Laurent Goffinet comme à la maison au CSI 4* de Rouen

Laurent Goffinet s’est adjugé la seconde qualificative du CSI 4* d’Equi Seine, ce soir au Parc des expositions de Rouen. En selle sur Atome de Étisses, le Normand, fidèle parmi les fidèles au rendez-vous seinomarin, a sorti le grand jeu pour devancer Pénélope Leprevost, deuxième sur Texas, lauréat de la première qualificative, et le Suisse Niklaus Rutschi, troisième avec Quinao de Chandor.



La deuxième journée de compétition d’Equi Seine s’est achevée peu avant minuit ce soir au Parc des expositions de Rouen. Non seulement la piste de la halle principale a accueilli cinq épreuves, mais les organisateurs et officiels ont aussi dû composer avec un souci électrique matinal, qui a heureusement pu être résolu. Qu’importe, il y avait encore des passionnés et de l’ambiance au moment où est entré en piste le dernier couple en lice dans le barrage de l’épreuve majeure du CSI 4*, cotée à 1,50m. Il faut dire qu’il s’agissait de Laurent Goffinet, qui n’a pas manqué une édition d’Equi Seine depuis des lustres, et d’Atome de Étisses, vainqueur avec lui du dernier Grand Prix CSI 5* disputé cet automne à Grimaud.



Le cavalier établi près de Vire, dans le bocage calvadosien, et l’étalon de douze ans, appartenant au haras de Lacke, copropriété de Karine Boué, impliquée avec la passion et l’énergie qui la caractérisent dans l’organisation de ce très chouette rendez-vous de fin de saison, ont ravi leurs supporters. D’abord, ils ont fait partie des neuf couples – sur soixante-quatorze au départ – capables de s’extirper du sélectif tour initial imaginé par Grégory Bodo. Sévère fut le chef de piste dans cette qualificative pour le Grand Prix dominical, ouvert uniquement aux cinquante meilleurs cavaliers de ce CSI 4*. Avant se pencher sur le barrage, on saluera les sans-faute aux obstacles de l’Autrichien Stefan Eder et du Normand Alexis Gautier, tous deux pénalisés d’un point de temps dépassé sur Condaro et Dairzel Duverie, ainsi que ceux du Belge Axel Vandoorne et de la Britannique Skye Higgin, qui ont écopé de deux points avec Mistral van de Vogelzang et Djordania du Tillard.



Pénélope pas loin d’un doublé

Le Polonais Przemyslaw Konopacki, ouvreur de la finale au chronomètre, a accusé une faute sur l’avant-dernier obstacle du parcours réduit avec Home-Run, se classant huitième. Il y a cinq semaines, ce couple s’était déjà classé cinquième d’une épreuve similaire au CSI 4* de Saint-Lô. Une faute en milieu de parcours pour le Bulgare Konstantin van Damme, septième avec Caesar. Voilà un couple qui progresse de mois en mois. Rageante fut la faute, sur le premier obstacle, de Titouan Schumacher, neuvième avec une Carera des Brimbelles quelque peu dissipée au moment de franchir la ligne de départ.



Le premier double sans-faute, assuré dans la tranquillité, a été l’œuvre de Lars Kersten, un Néerlandais de vingt-deux ans, associé à Emmerton, cinquième. Plus expérimenté à ce niveau, Niklaus Rutschi a abaissé le temps de référence de plus de six secondes en selle sur le puissant et bondissant Quinao de Chandor. Cette très belle prestation a valu au Suisse une méritée troisième place. Moins rapide d’une seconde mais crédité d’un parcours limpide, le Britannique William Funnell et Equine America Billy Picador se sont intercalés à la quatrième place. Première des trois Français qui ont eu l’honneur de conclure cette belle épreuve, Pénélope Leprevost s’est donné les moyens de signer un doublé avec Texas, lauréat jeudi soir de la première qualificative. Conservant un excellent tempo tout au long du tracé, le couple a coupé la ligne d’arrivée un quart de seconde plus vite que les leaders provisoires, à la grande joie du public, acquis à la cause de la Rouennaise d’origine.



Bien décidé à faire sienne cette épreuve, Max Thirouin est parti tambour battant sur sa fidèle Utopie Villelongue. Plus rapide de six dixièmes de seconde que Pénélope, le Francilien n’a toutefois pu éviter une faute sur l’oxer 13, dernier obstacle du tour initial. Laurent Goffinet avait donc son destin entre les mains, ainsi que le soutien des siens et du public. Et comme à la maison, il a emballé ce barrage avec classe, prenant un avantage décisif dans le virage précédant le double, franchi sans efforts apparents par un Atome en grande forme. À l’arrivée, on a compté seize dixièmes de seconde d’avance. C’est dire la qualité de la prestation de l’ancien cavalier de Flipper d’Elle.



“Toutes les victoires me procurent un énorme plaisir. Là, en plus, les propriétaires d’Atome participent à l’organisation du concours, ce qui renforce encore la joie de l’emporter. Atome est vraiment en forme en ce moment. Depuis notre retour du CSIO 5* de Calgary, il n’a rien loupé. Avant de partir là-bas, nous avions dû gérer un petit souci, qui est aujourd’hui derrière nous. Quand Atome est à 100% de sa forme, peu importe la nature de la piste et le parcours à sauter, je sais que nous pouvons gagner”, s’est réjoui le héros du soir, qui figurera parmi les grands favoris du Grand Prix, mais “dimanche est un autre jour”, a-t-il souri, avant la remise des prix.

Les résultats

Toutes les épreuves d’Equi Seine sont retransmises en direct sur GRANDPRIX.tv