La rubrique du Pôle Hippolia: l’innovation jusqu’au bout des pieds!

Nous connaissons tous l’expression « mettre le pied à l’étrier », et pour cause : cet adage remonte au XVIIIème siècle ! L’objet en question, l’étrier, existe quant à lui depuis le XIème siècle. A l’époque, il se définit comme un anneau métallique qui soutient le pied du cavalier. En somme, une fonction bien similaire de l’étrier actuel ! Et pourtant, cet accessoire si indispensable au confort et à la stabilité du cavalier n’a cessé d’être repensé, redessiné et réinventé au fil des années, tant dans ses fonctions que dans sa forme et son design, pour le rendre toujours plus efficace et esthétique. Ces dernières années, de nombreuses marques se sont focalisées sur ce produit afin de le rendre plus adapté à la pratique régulière de l’équitation. Pour autant, ces entreprises n’ont pas toujours privilégié le même angle d’attaque, choisissant l’une des caractéristiques du produit à améliorer pour redéfinir leur offre et proposer une approche innovante et différenciante de l’objet.



Concrètement, quelles sont les attentes que l’on peut avoir vis-à-vis d’un étrier ?

Confort, amorti, sécurité, stabilité, ergonomie, poids, fixité et design sont autant de critères d’évaluation de l’étrier et donc autant d’approches R&D et commerciales pour faire de cet accessoire un élément à part entière de l’équipement du cheval et du cavalier.

Tour d’horizon des différentes approches et des grandes marques du secteur :
Historiquement, nous avons tous connu l’étrier classique, en métal, de forme plus ou moins standard, avec parfois un plancher amovible en caoutchouc : c’est le modèle le plus basique et abordable que l’on puisse trouver.
L’entreprise Jin Stirrup a bien identifié ce modèle et dès 2004 propose une version plus épurée, design et légère, en alu, qui reprend les codes du classique, avec un argument de confort et de performance. Toujours dans cet esprit de légèreté et de confort, certaines marques font le choix d’une matière plastique, rendant le produit plus abordable, et aujourd’hui avec une possibilité de choix infinis dans les couleurs. Compositi est LA référence dans ce domaine.

Pour allier confort, technicité et sécurité, Freejump sort en 2001 le premier étrier monobranche. Cette forme si particulière lui donne un amorti et donc un confort sans précédent. La monobranche permet une ouverture en cas de chute et donc plus de sécurité pour le cavalier. Depuis, cet étrier est resté le premier d’une longue série d’innovations de la marque avec de nouvelles formes et nouvelles applications pour répondre à tous les besoins. Quelques années plus tard, l’entreprise Flex-On* débarque sur le marché avec un tout nouvel étrier aux formes et couleurs innovantes : une nouvelle promesse d’amorti, de confort, d’ergonomie et d’absorption de choc voit le jour. Avec lui, c’est tout un service de personnalisation qui se développe, tant sur l’aspect technique, avec la possibilité de choisir l’inclinaison du plancher ou la qualité des grips de ce dernier, que sur l’aspect des couleurs et des matières, en allant jusqu’au détail du sticker à fixer en haut de l’étrier que l’on peut changer et personnaliser à souhait.

En 2016, une nouvelle rupture technologique vient s’emparer de la sphère des étriers : sur le critère principal de la sécurité, Rid’Up propose un tout nouvel étrier ayant la particularité de pouvoir se décrocher ! Ainsi en cas de chute, aucun risque de rester accroché par les pieds. Si cet élément sécurité est le premier argument commercial, ces étriers n’en sont pas moins techniques, avec un confort pour le cavalier et pour ses articulations, permis notamment grâce au balancier généré par l’attache coulissante de l’étrier. Avec une esthétique singulière, ces étriers sont également déclinés en de multiples couleurs, pour pouvoir être aussi bien flashy que discrets. Les étriers Winderen reprennent également cet argument de confort pour le cavalier et ses articulations. Quant à la marque suédoise Ophena, elle a misé sur la stabilité en proposant un étrier au look hors du commun, intégrant un plancher aimanté. Ainsi connecté à la botte, plus de risque de déchausser sur le n°1 !

Fin 2018, c’est Samshield qui créé le buzz sur le marché de l’étrier. Fidèle à l’enseigne, le produit se veut haut de gamme, à la fois technique et esthétique. Il reprend les codes du coloris métal, cette fois décliné en de multiples variantes dorées, rosées, argentées ou fumées, avec un design novateur et des lignes fines rappelant les traits d’un diamant, et intégrant une toute nouvelle technologie : une branche amovible aimantée, permettant une ouverture de l’étrier en cas de chute. Cette technologie fait écho aux étriers Safe-On de Flex-On*, intégrant également une branche amovible.



Enfin, de multiples marques se sont développées...

article-block3

© Flex-on

...pour proposer de nouveaux coloris, formats, planchers etc. On retrouve ainsi Sprenger, Stübben, LeMieux, Royal Rider, Acavallo, Safe Riding, Equiline, Equipe, Equitaly, Tech Stirrups et tant d’autres. Certaines marques se distinguent par la forme ou le coloris, d’autres par l’aspect sécurité, ou d’autres encore par de nouvelles fonctionnalités, comme l’étrier Horseware qui intègre un marchepied pour atteindre le dos des grands chevaux ou se remettre en selle facilement en extérieur.

Si certains selliers, comme Antarès, ont un temps vendu leurs propres étriers, la plupart s’appuient aujourd’hui plutôt sur toutes les marques déjà existantes. Néanmoins, l’offre est parfois moins variée pour des disciplines telles que le western, la randonnée ou l’endurance, pour lesquelles les contraintes techniques diffèrent des principales disciplines olympiques. Certaines marques comme Gaston Mercier* continuent donc à produire leurs étriers en adéquation avec leurs selles. 

Pour répondre aux problématiques liées à la fixité de la jambe, sans pour autant attaquer le marché de l’étrier, certains selliers ont trouvé la parade en restant sur leur cœur de métier et en adaptant leurs étrivières : C’est ainsi que CWD* a sorti ses étrivières triangulées, qui s’attachent d’un côté au couteau de la selle, et de l’autre au 3ème contre-sanglon, pour ainsi donner plus de stabilité à la jambe, quel que soit l’étrier associé. Hormis le design, tous les paramètres confort, sécurité, stabilité, etc. peuvent être reliés directement à la qualité de l’équitation du cavalier et à son équilibre, impactant donc sa performance ! Si pour le moment nous n’avons pas encore vu de capteurs liés aux étriers, ce paramètre cavalier semble être une approche d’avenir...

*membre du Pôle Hippolia
La sélection des solutions présentées n’est pas exhaustive.