Un vent nouveau, venu notamment d’Allemagne et de Grande-Bretagne, souffle sur la finale de la Coupe du monde

Si la première finale organisée à Leipzig, en 2011, avait vu s’affronter pléthore de ténors, parmi lesquels Christian Ahlmann avait su tirer son épingle du jeu avec l’inoubliable Taloubet Z, l’édition 2022 sera placée sous le signe du renouveau. En effet, ils seront plus d’une dizaine à découvrir cette grande compétition, dont neuf issus de la ligue d’Europe de l’Ouest, à commencer par le seul Français en lice, Grégory Cottard. Petit tour d’horizon des nouvelles têtes de ce premier grand rendez-vous de l’année.



Du 7 au 10 avril, une bonne trentaine de cavaliers de jumping s’affronteront pour tenter de succéder à Steve Guerdat, qui remettra en jeu son troisième titre, conquis à Göteborg avec Alamo (KWPN, Ukato x Equador) en... 2019! Après deux années sans finale, eu égard à la crise sanitaire, les jeux semblent plus ouverts que jamais, d’autant que le panel de qualifiés s’avère largement renouvelé par rapport à celui des finalistes de 2019. Du fait de l’annulation de bon nombre d’étapes, notamment de celles d’Helsinki, Stuttgart, Malines, Bâle, Amsterdam, Bordeaux et Göteborg en ligue d’Europe de l’Ouest, victimes de la cinquième vague de...

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Abonnez-vous pour 4,90€ par mois sans engagement
  • Accédez à tous les contenus GRANDPRIX en illimité
  • Soutenez une équipe de journalistes passionnés et une rédaction indépendante
  • Consultez tous les articles du magazine GRANDPRIX où que vous soyez

Nouveau chez GRANDPRIX ? Créez votre compte GRANDPRIX

Mot de passe perdu ? Réinitialiser mon mot de passe