Le maître du complet Michael Jung s’adjuge le Grand Prix CSI 4* de Mannheim pour un centième

Le CSI 4* de Mannheim, en Allemagne, s’est conclu aujourd’hui par la victoire dans le Grand Prix de Michael Jung et FischerChelsea, représentants du pays hôte. Le duo, déjà lauréat d’un Grand Prix labellisé 4* à Dortmund en 2019, s’est imposé pour un centième d’avance devant leur compatriote Maurice Tebbel, aux rênes de Don Diarado. La domination germanique aura été forte avec quatre cavaliers de la Mannschaft dans le top cinq. Seul le Suédois Douglas Lindelöw a réussi à s’intercaler à la troisième place avec Casquo Blue, dans une épreuve qui s’est jouée tout du long avec un fort vent. Présent au barrage avec Visconti du Telman, Kevin Staut s’est classé douzième après une faute.



Un centième a privé Maurice Tebbel et Don Diarado de la victoire.

© Sportfot

Véritable maître du complet et notamment triple médaillé d’or olympique avec son excellent La Biosthetique - Sam FBW, Michael Jung ne cesse de démontrer son habilité sur les terrains de saut d’obstacles purs depuis plusieurs années maintenant. L’Allemand a ajouté une nouvelle victoire à la liste déjà impressionnante de ses succès aujourd’hui, en remportant le Grand Prix à 1,60m au CSI 4* de Mannheim. Celui qui deviendra père pour la première fois dans les prochains mois avait choisi de seller pour l’occasion sa compétitive FischerChelsea, avec laquelle il évolue en CSI depuis le début de l’année 2016.

Huitièmes à s’élancer au barrage, le cavalier de trente-huit ans et sa fille de Check In 2, âgée de treize ans, ont largement descendu le temps de référence de 43’’22 imposé quelques passages plus tôt par Douglas Lindelöw et Casquo Blue, franchissant la ligne d’arrivée en 41’’85. Parti dans un rythme d’enfer qu’il a conservé tout au long du parcours raccourci à huit obstacles et neuf efforts, le duo a connu un petit sursis, l’agile baie pédalant au-dessus de l’oxer sept mais réussissant à s’en sortir sans encombre.

Parti deux numéros après, son compatriote Maurice Tebbel a cru pouvoir prendre la tête du classement provisoire. Associé à Don Diarado, un étalon de douze ans qui lui a permis d’obtenir le bronze par équipes aux Jeux équestres mondiaux de Tryon en 2018, le jeune Allemand a tout donné, serrant ses courbes et galopant sans reprendre dans la dernière ligne, pour finalement voir s’afficher un chronomètre de 41’’89. Rageante deuxième place pour un centième de trop! Tous deux ont néanmoins certainement marqué de précieux points avec cette performance, en vue des échéances olympiques et européennes de cet été. À noter qu’il y a moins de dix jours, le couple a remporté son premier Grand Prix à l’occasion du CSI 2* d’Hagen.

Maurice Tebbel a été le seul avec Don Diarado à inquiéter Michael Jung, puisque le dernier barragiste en lice, Denis Lynch, a réalisé le parcours le plus rapide en 40’’84. Malheureusement, l’Irlandais n’a pu éviter une erreur sur le fautif oxer numéro sept, aux rênes de GC Chopin's Bushi, terminant ainsi en huitième position. L’hymne allemand a donc résonné en l’honneur du talentueux complétiste et sa Westphalienne, déjà lauréats en début d’année d’une épreuve à 1,55m avec barrage lors du CSI 4* de Salzbourg. Les deux complices ont ainsi ajouté un deuxième Grand Prix CSI 4* à leur palmarès, après leur première place en mars 2019 à Dortmund.

Michael Jung continue de se frayer une place au plus haut niveau, lui qui avait notamment pris part avec l’équipe d’Allemagne au CSIO 5* d’Hickstead en 2019, signant avec cette même FischerChelsea un premier tour à quatre points avant un second parcours parfait dans la Coupe des nations.



Domination allemande à domicile

Septième place pour Ludger Beerbaum et Mila.

© Sportfot

Si le Suédois Douglas Lindelöw a complété le podium avec son hongre de onze ans, déjà gagnant d’une épreuve à 1,50m plus tôt dans la saison à Vejer de la Frontera, les Allemands ont dominé les débats à domicile. Kendra Claricia Brinkop, cavalière depuis 2019 aux écuries Stephex, en Belgique, après avoir appris de son compatriote Marcus Ehning, s’est positionnée au quatrième rang. L’amazone de vingt-six ans, en selle sur sa jument de onze Kastelle Memo, a déroulé un parcours parfait en 43’’46. Avec un temps plus lent de 44’’79 aux rênes de Mandato van de Neerheide, Christian Ahlmann a, lui, terminé cinquième de cette épreuve.

Quatre autres barragistes ont porté les couleurs germaniques, et le Kaiser Ludger Beerbaum a été l’auteur du plus lent des sept doubles sans-faute. Le multi médaillé, qui prépare actuellement les championnats d’Europe de la discipline qui se tiendront chez lui, à Riesenbeck, en septembre, a assuré un second parcours parfait avec Mila, prometteuse grise de neuf ans par Monte Bellini.

Son lieutenant Christian Kukuk a de nouveau démontré tout le potentiel de son Mumbai, neuf ans. Le gris a réalisé de beaux tournants, mais a été piégé avec son pilote de trente et un ans par l’oxer numéro sept, concluant à la neuvième place.

Sophie Hinners, vingt-trois ans et déjà classée dans l’épreuve majeure hier avec Colour My Life H, a cette fois misé sur Vittorio. Premier couple de la liste de départ et d’un tour initial vierge de pénalité, le duo n’a pu réitérer dans la finale au chronomètre, fautant sur le vertical six. Leur temps de 44’’56 a octroyé à l’amazone et son Hanovrien de treize ans la onzième place finale.

Enfin, Finja Bormann, onzième barragiste, est parti dans un rythme soutenu avec Clippo 3, déjà sixième hier. En forme ces derniers mois, les deux complices ont néanmoins renversé deux obstacles pour conclure en treizième position.  

Le Suédois Douglas Lindelöw s’est emparé de la troisième place avec Casquo Blue.

© Sportfot



Kevin Staut classé

Dans un barrage fleuve qui a regroupé pas moins de quatorze des trente-six partants, Kevin Staut s’est frayé une place avec sa Visconti du Telman. Pénalisée de quatre points hier dans l’épreuve majeur, la fille de Toulon a été menée au parcours parfait par le Tricolore au tour initial. Cependant, le seul duo français en lice a, comme de nombreux couples dans ce barrage, fauté sur l’oxer en septième position, la jument de douze s’étant sensiblement décalée sur la droite au passage de l’obstacle. Avec un temps de 45’’40, ils ont été les derniers classés de ce Grand Prix, au douzième rang.

Également qualifié pour en découdre au chronomètre, Peder Fredricson et son expérimenté Catch Me Not S, lauréats de l’épreuve principale dimanche, ont renversé le vertical numéro six. Tous deux ont clos le top dix. De son côté, le Belge Wilm Vermeir a déroulé un double sans-faute, en selle sur DM Jacqmotte, pour venir prendre la sixième place en 45’’09.

Enfin, avec Catch Me Imperio Egipcio, le Brésilien Francisco José de Mesquita Musa a écopé de huit points et a fermé la marche en quatorzième position.

Les résultats complets ici