Vérité Une Prince ne concourra plus

Carole Huchin, responsable du centre de reproduction équine Prince, l’a confirmé à GRANDPRIX, Vérité Une Prince ne concourra plus. Née au haras des Princes, à Les Attaques dans le Pas-de-Calais, la fille de Number One d’Iso et de Justine d’Aursaye, par Rosire, se consacrera, à treize ans, à une deuxième vie de poulinière.  
“Elle a fait ce qu’elle avait à faire et, en discutant avec Pénélope (Leprévost, sa cavalière, ndlr), nous nous sommes dit que c’était le bon moment pour arrêter et qu’elle sorte par la grande porte”, a expliqué Carole Huchin.  
Apparue sous la selle d’Alexandre Sueur à quatre ans puis sous celle de Romain Potin l’année d’après lors de Cycles Classiques, l’énergique alezane avait rejoint les écuries de Nicolas Delmotte en 2015, année de ses six ans. Évoluant jusqu’à 1,40m avec le nordiste, c’est ensuite pilotée par Juliette Faligot, à partir de 2018, que la protégée du haras des Princes avait continué son chemin. Après deux années d’association ponctuées de beaux succès jusqu’à 1,50m, notamment une quatrième place lors d’un Grand Prix 2* à Mons Ghlin en 2019, Vérité Une Prince avait déménagé à Lécaude, au sein des écuries de Pénélope Leprevost, sa dernière cavalière. Avec la championne olympique de Rio de Janeiro, la fille de Number One d’Iso a rapidement atteint les sommets, accompagnant la Normande lors de nombreux CSI 5*. Formant un duo explosif, les deux dames se sont illustrées sur les pistes d’Europe pendant deux années, empochant quatre épreuves à 1,50m ainsi qu’un Grand Prix 2*, mi-septembre, à l’Hubside Jumping de Grimaud. En 2021, elles avaient pris la huitième place du Grand Prix secondaire à 1,55m du CSIO 5* de Rome avant de se classer deuxième de l’épreuve qualificative pour le Grand Prix du Longines Paris Eiffel Jumping quelques semaines plus tard.  
“Elle a obtenu un classement lors de son dernier concours (une sixième place lors d’une épreuve à 1,45m, toujours sur la piste azuréenne, ndlr), c’était une bonne chose et nous nous sommes dit qu’il était désormais temps de la préparer à la saison de reproduction qui débutera au mois de mars. Nous souhaitions faire les choses dans l’ordre. Nous avions pris la même décision pour son père, Number One d’Iso, en l’arrêtant lorsqu’il était encore en forme. Elle est de retour au haras depuis peu de temps et est encore mentalement un cheval de sport alors nous essayons de faire la transition petit à petit en la traitant davantage comme une poulinière. Nous y allons par étape puis nous réfléchirons aux étalons que nous pouvons lui attribuer en fonction de son comportement”, a conclu Carole Huchin.   

Ci-dessous, le barrage victorieux de Pénélope Leprevost et Vérité Une Prince lors d'un Grand Prix 2* à l'Hubside Jumping de Grimaud en septembre.