eddie Blue, a imposé un premier chronomètre de référence en franchissant la ligne d’arrivée en 38”748. “J'ai senti qu'[Eddie Blue] sautait vraiment ce soir, alors j'ai décidé d'essayer un peu”, a commenté Devin Ryan à l’issue de son parcours avec son fils de Quamikase des Forêts, renommé Zirocco Blue. “Il a une grande foulée, mais ce n'est pas le cheval le plus rapide dans les airs. La monture de Shane (Sweetnam, ndlr) est un peu plus rapide au sol, et Martin (Fuchs, ndlr) a fait un meilleur tracé que moi. J'aurais peut-être pu retirer quelques foulées à certains endroits en faisant un demi-tour un peu plus serré. Je n'ai pas vraiment participé à un barrage depuis un certain temps ou de façon régulière (la paire avait cependant remporté une Grand Prix CSI 4* à Lexington en octobre dernier, ndlr), et je pense qu'à ce niveau-là, on est un peu rouillé. Je voulais juste faire un bel effort pour les pousser à venir me chercher, et cela a semblé plutôt bien fonctionner.

Les cinq couples suivants à entrer en piste ont tous commis une faute, avant l’arrivée des champions Martin Fuchs et Clooney. Les deux inséparables ont abaissé le chronomètre à 37”163, grâce à un tracé presque parfait. “J’ai fait une foulée supplémentaire entre le numéro trois et le numéro quatre, qui étaient les numéros un et deux du tour initial, et c'est là que je l'ai perdu contre Shane (Sweetnam, ndlr), qui a fait un très beau barrage”, a analysé l’Helvète. “[Shane Sweetnam] n'avait pas l'air de prendre autant de risques ; il a juste laissé son cheval galoper et il nous a tous battus aujourd'hui.” Depuis décembre 2019, et en raison de la pandémie mondiale de Covid-19, le fils du génial Cornet Obolensky, Clooney, n’avait pris part qu’à une poignée de CSI 2*. Mais cela n’a pas perturbé l’expérimenté hongre, qui prend déjà quinze ans en 2021. “Quand vous avez une année sans grands concours et sans grandes compétitions, tout vous semble à nouveau comme neuf”, a détaillé Martin Fuchs. “J'étais très nerveux aujourd'hui avec Clooney, même s'il a tout fait. Je n'étais pas sûr de la façon dont il allait se comporter le premier soir, la première fois dans une épreuve majeure, contre les meilleurs chevaux du monde. C'est vraiment satisfaisant de voir que tout est encore en place et que pour moi, en tant que cavalier, je fais toujours les bons choix et mon cheval participe toujours à la compétition comme il l'a fait il y a quatorze mois.

De retour après plus d'un an d'absence au plus haut niveau, Clooney 51, crack de Martin Fuchs, démarre 2021 de la plus belle des manières.

© Sportfot



Mais, finalement, c’est bien l’Irlandais Shane Sweetnam qui a pris le meilleur sur ses concurrents hier soir. Alejandro, sa monture du jour, a remporté sa plus belle victoire. La paire ne s’était encore jamais imposée à l’international, et avait signé sa plus belle performance en Grand Prix lors du Longines Global Champions Tour de Londres, en 2019. Là-bas, le duo avait décroché une deuxième place, derrière le véloce Ben Maher. “De toute évidence, Clooney est l'un des meilleurs chevaux du monde, et j'ai regardé Devin (Ryan, ndlr) qui montait au début et j'ai vu son temps, alors j'ai juste pensé à avoir un bon rythme dès le départ et j'ai essayé de faire comme Devin”, a déclaré Shane Sweetnam à propos de son plan. “J'ai un cheval très vite au sol, et rapide dans les airs. C'était très serré à la fin, il fallait donc avoir un peu de chance pour gagner et c'est arrivé aujourd'hui.

J’ai eu [Alejandro] quand il était encore très vert et inexpérimenté, et nous avons construit une grande relation”, s’est réjoui l’Irlandais. “[La pause liée au] Covid-19 a été bonne pour lui parce qu'elle lui a donné le temps de se détendre un peu, sans avoir à voyager et à faire des concours plus importants. Depuis lors, il est vraiment en forme et s'est placé dans les trois ou quatre premiers de chaque Grand Prix qu'il a fait. Au début du circuit, j’ai gâché mon barrage dans le Grand Prix 3*. J'étais trop loin du dernier obstacle et je m’en suis voulu. Ce n'était pas vraiment de sa faute, alors je me suis rattrapé aujourd'hui et il a fait la différence.

Les résultats complets ici.