Pénélope Leprevost et Excalibur de la Tour Vidal répondent présents à Vejer de la Frontera

Quelle prestation de Pénélope Leprevost ! En selle sur l’excellent Excalibur de la Tour Vidal*GFE, né chez Jean-Louis Bourdy-Dubois, la Normande a ravi une belle victoire, à l’occasion du Grand Prix 4* de Vejer de la Frontera. La tricolore a devancé l’Espagnol Armando Trapote, en selle sur l’expressif Tornado VS, ainsi que le Brésilien Felipe Amaral, premier des quatres couples à s’être qualifié pour le barrage en compagnie d’Androide 3K.



Armando Trapote et Tornado VS, deuxièmes du Grand Prix.

Armando Trapote et Tornado VS, deuxièmes du Grand Prix.

© Ahmed Al Maawali/Sunshine Tour

Après Mylord Carthago, Pénélope Leprevost brille avec un autre protégé de Jean-Louis Bourdy-Dubois. La Normande s’est imposée, samedi 12 mars, dans le Grand Prix 4* de Vejer de la Frontera avec l’excellent Excalibur de la Tour Vidal*GFE. Tout comme Mylord, Excalibur a vu le jour grâce au travail de Jean-Louis Bourdy-Dubois, discret et talentueux éleveur installé dans l’Allier, à Vichy. Si l’expertise de ce scientifique n’est plus à prouver, cette victoire doit toutefois le réjouir. Il doit en être de même pour Pénélope Leprevost, dont le partenaire olympique, Vancouver de Lanlore, vient de passer sous bannière helvète. En vraie sportive, l’amazone a immédiatement rebondi, pour retrouver les sommets après une dernière victoire en Grand Prix 5* datée du 22 juillet 2018, à Ascona, en compagnie du regretté Gain Line. Bien sûr, entre temps la cavalière de quarante et un ans n’avait pas disparu de la scène internationale, loin de là, et avait remporté plusieurs victoires et Grand Prix, mais celui qu’elle vient de remporter en Andalousie, bien que doté de “seulement” 4*, doit avoir un goût particulier. 

Dans un premier tour difficile, qui n’a vu que quatre des cinquante couples au départ se qualifier pour le barrage, Excalibur et Pénélope ont été les derniers à laisser toutes les barres sur leurs taquets. Avant eux, le Brésilien Felipe Amaral, l’Allemand Jens Baackmann ainsi que l’Espagnol Armando Trapote avaient aussi déjoué les pièges proposés par le local Javier Trenor, sur l’immense piste en herbe David Broom. Décalé en raison des intempéries prévues demain, ce temps fort a vu quelques couples sortir avec des scores lourds ou abandonner. Pour autant, on a compté quinze duos ayant renversé seulement une barre. À ceux-ci, s’ajoutent les deux parcours à un point de l’Américain Michael Hughes et de l’Allemande Laura Klaphake. Le premier, cavalier des écuries Stephex, misait sur Kashmir van d'Oude Pastory (BWP, Thunder vd Zuuthoeve x Sun Light van de Zuuthoeve), classé deux et septième lors de ses dernières sorties en Grand Prix en terres andalouses. La seconde, lauréate du petit Grand Prix ce matin, montait le plaisant Quin 13 (Holst, Verdi TN x Corrado), malchanceux et sanctionné d’une barre lors de ses deux dernières tentatives à ce niveau. 



Pénélope Leprevost fait parler l’expérience

Au barrage, le plan de Felipe Amaral était clair : tout tenter pour espérer l’emporter. Malheureusement, le Brésilien n’a pas réussi à imiter son compatriote Pedro Veniss, lauréat du dernier Grand Prix 4* du Sunshine Tour. En selle sur Androide 3K (Bras-H, VDL Zirocco Blue, ex Quamikase des Forêts x Indoctro), le pilote a renversé un obstacle sur son passage. Malgré son temps de 34”73, ses chances de victoires étaient minces. Finalement, le mâle de onze ans a terminé troisième, enregistrant l’une de ses plus belles performances et son meilleur classement à ce niveau, après avoir terminé cinquième d’un Grand Prix 3*, sur cette même piste, en fin d’année dernière.

Lancé dans la vaste carrière en herbe, Jens Baackmann a tenté de trouver un compromis entre vitesse et prudence… en vain. L’Allemand n’a pas pu éviter une faute de son Nomanee (Holst, Non Stop x Carthago) sur l’antépénultième effort du parcours raccourci, un oxer blanc qui défendait l’entrée du double numéro onze dans l’acte initial. Cet obstacle avait notamment piégé Emeric George, second représentant français au départ du Grand Prix. Le pilote, juché sur Diesel GP du Bois Madame (sBs, Cassius x Heartbreaker) avait également buté sur la palanque numéro 6 auparavant, terminant à huit points. Malgré son barrage à quatre points, Jens Baackmann doit être satisfait du comportement de son étalon de dix ans. En effet, le gris disputait son premier rendez-vous à ce niveau et est apparu tout à fait à l’aise face aux difficultés du jour. Quatrième, le duo devrait faire parler de lui dans les mois à venir.

Avant-dernier à s’élancer dans l’arène, Armando Trapote aurait sans doute aimé briller devant les siens. Associé au bien nommé Tornado VS (Holst, Toulon x Contender), l’Espagnol a su composer avec son bai brun, visiblement plus enclin à ruer qu’à faire usage de son amplitude. Entre plusieurs coups de dos, le couple est parvenu à franchir sans mal les obstacles, coupant la ligne d’arrivée en 40”13 et signant le premier double zéro de l’après-midi. Deuxièmes, les deux complices ont réalisé leur meilleure performance, après avoir fait leurs débuts en 5* l’été dernier, sur la piste de Chantilly.

Car, malheureusement pour les fans espagnols, Pénélope Leprevost a eu le dernier mot ! La Normande a fait parler l’expérience en déroulant un barrage rapide mais propre, sur le styliste Excalibur de la Tour Vidal. L’excellent gris, qui a repris la compétition fin janvier, à Oliva, après de bonnes prestations aux Européens Longines de Riesenbeck et dans la finale des Coupes des nations de Barcelone, a remporté le deuxième Grand Prix de sa jeune carrière. À douze ans, l’étalon semble atteindre un beau pic de forme, que sa cavalière devrait pouvoir utiliser cette saison, surtout en l’absence de Vancouver de Lanlore.

Les résultats complets ici.

Pénélope Leprevost et Excalibur de la Tour Vidal*GFE.

Pénélope Leprevost et Excalibur de la Tour Vidal*GFE.

© Ahmed Al Maawali/Sunshine Tour