Une réélection sans péril à la FEI, des petits cailloux semés… et quatre ans pour trouver un successeur à Ingmar de Vos

Le menu du dernier congrès de la Fédération équestre internationale, tenu du 10 au 13 novembre au Cap, avait tout pour garantir le consensus et ne froisser aucun convive. L’assemblée générale a permis à Ingmar de Vos d’être réélu à la présidence pour un troisième et dernier mandat de quatre ans, au cours duquel son héritage et sa succession animeront bien des conversations.



Le congrès de la Fédération équestre internationale (FEI), qui s’est tenu du 10 au 13 novembre au Cap, s’est avéré bien plus calme que les précédents, exception faite de l’édition 2020, frappée du sceau de la Covid-19 et organisée 100% en ligne. Qu’il s’agisse des formats des compétitions olympiques, objets de tant de controverses et réformés en force, de l’avenir des séries des Coupes des nations ou encore des règlements d’endurance, profondément renouvelés pour tenter de remettre de l’ordre dans une discipline en crise existentielle, ce rendez-vous annuel a souvent donné lieu à des passes d’armes ...

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Abonnez-vous pour 4,90€ par mois sans engagement
  • Accédez à tous les contenus GRANDPRIX en illimité
  • Soutenez une équipe de journalistes passionnés et une rédaction indépendante
  • Consultez tous les articles du magazine GRANDPRIX où que vous soyez

Nouveau chez GRANDPRIX ? Créez votre compte GRANDPRIX

Mot de passe perdu ? Réinitialiser mon mot de passe