Pedro Veniss s’offre les honneurs dans le Grand Prix 4* de Vejer de la Frontera, où Pierre Alain Mortier se démarque

Pedro Veniss s’est offert une belle victoire dans le Grand Prix 4* de Vejer de la Frontera. Après avoir affronté deux parcours délicats, le Brésilien a fait parler toute sa science en signant le plus rapide des trois doubles sans-faute du jour en compagnie de Nimrod de Muze Z. Il a été suivi par son coéquipier auriverde Yuri Mansur, qui montait Humberto Ask, ainsi que l’Irlandais Cameron Hanley, juché sur ESI Toulouse. Pierre Alain Mortier, impressionnant dès le premier tour, a concédé une faute au barrage et termine cinquième avec son fidèle Just Do It R.



Humberto Ask et Yuri Mansur.

Humberto Ask et Yuri Mansur.

© Ahmed Al Maawali/Sunshine Tour

Difficile tâche que d’ouvrir un Grand Prix 4* à 1,55m. Sous un ciel menaçant, Pierre Alain Mortier a parfaitement relevé le défi, dimanche 27 février, sur la grande piste en herbe de Vejer de la Frontera. Associé à son fidèle Just Do It R (CDE, Action Breaker x Baloubet du Rouet), le Tricolore a déjoué tous les pièges du massif parcours dessiné par les Français Grégory Bodo et Alain Lhopital, qui comprenait notamment une rivière, en numéro cinq, un double, ainsi qu’un triple, treizième et avant-dernière difficulté du tracé. La performance du Français a rapidement pris tout son sens, à mesure que ses concurrents ont essuyé fautes, points de temps dépassé et abandons. Il aura fallu attendre le passage du vingt-sixième cavalier, Leopold van Asten, pour s’assurer une finale au chronomètre. Juste, le parcours concocté par le duo tricolore a finalement permis à cinq couples de revenir en piste pour le barrage, tandis que cinq paires ont été piégées par le temps. 

De retour en piste pour le second acte de ce temps fort dominical, Pierre Alain Mortier est passé à un rien de réitérer sa performance du premier tour. Malheureusement, le Français a renversé l’ultime vertical du barrage avec son fidèle alezan, apparu très à son aise sur la piste David Broome. À sa poursuite, le Néerlandais Leopold van Asten, qui n’a pas déroulé le parcours le plus fluide de la première manche, s’est lui aussi fait piéger. En tentant de mettre la pression sur les suivants, le cavalier de VDL Groep Miss Untouchable (Old, Chacco-Blue x Altadus) a, lui, péché sur l’avant-dernière difficulté du tracé raccourci. Pour autant, les 36”43 affichées par le duo batave n’ont jamais été approchées.

En effet, le Brésilien Yuri Mansur a préféré assurer un double clear round avec son jeune Humberto Ask, né Mazur Obolensky N (BWP, Cornet Obolensky, ex Windows vh Costersveld x Lazio). Le gris de dix ans a cette fois conjuré le mauvais sort après avoir concédé quatre points dans les trois derniers Grands Prix qu’il a disputés au Sunshine Tour. Mieux encore, Humberto a enregistré son meilleur résultat international en prenant la deuxième place du Grand Prix grâce à son chronomètre de 39”67. Lui aussi double zéro, l’Irlandais Cameron Hanley s’est contenté du troisième rang avec ESI Toulouse (ISH, SIEC Livello x Quasimodo van de Molendreef). Huitième lors de leurs deux dernières sorties en Grand Prix 4* en Andalousie, la paire, deuxième d’un Grand Prix 3* à Oliva en novembre dernier, est montée pour la première fois sur le podium d’un temps fort 4*. 



Nimrod de Muze dans les traces de son illustre fratrie

Le sourire de Pedro Veniss, qui a défilé en tête du tour d'honneur avec le beau Nimrod de Muze.

Le sourire de Pedro Veniss, qui a défilé en tête du tour d'honneur avec le beau Nimrod de Muze.

© Ahmed Al Maawali/Sunshine Tour

Dernier à revenir en piste, le Brésilien Pedro Veniss avait son destin entre les mains. Impeccable sur Nimrod de Muze (Z, Nabab de Rêve x Tinka’s Boy), le sympathique cavalier a fait triompher la belle équitation en déroulant un barrage sans accros. Après avoir dit au revoir à son inoubliable Quabri de l’Isles (SF, Kannan x Socrate de Chivre), parti à la retraite après un ultime tour de piste à Genève fin décembre, l’Auriverde a réussi un véritable coup de maître avec son autre alezan, qui disputait son tout premier Grand Prix 4* ! Une belle consécration pour ce hongre de onze ans, né chez Eric Polfiet et formé en France par Manuel Fillatre, puis valorisé entre 2018 et 2019 par Laurent Goffinet. 

Fils de la formidable Héroïne de Muze, Nimrod suit donc les traces de son illustre fratrie. Sa mère a notamment engendré l’exceptionnel Elvis de Muze (Elvis Ter Putte), complice de la Grecque Ioli Mytilineou et révélation des derniers championnats d’Europe de Riesenbeck, Kitona de Muze (Vigo d’Arsouilles), ancienne monture d’Alexis Deroubaix et vendue cet hiver, Morfine de Muze, vu jusqu’à 1,60m avec le Belge Rik Hemeryck et propre frère de Nimrod. De cette souche maternelle, sont également issus les tout bons Querlybet Hero, Sauterelle de la Pomme, mère de Vagabond, Giovanni de la Pomme ou encore Walloon et Narcotique de Muze, rien que ça !

Côté français, outre Pierre Alain Mortier, deux amazones ont aussi défié la piste de Vejer. Laura Monier a effectué un bon parcours sur son plaisant gris Kira Loe (Bavar, Washington, ex Clooney x Cruising). La paire n’a qu’effleuré la palanque numéro dix, terminant son parcours avec sept points de pénalité. Le résultat est plus lourd pour Pénélope Leprevost, bien que son Texas (SWB, Tornesh x Robin Z) ait montré de belles choses. Semblant accusé le coup en fin de parcours, le joli bai a été battu sur les obstacles 9b, 10 et 11, après avoir commis une faute supplémentaire sur l’oxer numéro 6, qui suivant la rivière. 

Les résultats complets ici.