Dans la famille Tomas, en 2023, demandez le père… et le fils!

Quelques mois après son titre mondial décroché à Bouthieb, aux Émirats arabes unis, la France est redevenue championne d’Europe d’endurance, le 7 septembre à Ermelo, aux Pays-Bas. Cette domination retrouvée, le Coq la doit notamment à Philippe Tomas, médaillé de bronze individuel avec Biwaka de Chalendrat. Une magnifique récompense pour ce passionné de cinquante-six ans, qui a choisi de garder son hongre, mais aussi Shaailan’al Hfifa, le partenaire de son fils, Pablo Tomas Arnaud, médaillé d’argent avec l’équipe de France aux Mondiaux Jeunes de Castelsagrat, cinq jours plus tôt.



La première partie de cet article a été publiée iciCinquante-six ans, serait-ce la fleur de l’âge pour un cavalier? “Oh non”, tranche Philippe en riant, “mais je m’entraîne pour rester en forme. Un coach vient me faire travailler chaque semaine, et je suis un régime.” C’est en tout cas un âge où un homme qui a réussi professionnellement peut se permettre de lever un peu le pied et de privilégier le sport de haut niveau. Il y a trois ans, il a vendu le domaine familial du mas de Belle à l’écurie M7, propriété du cheikh Mohamed ben Rachid al-Maktoum, émir de Dubaï et Premier ministre des Émirats arabes unis. Depuis, il s&rsqu...

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Abonnez-vous pour 5,90€ par mois sans engagement
  • Accédez à tous les contenus GRANDPRIX en illimité
  • Soutenez une équipe de journalistes passionnés et une rédaction indépendante
  • Consultez tous les articles du magazine GRANDPRIX où que vous soyez

Nouveau chez GRANDPRIX ? Créez votre compte GRANDPRIX

Mot de passe perdu ? Réinitialiser mon mot de passe

Retrouvez PHILIPPE TOMAS en vidéos sur