L’équipe des Eye Candy savoure une nouvelle victoire, cette fois à Caledon

Comptant pour le circuit de la Major League Show Jumping (MLSJ), le CSI 5* de Caledon a accueilli, samedi, sur sa piste canadienne, huit équipes. Celles-ci se sont battues pour tenter d’empocher la mise au terme d’un barrage toujours disputé. Les Eye Candy de Amy Millar, Jacqueline Steffens et Paul O’Shea ont eu le dernier mot, remportant ainsi leur troisième victoire du circuit. Le trio a devancé les A.I.M United pour un peu plus de trois secondes.



article-block1

© Lindsay Brock / MLSJ

Nouveauté au programme cette année, le circuit de la Major League Show Jumping (MLSJ), continue de battre son plein. Richement dotées, les épreuves collectives disputées sur le continent américain réunissent à chaque étape huit équipes. Pour rappel, la compétition se déroule en trois manches. Chaque cavalier effectue un premier parcours, qui permet d’éliminer la moitié des collectifs en lice. Ensuite, deux représentants de chaque équipe reviennent en jeu pour la deuxième manche. À l’issue de celle-ci, les deux meilleurs trios se départagent la victoire, tandis que les deux autres s’affrontent pour tenter de monter sur la troisième marche du podium. Le dernier pilote à entrer en jeu est désigné par ses coéquipiers et a pour mission de tout donner au barrage.

Troisième à l’issue de la première rotation, l’équipe des Eye Candy a dû batailler, samedi 25 septembre, pour s’offrir une nouvelle victoire. Déjà lauréat d’une étape disputée à Traverse City il y a deux mois, et d’une autre jouée à Rockwood, le collectif comptait une nouvelle fois sur les Canadiennes Amy Millar et Jacqueline Steffens ainsi que sur l’Irlandais Paul O’Shea. Respectivement aux rênes de Christiano, Freaky Liefhebber et Squirt Gun (ex Diaricko), les trois pilotes huit points au total de leurs trois premiers parcours. Mais au jeu de la vitesse, Paul O’Shea ne s’est pas laissé dépasser ! Déterminé à imposer son escouade, l’Irlandais a tout donné et signé un barrage supersonique. Avec son compétitif Oldenbourg, fils de Diarado et Sarastra Star, par Quick Star, le cavalier de quarante-quatre ans a coupé la ligne d’arrivée en 42”93, loin devant son adversaire direct, l’Américain Andrew Welles.

Ce dernier, juché sur Idol H&H, un KWPN de huit ans qui disputait sa première épreuve à ce niveau, a arrêté le temps en 47”21. Avec un peu plus de quatre secondes de retard, la paire n’a pu offrir la victoire à son équipe, reléguée au deuxième rang. Pourtant, les A.I.M United étaient bien partis, après n’avoir concédé qu’une faute au premier tour. Règlement oblige, les binômes formés par le Canadien Ali Ramsay sur Bonita Vh Keizershof Z et l’Israélien Daniel Bluman avec l’excellent Cachemire de Braize, Selle Français né chez Alexandre Boyer sont restés sur le deuxième marche du podium. Dura lex sed lex. 

Enfin, les Otomi Warriors, défendus par le Brésilien Rodrigo Pessoa, le Mexicain Santiago Lambre, vainqueur de la première épreuve majeure, et le Canadien Mac Cone ont pris l’avantage sur les Lucky Charms de Lacey Gilbertson, Margie Goldstein-Engle, Shane Sweetnam. Un cheveu moins rapides que les Eye Candy, les Lucky Charms n’ont pas pu disputer la grande finale. Pourtant, les trois équipiers ont été les seuls de la journée à ne pas renverser le moindre obstacle. Mais une fois encore, le format particulier de l’épreuve a fait son travail.

Les résultats complets ici.