Santé économique de la filière élevage: où en est-on ?

Pandémie, épizootie de rhinopneumonie, confinements… Les économies française et mondiale ont été mises à rudes épreuves ces dernières années. Depuis deux ans, nos vies ont été profondément modifiées, engendrant des conséquences importantes sur nos modes de consommation. La filière équine n’a évidemment pas été épargnée. Après quelques années de baisse continue, le volume de production se maintient, voire se redresse, tandis que la demande semble croître. Pour mieux cerner son état, des professionnels contribuent à dresser un bilan à l’aube de l’année 2022.



Pour débuter ce tour d’horizon, direction la Normandie et plus particulièrement la Manche, inégalées en matière de production de chevaux de sport, tant en termes de quantité que de qualité, et où l’élevage équin occupe une place prépondérante dans l’économique locale. Nul doute donc que si les crises devaient impacter le secteur, la région souffrirait probablement. Il n’en est rien, comme l’expose Jean-Baptiste Thiébot, éleveur et président de Cheval Normandie: “De manière étonnante, c’est plutôt positif”, admet-il. “Nous aurions pu penser qu’avec la pandémie de Covid-19, la situation au...

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Abonnez-vous pour 4,90€ par mois sans engagement
  • Accédez à tous les contenus GRANDPRIX en illimité
  • Soutenez une équipe de journalistes passionnés et une rédaction indépendante
  • Consultez tous les articles du magazine GRANDPRIX où que vous soyez

Nouveau chez GRANDPRIX ? Créez votre compte GRANDPRIX

Mot de passe perdu ? Réinitialiser mon mot de passe