Le Danemark pourrait jouer les trouble-fête à Tokyo

À quelques semaines de l’ouverture des Jeux olympiques de Tokyo, GRANDPRIX propose une présentation des nations potentiellement médaillables par équipes. Nouveauté cette année, les équipes nationales seront composées de trois couples et non plus quatre. Ce trio sera accompagné par un duo réserviste. Parmi les forces en présence, les Danois partiront au Japon pleins d’ambitions. Sixième place à Rio de Janeiro en 2016, ils pourraient cette fois bousculer l’ordre établi et rivaliser pour une place sur le podium. 



Cathrine Dufour est ici en selle sur Bohemian.

© Scoopdyga

La fédération équestre danoise et son entraîneur Nathalie zu Sayn-Wittgenstein ont annoncé les couples présélectionnés pour les Jeux olympiques de Tokyo. Ces duos prennent part à un rassemblement d’entraînement aujourd’hui et demain, dans les installations des écuries Blue Hors, ultime phase d’observation permettant de définir l’équipe olympique.  

Font partie de cette liste courte Carina Cassøe Krüth avec Heiline's Danciera, Cathrine Dufour et ses deux montures Bohemian et Vamos Amigos, Charlotte Heering et Bufranco ainsi que Nanna Skodborg Merrald avec Blue Hors Zack. Daniel Bachmann Andersen est nommé réserviste avec Carso'ni, mais ne prendront pas part à cette ultime session d’entraînement. 

L’équipe danoise qui voyagera au Japon en juillet devrait être similaire à celle alignée lors du CDIO 5* de Compiègne fin mai, où le trio composé Carina Cassøe Krüth, Charlotte Heering et Cathrine Dufour a été éliminé, cette dernière n’étant parvenue à faire entrer Bohemian dans le rectangle pour le Grand Prix Spécial. La veille, après le Grand Prix, l’équipe pointait à la deuxième place, à quelques centièmes seulement des Suédois, finalement lauréats par équipes de l’étape picarde. 



Carina Cassøe Krüth et Heiline's Danciera, meilleur couple danois au CDIO 5* de Compiègne

Carina Cassøe Krüth et Heiline's Danciera au CDIO 5* de Compiègne.

© PSV

À Compiègne, les meilleures performances danoises sont à mettre au compte de Carina Cassøe Krüth et de l’élégante Heiline's Danciera, vingt-huitièmes mondiales. L’amazone, qui fêtera ses trente-sept ans le 27 juillet prochain, et sa jument de dix ans, ont terminé à deux reprises quatrièmes du championnat du monde Jeunes Chevaux de Lanaken, en 2016 et 2018. Le couple a effectué ses premiers Grands Prix internationaux l’année suivante, s’imposant d’emblée lors du CDI 3* de Flyinge avec 72%. En progression constante, la fille de Fürstenball a signé son record personnel lors du CDIO 5* isarien avec 77%. Lors de cette même compétition, toutes deux ont également récolté leur plus belle moyenne dans le Grand Prix Spécial (77,872%). Du côté de la Reprise Libre en Musique, la meilleure note du couple culmine à 84,455%, un score obtenu à l’occasion du CDI-W d’Aarhus en octobre 2020. Déjà sixième du Grand Prix puis du Spécial au CDI 4* d’Hagen en avril avec plus de 75%, la première sélection du duo pour un grand championnat ne semble être qu’une formalité.  

Pour Cathrine Dufour, qui compte déjà une première expérience olympique il y a cinq ans au Brésil, le facétieux Bohemian est son premier choix. Le couple numéro six mondial, qui n’était pas à son avantage à Compiègne après deux ans sans compétition extérieure, a néanmoins récolté 76,5% dans le Grand Prix du CDIO 5*, se classant troisième. L’alezan brûlé a quitté le rectangle à trois reprises avec plus de 83% dans le Grand Prix, s’est déjà adjugé une moyenne de 82,681% sur le Spécial, dans le CDI 5* d’Herning en mars 2020, tandis que sa note la plus haute dans la Reprise Libre en Musique est de 88,2%, acquise lors du CDI-W d’Aarhus en octobre dernier. Figure de proue du dressage danois, l’amazone de vingt-neuf ans peut également compter sur le prometteur Vamos Amigos, neuf ans, en qui elle fonde de grands espoirs. À Compiègne, pour sa troisième sortie internationale, le bai a montré de belles choses en terminant deuxième du Grand Prix CDI 3* avec 73,435%, puis en s’imposant le lendemain lors du Spécial avec plus de 76%. 

Nanna Skodborg Merrald, qui compte six sélections continentales chez les Jeunes au compteur, pourrait découvrir les grands championnats Seniors grâce à l’expérimenté Blue Hors Zack. La dresseuse, âgée de vingt-sept ans, concourt depuis le début de l’année aux rênes de l’étalon de dix-sept ans, déjà membre de l’équipe danoise au Jeux équestres mondiaux de Tryon en 2018, puis des Européens Longines de Rotterdam l’année suivante, sous la selle de Daniel Bachmann Andersen. Au palmarès du couple, deux victoires engrangées lors du CDI 3* du Mans en début d’année, puis quatre troisièmes places à Hagen puis Compiègne, respectivement dans les épreuves labellisées 4* et 3*. 

Dernier couple en lice, Charlotte Heering et Bufranco n’ont également, pour l’heure, aucune expérience en grand championnat. La Danoise de trente-cinq ans, cavalière de l’ancienne ballerine de Pierre Volla, Badinda Altena, évolue en Grand Prix depuis 2016 avec ce fils de Negro, désormais âgé de quinze ans. Membres de l’équipe danoise lauréate du CDIO 4* d’Uggerhalne en 2017, tous deux ont signé un beau Grand Prix CDIO 5* à Compiègne, prenant le sixième rang avec 73,435%, leur record personnel.  

Nanna Skodborg Merrald avec Blue Hors Zack au CDI 3* de Compiègne.

© PSV



“Nous monterons pour une médaille”, Cathrine Dufour

Lors des derniers Jeux olympiques, le Danemark avait terminé à une sixième place collective, grâce à Cathrine Dufour, Anna Kasprzak, Agnete Kirk Thinggaard et Anders Dahl, respectivement aux rênes d’Atterupgaards Cassidy, Donnperignon, du regretté Jojo AZ et de Selten HW. Cet été, le Danemark semble être en mesure de jouer les trouble-fête parmi les meilleures nations mondiales. Si l’on a bien vu à Compiègne, avec l’élimination de Cathrine Dufour, que rien n’est joué d’avance et que le sport peut se révéler parfois bien cruel, les Danois ne manquent pas d’ambition. “Concernant les chances collectives du Danemark à Tokyo, nous monterons pour une médaille. En obtenir une serait un rêve devenu réalité, mais on ne sait jamais ce qu’il peut se passer et l’équipe n’est pour l’heure pas définie. En individuel, je travaille pour cela, même si nous savons que faire partie des trois meilleurs est un vrai challenge. Mais sans rêve, rien n’arrive. Alors je rêve grand, et je m’entraîne”, avait confié Cathrine Dufour à l’occasion de la dixième édition des Internationaux de dressage.  

Cathrine Dufour et Atterupgaards Cassidy aux JO de Rio de Janeiro en 2016.

© Scoopdyga