Après Hambourg, Christian Ahlmann s’empare de Stockholm

Quel couple! Vainqueur du Grand Prix du Longines Global Champions Tour d’Hambourg il y a tout juste trois semaines, la paire formée par Christian Ahlmann et Dominator 2000 Z a à nouveau frappé. C’est cette fois à Stockholm que le couple l’a emporté, au nez et à la barbe des champions olympiques Henrik von Eckermann et King Edward. Marcus Ehning a pris la troisième place de ce Grand Prix avec le superbe Stargold.



Après avoir glané une épreuve à 1,45m hier ainsi que les deux manches de la Global Champions League, Henrik von Eckermann espérait certainement réaliser LE week-end parfait en s’emparant du Grand Prix. Malheureusement pour le champion olympique, un certain Christian Ahlmann est venu briser ses rêves de gloire, le reléguant, une nouvelle fois, à la deuxième place. Il y a trois semaines, sur la piste d’Hambourg, l’Allemand s’était déjà emparé du Grand Prix devant son public avec son bien nommé Dominator 2000 Z (Diamant de Semilly x Cassini I). Ce soir, le couple a réédité la performance. En Suède, le sublime étalon noir à la technique parfaite a conclu son barrage en 35’’69, juste assez pour attirer la lumière et s’illustrer une nouvelle fois. En ce fils de Diamant de Semilly, Christian Ahlmann a décidément trouvé une relève à son exceptionnel Taloubet Z.
Déjà deuxième à Doha puis au Saut Hermès, Henrik von Eckermann va certainement regretter d’être passé à côté de la victoire devant son public. Malheureusement, et malgré les deux victoires déjà acquises ce week-end avec son exceptionnel petit alezan, le Suédois n’a cette fois pas reçu les honneurs. Avec son inqualifiable King Edward (BWP, Edward 28 x Feo), pour lequel les adjectifs manquent tant ses qualités et sa régularité sont irréelles, le champion olympique par équipes de Tokyo a laissé filer la victoire pour une poignée de centièmes de trop, 35’’80.   

Ce scénario nous en ferait presque oublier l’énième performance de Marcus Ehning. Avec son petit bai Stargold (Old, Stakkato Gold x Lord Weingard), le Centaure allemand s’est offert une belle troisième place grâce à un chronomètre de 35’’87. Depuis plusieurs mois, l’étalon est, lui aussi, d’une régularité remarquable. Vainqueur d’un Grand Prix à Doha, huitième à Bois-le-Duc ou encore cinquième à Hambourg il y a trois semaines, le couple est décidemment dans une belle forme, une nouvelle rassurante à deux mois des championnats du monde d’Herning.  



Un sublime plateau pour cette huitième étape

Une nouvelle fois, l'exceptionnel King Edward a répondu présent.

Une nouvelle fois, l'exceptionnel King Edward a répondu présent.

© Sportfot

Après Cannes début juin, c’est donc à Stockholm, en Suède, que le Longines Global Champions Tour a posé ses valises pour sa huitième étape. À l’issue de l’épreuve qualificative, remportée par Henrik von Eckermann et King Edward, trente-cinq couples se sont élancés dans le Grand Prix. Sur un tour délicat dessiné par le chef de piste italien Uliano Vezzani, seuls six paires ont su trouver les clés du parcours parfait. Même les triples médaillés olympiques, Peder Fredricson et H&M All In (SBS, Kashmir van Schuttershof x Andiamo Z), se sont heurtés aux difficultés du parcours. Malgré tout, leur bon chronomètre leur a permis d’accrocher la huitième place de ce classement et ce, malgré une barre à terre. À seize ans, le bai est toujours d’une régularité incroyable, sans aucun doute le fruit d’une gestion rondement menée par le numéro trois mondial. Même scénario pour l’Irlandais Darragh Kenny, bon septième aux rênes de Great-Tikila J (KWPN, Carosso VDL x Nabab de Rêve).   

Jens Fredricson a, lui, connu plus de chance que son frère puisqu’il s’est qualifié pour le second acte de ce Grand Prix. Avec son médaillé de bronze de la dernière finale de la Coupe du monde Longines Markan Cosmopolit (SWB, Cohiba 1198 x Calido I), il a cependant écopé de huit points au barrage, accrochant tout de même une belle sixième place. Les champions olympiques Ben Maher et Explosion W (KWPN, Chacco-Blue x Baloubet du Rouet) ont, étonnamment, effectué un barrage leur permettant de n’accéder qu’à la quatrième place avec plus de deux secondes de retard sur le lauréat (37’’16). Un résultat surprenant quand on sait à quel point le couple peut être redoutable au jeu de la vitesse. Cependant, l’explication réside certainement dans le fait qu’il ne s’agisse que du deuxième concours du hongre depuis le CHI de Genève, il y a six mois. Exceptionnel.  
Enfin, l’Autrichien Max Khüner et son tout aussi incroyable Electric Blue P (DSP, Eldorado vd Zeshoek x For Pleasure) ont accroché la dernière place du classement, cinquièmes (37’’65). Là encore, la régularité du hongre est impressionnante. Deuxième du Grand Prix 5* de Windsor, double sans-faute dans la Coupe des nations du CSIO 5* de Saint-Gall, le délicat bai est, à n’en pas douter, l’un des favoris de l’échéance mondiale danoise.    

Les résultats ici