Instaurons une prime légitime et méritée aux naisseurs (2/2)

Dans ce nouvel espace de parole “Histoire de dire”, Bernard Le Courtois évoque la prime aux éleveurs.



La première partie de cet article a été mise en ligne hier. La notion de “cheval de sport”, communément employée de nos jours, est apparue sous mon impulsion lorsque j’étais rédacteur en chef du magazine L’Éperon, membre du conseil d’administration du Stud-book SF et de la commission du Stud-book, à partir des années 1980. Jusqu’alors, la dénomination officielle était “chevaux de selle”. Cette terminologie m’a toujours semblé importante car la plupart d’entre nous élèvent des chevaux dans l’objectif de produire des gagnants en compétitions équestres, et non des partenaires de balades ou des é...

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Abonnez-vous pour 4,90€ par mois sans engagement
  • Accédez à tous les contenus GRANDPRIX en illimité
  • Soutenez une équipe de journalistes passionnés et une rédaction indépendante
  • Consultez tous les articles du magazine GRANDPRIX où que vous soyez

Nouveau chez GRANDPRIX ? Créez votre compte GRANDPRIX

Mot de passe perdu ? Réinitialiser mon mot de passe