Ioli Mytilineou déjoue tous les pronostics et s’offre son plus beau titre au Longines Deauville Classic

Quelle que soit la discipline équestre, l’hymne grec est loin d’être le plus joué en remise des prix. Pourtant, c’est avec cette mélodie que le Longines Deauville Classic 2021 s’est conclu, célébrant le succès de la jeune Ioli Mytilineou, lauréate surprise avec La Perla vd Heffinck du Grand Prix CSI 3* Longines de la Région Normandie. Tenant du titre, Edward Levy n’a pu conserver son dû avec Broadway de Mormoulin, s’offrant tout de même une belle deuxième place devant Bruno Garez avec United Sunheup. 



article-block1

À vingt-quatre ans, Ioli Mytilineou a signé sa plus grande victoire aujourd'hui à Deauville.

© Scoopdyga

Alors que le dernier partant du barrage du Grand Prix CSI 3* Longines de la Région Normandie sortait de piste, au paddock, Ioli Mytilineou se prenait le visage dans les mains, recevant des félicitations de toutes parts. À Deauville, personne ne l’attendait sur la plus haute marche du podium, même pas elle. “Tu m’as volé mon doublé”, a plaisanté Edward Levy, le tenant du titre. Au terme de près de trois heures d’épreuves, la Grecque de vingt-quatre ans a en effet frappé un très grand coup en s’imposant dans la plus belle épreuve de sa jeune carrière. “Je ne peux pas y croire ! C’est ma toute première victoire dans une épreuve comptant pour le classement mondial. Je n’ai même jamais gagné un Grand Prix CSI 2*. Je suis si heureuse !”, a lancé pleine d’enthousiasme la lauréate. “Lorsque je suis sortie de piste, la première chose que j’ai dit à mon entraineur a été « je ne suis pas suffisamment rapide pour gagner », car je sais qu’en France la concurrence est rude”, ajoute la jeune femme. 

Un succès d’autant plus inattendu que Ioli Mytilineou n’avait pas prévu d’engager La Perla vd Heffinck, la généreuse fille de Cooper vd Heffinck de dix ans, dans cette épreuve. Son meilleur cheval Levis de Muze, frère utérin de Kitona de Muze, notamment quatrième du Grand Prix CSI 3* de Cabourg en juin et classé dans d’importants Grands Prix CSI 5* à Wellington plus tôt dans l’année, s’est en effet blessé. Elle prévoit toutefois de l’emmener aux championnats d’Europe Longines de Riensebeck dans trois semaines. “Parfois, les choses doivent changer et il faut savoir s’adapter et prendre des risques. Je suis si fière de La Perla, d’autant qu’il s’agit de son deuxième Grand Prix CSI 3* (fin septembre, la baie avait écopé de huit points dans le Grand Prix CSI 3* de Canteleu, ndlr). En général, elle est plutôt ma deuxième jument car elle est extrêmement rapide et que je l’engage davantage dans des épreuves de vitesse. Aujourd’hui, elle a dû gravir un échelon et elle s’est battue de manière formidable. Elle a été incroyable et peut-être qu’elle pourrait devenir ma jument numéro un !”, a ajouté l’amazone installée dans ses propres écuries en Belgique, aux côtés de sa mère Hannah, anciennement propriétaire de l’exceptionnelle et regrettée Albfuehren’s Bianca. La jeune femme est entrainée depuis près de trois ans par l’Américain Sean Crooks, qui est installé à une heure trente de chez elle à Maastricht et qui fait la route presque tous les jours pour dispenser ses conseils. 



“C’est un véritable bonheur de monter Broadway”, Edward Levy

article-block3

Edward Levy est ravi de la progression de Broadway de Mormoulin, deuxième du Grand Prix.

