Éric Lamaze renonce aux Jeux olympiques de Tokyo

Trois fois médaillé aux Jeux olympiques, dont une fois en or avec l’inoubliable Hickstead, Éric Lamaze ne s’envolera pas à Tokyo cet été en vue de briguer une quatrième breloque. Le Canadien a annoncé sa décision aujourd’hui dans un communiqué, évoquant des raisons de santé, la situation mondiale actuelle ainsi que son absence de motivation à concourir sans l’équipe canadienne.



Alors que le légendaire tennisman suisse Roger Federer a déclaré vendredi que “les athlètes ont besoin d'une décision” ferme sur le maintien des Jeux olympiques de Tokyo, Éric Lamaze a aujourd’hui annoncé qu’il tirait un trait sur une potentielle participation à l’événement prévu du 23 juillet au 8 août 2021. Médaillé d’or en individuel et d’argent par équipes avec le regretté et génial Hickstead à Pékin en 2008, puis de bronze à Rio de Janeiro avec Fine Lady 5, le Canadien ne briguera donc pas une nouvelle médaille olympique, qu’il espérait pourtant vivement décrocher. 

Pour expliquer son choix, Éric Lamaze explique que la principale raison de sa décision est sa santé personnelle. Depuis trois ans, il suit en effet un traitement pour une tumeur au cerveau et continue de lutter contre cette maladie avec le soutien de ses équipes médicales à Bruxelles et Paris. “Ma santé est quelque chose que je prends très au sérieux, et j'ai décidé que Tokyo n'était pas le meilleur endroit pour moi”, a déclaré l’athlète de cinquante-trois ans. “Bien que ma santé soit stable pour le moment, plusieurs facteurs de risque doivent être pris en considération”, a-t-il ajouté. Pour rappel, le Japon est en état d’urgence face à la pandémie de Covid-19, et bien que le pays ait été relativement épargné, les experts médicaux préviennent que le système hospitalier est sous forte pression.



“Je ne peux pas être un vrai compétiteur sans mon équipe”

Pour Tokyo, Éric Lamaze comptait sur Dieu Merci van T&L, acquis en juin 2020 par Mark et Tara Rein.

© Sportfot

Pour expliquer son choix, Éric Lamaze évoque également la saveur différente de prendre part à ce championnat en individuel plutôt qu’en équipe. “Pour moi, les Jeux olympiques c’est monter pour l’équipe canadienne”, a déclaré Lamaze. “Mon succès est dû au fait que mes coéquipiers étaient là […] Compter sur mes propriétaires, mes amis et mes coéquipiers, et tous les fans sur place, c'est ce qui rend les Jeux olympiques spéciaux pour moi. Lorsque vous entrez dans le stade, que vous entendez les supporters crier et que vous voyez les drapeaux canadiens s’agiter, cela vous élève à un autre niveau. En tant qu’individuel, je ne me sens pas de remporter une médaille individuelle. Je ne peux pas être un vrai compétiteur sans mon équipe”, dit aussi le multimédaillé. 

Pour rappel, le contrôle positif de Nicole Walker à une substance prohibée lors des Jeux panaméricains de Lima en 2019 avait entraîné l’invalidation des résultats de la cavalière lors de cet événement par la Fédération équestre internationale (FEI). Cela avait conduit à la perte de la qualification de l’équipe canadienne de saut d’obstacles pour les Jeux olympiques de Tokyo. Après enquête, la bonne foi de Nicole Walker a été confirmée par le Tribunal arbitral du sport (TAS), ce qui n’a néanmoins pas permis au Canada de recouvrer sa qualification par équipes pour les JO. Seul un athlète pourra donc faire le voyage à Tokyo pour concourir en individuel. À la suite du forfait d’Éric Lamaze, le Canada, qui avait dévoilé sa liste courte début mai, pourra donc être représenté à Tokyo par Erynn Ballard, Mario Deslauriers, Tiffany Foster, ou Amy Millar. 



“Je ne pense pas que le cœur sera à la fête à Tokyo”

Éric Lamaze souligne aussi que les concours reprennent seulement en Europe, qui a également dû faire face à l’épizootie de rhinopneumonie et stopper toutes les compétitions plusieurs semaines. 

“Avec ce que nous avons vécu cette année, et tout ce que nous voyons encore avec tant de gens qui vivent des situations horribles au Canada et dans le monde, je ne suis pas sûr que je me sentirais bien de gagner une médaille”, ajoute Éric Lamaze. “Les Jeux olympiques sont une célébration des athlètes et je ne pense pas que le cœur sera à la fête à Tokyo, ce n’est pas le moment”, ajoute-t-il.

En prenant la difficile décision de se retirer de la course à l’olympe, Éric Lamaze a reçu le soutien de ses propriétaires, Mark et Tara Rein. Le couple canadien possède Dieu Merci van T & L, qu’il destinait à l’échéance olympique, ainsi que plusieurs chevaux de huit et neuf ans très prometteurs. “Cette décision difficile étant prise, nous pouvons maintenant nous concentrer sur la poursuite de la formation des fantastiques jeunes chevaux que nous avons”, déclare aussi Éric Lamaze. “J’attends aussi avec impatience les championnats du monde de l’année prochaine, où notre équipe obtiendra, espérons-le, sa qualification pour les Jeux olympiques de Paris”, a déclaré le Canadien à propos du championnat prévu du 6 au 14 août 2022 à Herning, au Danemark. “À partir de là, j'espère que notre fédération nationale se concentrera sur l'élaboration d'un excellent programme afin que notre équipe puisse être à son meilleur niveau aux Jeux olympiques de 2024, à Paris”, explique-t-il avec ambition.