McLain Ward prend les commandes et Grégory Cottard se replace à Leipzig

McLain Ward a remporté la deuxième épreuve de la finale de la Coupe du monde Longines, adjugée lors d’un barrage à sept, cet après-midi à Leipzig, en Allemagne. Juché sur Contagious, son vif et élastique alezan, l’Américain s’est aisément imposé devant les jeunes Britanniques Harry Charles et Jack Whitaker, deux et troisièmes sur Romeo 88 et Equine America Valmy de la Lande. Tout près d’un exploit, Grégory Cottard a joué crânement sa chance avec Bibici, finissant cinquième. Au classement général, le Francilien remonte au sixième rang.



Si la deuxième épreuve de la quarante-deuxième finale de la Coupe du monde Longines a sportivement tenu ses promesses cet après-midi au Parc des expositions de Leipzig, sa mise en scène ne l’a guère magnifiée. Programmé à 14h ce vendredi afin de satisfaire aux désirs de la chaîne régionale MDR, ce qui s’apparente à un Grand Prix Coupe du monde, avec un sérieux tour initial et un barrage à suspense, s’est logiquement disputé devant des tribunes clairsemées. Étaient-elles, dans l’ensemble, garnies à 30%? 40%? Peu importe le taux de fréquentation, c’est l’ambiance froide, voire glaciale, que l’on retiendra de cette session. Peu d’applaudissements, un speaker qui a tendance à se contenter du minimum syndical… et une ambiance musicale maintenue tout du long, y compris pendant le barrage, comme dans une Préparatoire sans histoire! Rien de tel pour banaliser l’exploit sportif. Dommage. Et pour gâter le tout, l’ouvreur du jour, le Saoudien Abdullah al-Sharbatly, est ressorti à pied, son Hunter C s’étant blessé à l’antérieur droit en début de parcours… Boiteux, l’animal a été transporté en clinique vétérinaire. Bref, espérons que l’ultime épreuve en deux manches de cette finale, prévue dimanche après-midi, efface cette impression.

Trente-deux couples sont entrés en piste. Katherine A. Dinan, bien moins tendue qu’hier, a été la première à trouver la clé du très intéressant parcours de l’Allemand Frank Rothenberger, qui a su évoluer avec temps, comme il l’avait déjà prouvé l’an passé aux championnats d’Europe Longines de Riesenbeck. En selle sur l’expérimenté Brego R’N B, l’Américaine a toutefois dépassé le temps imparti, se classant huitième. Par la suite, bon nombre de favoris ont produit de beaux parcours, mais seuls sept ont accédé au barrage. Ainsi, ce n’est pas passé pour l’Irlandais Denis Lynch, qui a commis une faute de précipitation sur le vertical 13, associé à un Cristello bien moins craintif qu’hier. Même faute pour l’Autrichien Max Kühner, deuxième hier et moins fringant cette fois avec Elektic Blue P, tandis que l’Irlandais Conor Swail, troisième hier, a tutoyé l’oxer 11 sur Count me in.

Pour les Allemands, ce fut la bérézina, hormis pour le jeune Gerrit Nieberg, fautif uniquement sur le vertical 8 avec le tout bon Ben 431. On a compté pas moins de douze points pour Christian Kukuk et Marcus Ehning, associés à Checker et Calanda 42. Dur, surtout pour le second, qui comptait initialement monter son crack Stargold, légèrement blessé… Et huit points pour David Will et C Vier 4, quatrièmes hier et battus aujourd’hui sur le vertical 6 et l’oxer 12. Le Suédois Jens Fredricson, lui, s’est fait piéger, comme quelques autres, par le très délicat mur hissé à 1,60m en numéro 3 avec Markan Cosmopolit. Surtout, on se souviendra du numéro d’équilibriste du Suisse Martin Fuchs, leader au provisoire et passé près de tout perdre lorsque The Sinner, qu’il a présenté aujourd’hui pour laisser au repos le puissant Chaplin, a plongé le regard – et la tête – dans le bidet de l’oxer 7, rempli d’eau, ce qui n’est pas si courant en indoor. Au-delà de l’inévitable faute consécutive à ce péché d’appréhension, le Suisse a perdu ses rênes, puis en a récupéré une pour aller sauter vaille que vaille que le vertical 8… et finir son parcours avec ses seules rênes de bride. C’est dans ce genre de situation qu’on distingue un grand champion du reste du peloton!

Côté outsiders, il y a eu de la casse aussi. Ainsi, l’Américaine Hunter Holloway, excellente hier avec Pepita con Spita, a concédé pas moins de vingt-trois points, après trois fautes et une volte devant le 13… De même pour le Lithuanien Andrius Petrovas, si près de la vérité hier, et pénalisé de vingt et un points cette fois avec Linkolns, qui a refusé une fois de franchir le 7, avant d’y fauter et de renverser le vertical 9a et l’oxer 11.

Grégory Cottard et Bibici.

Grégory Cottard et Bibici.

© Scoopdyga



Sorry, good game!

Le barrage semblait très ouvert, compte tenu des forces en présence. Premier à entrer en lice, le Suisse Steve Guerdat, tenant du titre et malheureux chasseur, a tenté sa chance avec Victorio des Frotards. Impeccable au tour initial, le Selle Français a renversé le vertical 6 et l’oxer 9b, reléguant le couple à la septième place. John Whitaker, l’un des rares cavaliers aptes à réveiller le public de sa torpeur, entendait assurer un double sans-faute sur le tout bon Unick du Francport, mais la légende britannique et son SF ont concédé une bête faute sur le vertical 8, finissant sixièmes. Jack Whitaker, son neveu, a signé le premier double clear round, suivant la même stratégie avec Equine America Valmy de la Lande, encore un SF, classé troisième.

Dans la foulée, Grégory Cottard a joué crânement sa chance avec la… SF Bibici, bien plus posée dans cette deuxième épreuve. Une très, très grande performance leur tendait les bras, avant une petite et rageante faute d’antérieurs sur le maudit 8. C’est le jeu, qui leur a valu une bonne cinquième place. Un peu plus rapide que son compatriote, Harry Charles, aussi solide avec Romeo 88 qu’hier sur Stardust, a pris la tête de l’épreuve, pas pour longtemps. Parti pour mettre tout le monde d’accord, le Néerlandais Harrie Smolders, crédité du meilleur temps, a lui aussi vu le puissant et rapide Monaco fauter sur le 8, des postérieurs. McLain Ward, qui disposait alors d’un boulevard, n’a pas manqué l’occasion de gagner cette épreuve, comme en 2017 à Omaha, profitant de la gnaque et de l’élasticité de son vif Contagious, déclaré vainqueur avec plus de trois secondes d’avance sur Romeo 88. Sorry, good game!

Au classement général provisoire, McLain Ward, cinquième de la Chasse, a donc pris les commandes de cette finale. Dimanche, il disposera d’une barre de secours sur Harrie Smolders, de cinq points de marge sur Harry Charles et le Suisse Martin Fuchs et de six longueurs d’avance sur Gerrit Nieberg. Suivent, à sept points, Grégory Cottard, Max Kühner et Conor Swail. Avec huit points, Jack Whitaker et Jens Fredricson referment le top dix. Tous les espoirs restent donc permis pour le Français et son attachante grise. Vivement dimanche!

Les résultats de la deuxième épreuve
Le classement général provisoire de la finale
Le parcours

Toutes les épreuves des finales des Coupes du monde Longines de saut d’obstacles et FEI de dressage, attelage et voltige sont retransmises en direct sur ClipMyHorse.tv

Harrie Smolders et Monaco.

Harrie Smolders et Monaco.

© Scoopdyga