“Il sera difficile de trouver un autre cheval comme Verdi TN”, Maikel van der Vleuten

À quelques heures du début du Grand Prix Rolex du CSI 5* de Bois-le-Duc, Maikel van der Vleuten s’est confié. Le Néerlandais de trente-quatre ans s’apprête à vivre un moment fort en émotions. En effet, devant son public et deux ans après la date initialement prévue, le pilote effectuera un ultime tour de piste avec son indéfectible Verdi TN, retraité depuis début 2020. Outre son fidèle compagnon de route, Maikel van der Vleuten livre aussi ses impressions sur l’événement brabant et sur ses autres montures.



Ce week-end est très spécial pour vous avec la cérémonie d'adieu de Verdi TN (KWPN, Quidam de Revel x Landraf I). Comment vous sentez-vous à l’approche de ce moment ?

Pour être honnête, j'attends avec impatience la cérémonie d'adieu de mon vieux cheval de tête, Verdi TN. Elle devait avoir lieu il y a deux ans, mais à cause de la pandémie, elle a malheureusement dû être annulée. C'est merveilleux de pouvoir faire cette cérémonie devant les fans du Dutch Masters.

Pouvez-vous nous parler de lui, de ce qui le rendait si spécial ?

J'ai parcouru le monde avec lui et il a toujours été très franc et ne m'a jamais laissé tomber. Il est si spécial pour moi et tous les résultats incroyables et les médailles que nous avons gagnés ensemble sont des moments que je n'oublierai jamais.

Profite-t-il de sa retraite ?

Il profite de sa retraite. Il va au pré tous les jours, va en promenade et est très occupé avec ses devoirs d’étalon. Il est en très bonne forme, son corps a l'air très bien, alors j'espère qu'il continuera ainsi pendant de nombreuses années encore.

Qu'est-ce qui vous manque le plus dans le fait de concourir avec lui ?

Il pouvait sauter les parcours les plus imposants du monde avec une grande facilité. Avec plus d’expérience et tous les chevaux que j’ai monté, j’apprécie vraiment combien il était spécial et combien il trouvait tout facile. Le type de parcours ou de piste n’avait que peu d’importance tant il était talentueux. Je pense qu'il sera difficile de trouver un autre cheval comme lui à l'avenir.

Y a-t-il des chevaux dans votre écurie qui, selon vous, pourraient suivre ses traces ?

Beauville (Z, Bustique x Jumpy des Fontaines) est mon meilleur cheval, et il est extrêmement talentueux. Avec lui, je peux sauter dans les plus grandes épreuves du monde et me mesurer aux meilleurs couples cheval-cavalier. J'ai gagné une médaille de bronze individuelle aux Jeux olympiques l'été dernier avec lui et j'ai beaucoup d'estime pour lui. En plus de lui, j'ai quelques autres chevaux de qualité qui concourent à ce niveau. J’ai un grand piquet de chevaux en ce moment. 

Pourquoi avez-vous décidé d'organiser la cérémonie de départ à la retraite de Verdi ici, au Dutch Masters ?

C'était une décision très facile pour moi. Verdi TN a été élevé dans cette ville - ses éleveurs sont du Brabant. Moi-même et ses propriétaires sommes Néerlandais, donc il n'y avait vraiment pas d'endroit plus approprié pour cette cérémonie.

Maikel van der Vleuten et son fidèle Verdi TN.

Maikel van der Vleuten et son fidèle Verdi TN.

© Scoopdyga



“Les championnats du monde sont mon principal objectif cette année”

Le concours a beaucoup évolué depuis qu'il fait partie du Rolex Grand Slam of Show Jumping, avez-vous remarqué les changements qui ont été apportés ?

Oui, sans aucun doute. Je pense que l’on peut vraiment sentir que les organisateurs sont très expérimentés et qu'ils ont fait en sorte que tout soit parfait pour les chevaux et les cavaliers. En tant que cavaliers, nous attendons vraiment cet événement avec impatience car les installations sont très bonnes et le niveau de compétition est très élevé. 

Les spectateurs sont de retour cette année. Le fait de concourir devant votre public vous stimule-t-il ?

Bien sûr. Lorsque vous sentez que le public vous encourage et vous soutient, vous êtes très motivé pour donner le meilleur de vous-même et tout tenter.

Quelles sont vos principales ambitions pour 2022 ?

Les championnats du monde FEI sont mon principal objectif. Il s'agit d'une qualification pour les prochains Jeux olympiques, il est donc très important qu'en tant que pays, nous réalisions de bonnes performances pour assurer notre qualification.

Si vous n'étiez pas un cavalier professionnel, que seriez-vous ?

Je serais footballeur. J'ai beaucoup aimé le football en grandissant, mais il est arrivé un moment où j'ai dû choisir le sport que je voulais pratiquer. J'ai toujours aimé être avec les chevaux, alors j'ai choisi de faire du saut d'obstacles.

Lorsque vous ne montez pas à cheval, avez-vous d'autres passe-temps ?

Je passe la plupart de mon temps avec les chevaux, mais si j'ai du temps libre, j'aime le passer avec ma famille. J'ai deux jeunes enfants, et j'aime être un bon père pour eux. Ma fille aînée a un peu plus de quatre ans et elle a commencé l'école cette année, et ma plus jeune fille a neuf mois. Elles aiment toutes les deux être dans les écuries avec les chevaux.

Selon vous, qui est votre plus grand concurrent pour le Grand Prix Rolex ?

Quand on regarde la liste de départ, il y a tellement de bons cavaliers, et ils ont tous amené leurs meilleurs chevaux ici. Je n'ai aucune idée de qui sera le meilleur aujourd’hui, mais ce sera certainement une compétition très excitante pour tout le monde.