CSI 3* Oliva : À la fin, c’est encore Julien Épaillard qui s’impose

“Je pensais t’avoir battu !”, a lancé avec le sourire Olivier Robert à Julien Épaillard en regagnant le paddock cet après-midi à Oliva. Dernier à s’élancer, l’Aquitain avait en effet pour objectif de conclure son barrage plus rapidement que le Normand, alors en tête de l’épreuve majeure du jour avec le très compétitif Billabong du Roumois, double zéro en 35“38. Avec la longiligne Velvote des Aubiers, Olivier Robert a imprimé un sacré tempo mais a finalement franchi les cellules d’arrivée avec neuf dixièmes de retard. Il faut dire que battre Julien Épaillard et son alezan de onze ans par Mylord Carthago et avec une mère par Papillon Rouge est une sacrée performance. Pour preuve, le couple a remporté sept épreuves internationales dont le Grand Prix CSI 4* de Saint-Lô en octobre et la Coupe du monde de Madrid en novembre. À lui seul, Julien Épaillard vient de s’adjuger sa septième victoire internationale de 2022, une semaine à peine après avoir été le meilleur dans le Grand Prix CSI 2* d’Oliva avec Solero MS. 

Pour l’Italie, Emilio Bicocchi a finalement pris la troisième place avec Sevillana del Terriccio, une fille de Catoki avec une mère par Baloubet du Rouet qui a arrêté le chronomètre en 36“41. Lauréats de l’épreuve majeure hier et ouvreurs du barrage aujourd’hui, Grégory Wathelet et son énergique produit maison Argentina de la Marchette ont conclu l’épreuve au quatrième rang avec un chronomètre de 37“34. 

Très bien représentée dans cette épreuve, la France occupe également les sixième et dixième rangs, grâce à Guillaume Foutrier et Marion Skalli, respectivement sur Fairness Hero Z et Caniska. 

Pénélope Leprevost, Roger-Yves Bost et Robinson Maupiler ont manqué le barrage de peu, tous trois fautant à une seule reprise avec Texas, Urane et Dali de la Lande. 

Les résultats ici