Julien Épaillard reste insubmersible, Bingo pour Pénélope Leprevost et quelques autres Bleus à Lyon

Julien Épaillard n’aura pas fait le voyage jusqu’à Lyon pour rien… Pour cause, il va regagner la Normandie ce soir avec quatre victoires sur autant d’épreuves courues. Plusieurs Bleus, dont Pénélope Leprevost, ont de quoi se réjouir de leur résultat aujourd’hui dans la Coupe du monde Longines de la capitale des Gaules. 



Le Grand Prix de la Coupe du monde Longines de Lyon s’est conclu aujourd’hui par une Marseillaise, comme cela avait été le cas en 2014 en l’honneur de Roger-Yves Bost et Qoud’Cœur de la Loge, en 2015 pour Pénélope Leprevost et la géniale Flora de Mariposa, ainsi que deux ans plus tard pour Simon Delestre et le tout aussi formidable Hermès Ryan des Hayettes. Cette fois, c’est Julien Épaillard qui a mené le tour d’honneur grâce à l’une des (si ce n’est la) meilleures juments du monde, Caracole de la Roque. Déjà irrattrapable à Saint-Lô, où il a remporté les trois actes majeurs avec cette fille de Zandor Z, le Normand a cette fois triomphé dans les quatre épreuves auxquelles il a pris part ce week-end au CSI 5*-W de Lyon. Le numéro trois mondial et sa baie se sont d’abord assez aisément qualifiés pour le barrage après un premier parcours idéal sur le tracé imaginé par Grégory Bodo. Sans tout risquer, il a ensuite mené un barrage très efficace, comptant sur un bon paquet de chance au franchissement du deuxième élément de double de verticaux, qui a très franchement tremblé. Avec soixante-treize centièmes de retard sur son premier concurrent brésilien Marlon Módolo Zanotelli, Julien Épaillard a ainsi remporté son premier Grand Prix 5* de l’année… et le dix-septième Grand Prix international! Il repartira ainsi avec vingt points au classement général de la ligue d’Europe de l’Ouest, dont la finale d’Omaha n’est pour l’heure pas un objectif (lire sa réaction ici). 

Lauréate en 2015, Pénélope Leprevost a aujourd’hui choisi Bingo del Tondou, le fils de Vigo d’Arsouilles de onze ans qui courait ici sa toute première Coupe du monde et son troisième Grand Prix 5*. Face au chronomètre, la championne olympique par équipes de Rio s’est montrée raisonnable au barrage, qu’elle a été la deuxième à découvrir. Finalement quatrième, le couple a montré de très belles promesses et la Française compte désormais orienter son gris vers les futurs grands championnats. 

Une nouvelle fois impressionnant d’aisance sur chaque saut et captant l’attention du public par son extravagance, Cayman Jolly Jumper a une nouvelle fois permis à Simon Delestre de boucler un parcours sans barre à terre. Septième des championnats du monde de Herning, le duo a toutefois été piégé par le chronomètre imposé par Grégory Bodo. Avant le triple, le Lorrain a pris le temps de remettre en ordre le tempétueux bai brun en longeant le bord de piste, ce qui lui a certainement coûté quelques dixièmes de seconde. Rageant pour ce couple, qui signe toutefois un nouveau classement avec la septième place et donc dix points pour la Coupe du monde.  

Ultime cavalier à prendre le départ du parcours initial avec Scuderia 1918 Viking d’la Rousserie, Kevin Staut a pêché sur la triple barre qui ouvrait l’ultime ligne. Comme lui, Roger-Yves Bost a été écarté du barrage pour la même faute sur la bouillonnante Ballerine du Vilpion. L’obstacle précédent, une très légère palanque rouge, a quant à lui été fatal à Grégory Cottard et la si généreuse Bibici. Comme la semaine passée à Saint-Lô, le couple venu de Drocourt conclut donc son début de saison indoor avec une faute.



“Il y a une montée en puissance de notre groupe élite”, Sophie Dubourg

Cavalier partenaire de l’équipe organisatrice, Olivier Perreau a présenté pour la première fois en Coupe du monde indoor GL Events Dorai d’Aiguilly, un produit maison. Deuxième de la Coupe des nations de Rabat avec une seule faute en première manche, la fille de Kannan de neuf ans s’est une nouvelle fois montrée très appliquée et sérieuse. À domicile, elle a là encore montré qu’elle avait les épaules pour prendre le relai de GL Events Venizia d’Aiguilly sur l’un des parcours les plus important qu’elle ait pour l’heure affronté. 

Elle aussi locale du rendez-vous, Mégane Moissonnier a présenté le surpuissant Cordial. À l’aise sur cette piste, le bai brun a toutefois fauté sur le n°10B et la palanque qui suivait. 

Troisième au départ de l’épreuve, Edward Levy n’a pu aller au bout de son parcours sur Uno de Cerisy, piégé sur la sortie du triple. Après une reprise peu sereine face à la palanque, le bai l’a presque traversée. Son cavalier a préféré lever la main et signifier son abandon au jury. Même conclusion pour Nicolas Delmotte, qui présentait pour la toute première fois Citadin du Chatelier dans un tel rendez-vous. Redoutable dans les épreuves au chronomètre, le fils de L’Arc de Triomphe de dix ans a d’abord trébuché au niveau du double de verticaux mais aussi après l’oxer n°9, sur lequel il a commis une faute. 

“Ces résultats montrent le travail parfait de Julien Épaillard en collaboration avec tout son entourage. Derrière, on voit d’autres cavaliers français performants, avec des chevaux au niveau attendu. Il y a une montée en puissance de notre groupe élite. Nous avons évidemment en tête la préparation pour les Jeux de Paris 2024 donc tout cela est très positif. Les conditions qu’offre le Longines Equita Lyon CHI, le confort et le professionnalisme proposés par Sylvie Robert et son équipe aident à la sérénité des couples et à leurs performances. Nous avons des ambitions sur le circuit de la Coupe du monde Longines, sur lequel nous avons deux places jusqu’à la fin de l’année et certainement quatre dès janvier 2023. Nous allons faire de ce circuit une finalité sportive pour engranger de l’expérience sur un format de championnat, ce qui pourra servir aux cavaliers, toujours en vue des Jeux”, a conclu la directrice technique nationale Sophie Dubourg. 

Les résultats ici

Tous les parcours des épreuves majeures du CSI 5*-W de Lyon sont à revoir sur Clipmyhorse.tv