Avec Saitiri, la voltige devient (aussi) un sport de juments

Seule femelle parmi les treize chevaux engagés en finale de la Coupe du monde de voltige, Saitiri est passée tout près d’offrir les deux titres individuels à la France, représentée par Manon Moutinho, première Tricolore sacrée dans cette compétition, et Lambert Leclezio, deuxième en raison d’un incident en fin de programme Libre. Longée avec professionnalisme et bienveillance par la Suissesse Corinne Bosshard, l’Oldenbourgeoise fait taire les préjugés concernant l’inadéquation des juments à cette discipline athlétique et artistique.



En matière de voltige, si la grâce n’est nullement l’apanage des femmes, du côté des chevaux, mâles et hongres n’ont pas davantage le monopole de la portance et de la constance. Voilà l’un des enseignements de la finale de la Coupe du monde de voltige, enfin de retour au calendrier après deux saisons hivernales blanches et pour la première fois dans le cadre d’un événement pluridisciplinaire depuis la finale organisée lors du CHI de Dortmund, il y a quatre ans. Et – cocorico! – cet enseignement a été apporté, de façon incontestable, au bénéfice de la France, par Saitiri, une jument de quinze ans qui a offert à Manon Moutinho so...

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Abonnez-vous pour 4,90€ par mois sans engagement
  • Accédez à tous les contenus GRANDPRIX en illimité
  • Soutenez une équipe de journalistes passionnés et une rédaction indépendante
  • Consultez tous les articles du magazine GRANDPRIX où que vous soyez

Nouveau chez GRANDPRIX ? Créez votre compte GRANDPRIX

Mot de passe perdu ? Réinitialiser mon mot de passe