© Scoopdyga

Au terme d’un premier parcours corsé et imaginé par Grégory Bodo, seuls sept couples ont réussi à obtenir leur sésame pour le barrage. Le mur Longines placé en n°4 a causé bien des tourments à plusieurs duos, éliminés après deux refus de chevaux trop impressionnés pour s’aventurer à le franchir. Notons toutefois de nombreuses performances encourageantes, dont les parcours à quatre points de François-Xavier Boudant, piégé sur le mur avec Brazyl du Mezel, d’Alexa Ferrer avec Gracieux du Pachis, qui courait là son tout premier Grand Prix d’un tel niveau, ou encore Pénélope Leprevost qui lançait elle aussi dans le grand bain Gallak d’Ellipse, qui a délogé une brique du mur. D’autres paires plus chevronnées sont passées à rien du barrage, comme par exemple Max Thirouin, fautif sur la sortie du triple avec sa fidèle Utopie Villelongue, ou encore Marc Dilasser avec son meilleur élément Arioto du Gevres. 

Ouvreuse du barrage, Ioli Mytilineou a mis la pression à ses concurrents – tous Français – notamment en passant devant le deuxième obstacle du barrage pour aborder le cinquième. La solaire Marie Demonte s’est faite piéger sur la première barre de l’oxer n°4 avec sa régulière Vega de la Roche, déjà aux remises des prix de la Coupe des nations CSIO 3* de Gorla Minore – remportée par la France – ainsi que les Grands Prix CSI 5* de Grimaud début juin et de Chantilly début juillet. Cette fois, la paire venue du Sud-Ouest a bouclé l’épreuve au pied du podium. 

Après un premier tour remarquable avec Cocaine du Val, seulement âgé de neuf ans, Grégory Cottard a laissé deux barres à terre au barrage. Pas de quoi entacher tout le bien que pense celui qui défendra la France aux Européens avec Bibici à propos de cette fille de Mylord Carthago. Avec un United Sunheup des grands jours, Bruno Garez a réussi un excellent premier tour. Emporté vers la droite pour aborder l’ultime vertical du barrage, il n’a pu rivaliser avec le chronomètre de la Grecque, concluant ce rendez-vous à une très bonne troisième place. 

Bien au-dessus de chacune des barres lors du parcours initial, Cordial, le complice de Mégane Moissonnier, en a fait tomber deux en fin de barrage. Moins aérien mais fichtrement efficace, Cayetano Loisel a mené Mathieu Lambert au cinquième rang après une faute au barrage. Avant-dernier partant, Edward Levy aurait pu conserver son titre acquis l’an passé avec Sirius Black. Cette fois juché sur Broadway de Mormoulin, qui s’aguerrit peu à peu, l’un des nombreux locaux de l’étape a finalement dû rester relativement raisonnable. Il s’est offert une très bonne deuxième place, soit la meilleure performance du fils de Kannan de dix ans à ce jour. “Je suis très heureux pour Broadway, mais aussi pour son propriétaire Stéphane Saunier. Ce cheval est en pleine ascension. Nous savons que ce concours est labellisé CSI 3* mais qu’il s’agit d’un gros rendez-vous. J’ai trouvé le parcours très sélectif à la reconnaissance. Broadway confirme en tout cas son arrivée vers le haut niveau et c’est un véritable bonheur de monter ce cheval”, a commenté le jeune Normand avant la remise des prix. Il a également expliqué pourquoi ne pas avoir tenté de prendre la même option que ceux qui l’ont précédé. “Broadway est encore tendre et extrêmement respectueux. Je n’avais pas envie de le saisir. Au barrage, je n’ai pas bien monté la courbe du un au deux, ce qui l’avait déjà un peu ému. Je n’ai pas été bien meilleur du deux au trois donc je n’ai pas voulu lui imposer cette option. Je savais que je ne serais pas plus rapide mais je suis tout de même très heureux de cette deuxième place. Ioli a fait un superbe barrage. Même si elle m’a chipé le doublé, j’accepte ! (rires), a analysé Edward Levy. 

Les résultats ici

Bruno Garez et United Sunheup ont complété le podium du Grand Prix CSI 3* de Deauville. © Scoopdyga