“Avec Vancouver, j’espère disputer des Coupes des nations voire des grands championnats”, Pius Schwizer

Très en vue de 2008 à 2015, période durant laquelle il a pris part à tous les grands championnats, Pius Schwizer pourrait bien faire son retour au plus haut niveau dans les semaines à venir. À bientôt soixante ans, le Suisse n’a jamais quitté les CSI 5*, endossant notamment régulièrement la veste des Shanghai Swans en Global Champions League, mais n’a plus participé à une échéance majeure depuis sept ans. Il a pour objectif de réintégrer son équipe nationale, avec la complicité de Vancouver de Lanlore, l’ancien partenaire olympique de Pénélope Leprevost. À l’occasion du CSI 3* de Rosières-aux-Salines, le cavalier et marchand, témoin privilégié des évolutions de son sport, s’est livré sans tabou sur certains des thèmes qui animent le plus les discussions, tout en décrivant son système.



Vancouver de Lanlore (SF, Toulon x Le Tot de Semilly), l’ancien cheval de tête de Pénélope Leprevost, a rejoint vos écuries depuis quelques semaines. Quand et comment est-il arrivé chez vous ?Il est chez moi depuis trois mois et je l’ai déjà monté lors de trois ou quatre concours. J’ai disputé avec lui le Grand Prix CSI 3* de Lanaken, où il a fauté sur le numéro un mais extraordinairement bien sauté. Certains Français m’ont fait part des rumeurs à son sujet, mais il bouge superbement bien. Il est très frais, vif et agréable à monter. Je dois encore apprendre à le connaître plus et m’adapter à lui. Par le passé,...

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Abonnez-vous pour 4,90€ par mois sans engagement
  • Accédez à tous les contenus GRANDPRIX en illimité
  • Soutenez une équipe de journalistes passionnés et une rédaction indépendante
  • Consultez tous les articles du magazine GRANDPRIX où que vous soyez

Nouveau chez GRANDPRIX ? Créez votre compte GRANDPRIX

Mot de passe perdu ? Réinitialiser mon mot de passe