Au pied du rocher, Max Kühner prend sa revanche sur Darragh Kenny

Max Kühner s’est imposé ce soir dans le Grand Prix du Prince de Monaco, dixième étape du Longines Global Champions Tour, bouquet final du Jumping international de Monte-Carlo. Dans une épreuve extrêmement sélective où seuls deux couples ont réussi à se hisser au barrage, l’Autrichien, associé à EIC Coriolis des Isles, a pris sa revanche sur l’Irlandais Darragh Kenny, qui l’avait devancé en 2021, et deuxième cette année avec Volnay du Boisdeville. Les Français ont réussi un joli tir groupé avec quatre couples dans le top sept.



L’histoire est, paraît-il, un éternel recommencement. Le Grand Prix du Prince de Monaco, dixième étape du Longines Global Champions Tour (LGCT), a failli le démontrer une fois encore, ce soir sur le Port Hercule de Monte-Carlo. Sur le podium, les trois mêmes cavaliers que lors de l’édition 2021, mais avec une différence de taille: le vainqueur. Deuxième l’an dernier, l’Autrichien Max Kühner, quarante-huit ans, a cette fois pris sa revanche sur l’Irlandais Darragh Kenny, qui l’avait alors devancé de dix-huit centièmes de seconde. Cette année, sur son Selle Français EIC Coriolis des Isles, étalon de dix ans, le numéro quatorze mondial est allé chercher sa première victoire dans un Grand Prix LGCT. Pour trente-quatre centièmes, il s’est cette fois imposé devant l’Irlandais, en selle sur Volnay du Boisdeville, étalon SF de treize ans qui avait représenté la France jusqu’aux Jeux équestres mondiaux de 2018, à Tryon, sous la selle d’Alexandra Francart.

“Je suis super content”, s’est réjoui le vainqueur. “L’an dernier, Darragh m’avait battu et je voulais prendre ma revanche. Au barrage, j’ai eu la chance de partir le second. J’ai regardé le tour Darragh, compté ses foulées entre les obstacles et j’ai dû rapidement établir mon plan en l’adaptant à mon cheval. Le parcours était très technique tant en termes d’angles que de distances. Coriolis n’étant pas un cheval très rapide, j’ai dû soigner mes virages et cela a payé. La piste est très spécifique car très petite mais mon cheval a été fantastique depuis le début du concours.”Cette victoire a offert à l’homme d’affaires autrichien, qui prendra part au Grand Prix Rolex du CSIO 5* d’Aix-la-Chapelle demain après-midi en selle sur Elektric Blue P, son ticket pour la Super Grand Prix du LGCT , programmé en novembre à Prague. “En sport, il ne suffit pas d’espérer que les choses se produisent, il faut se battre pour aller les chercher”, a-t-il expliqué. “Cette finale de Prague fait partie des objectifs pour lesquels on se bat et je suis bien évidemment ravi d’avoir gagné ma place.”



Simon Delestre, Edward Levy, Julien Épaillard et Émeric George à l’honneur

Comme l’an dernier, le Belge Olivier Philippaerts, associé ce soir à H&M Miro, a complété le podium, avec deux points de temps dépassé. Sur un parcours initial extrêmement délicat, où seuls deux couples ont réussi à résoudre les multiples problèmes posés par le chef de piste italien Uliano Vezzani, les Français ont finalement réussi un beau tir groupé puisque Simon Delestre, Edward Levy, Julien Épaillard et Émeric George se sont suivis de la quatre à la septième places sur Dexter Fontenis, Rebeca LS, Gracieux du Pachis et Diésel Gp du Bois Madame, grâce à de très bons parcours à quatre points. Si Edward a péché sur le dernier obstacles, ses trois compères ont tous péché sur le double, difficulté technique quasi inextricable. Pour sa part, Olivier Robert a jeté l’éponge après deux fautes en selle sur Vangog du Mas Garnier.

Au classement général du LGCT, l’Allemand Christian Ahlmann conserve la tête devant le champion olympique britannique Ben Maher et le Belge Pieter Devos. Kenny et Kühner ont profité de leur résultat du soir pour grimper aux quatre et cinquième rangs. La prochaine étape se déroulera à Londres du 19 au 21 août.

Déjà vainqueurs à Doha et Stockholm, et sur le podium à Madrid et à Saint-Tropez, les Cœurs de Stockholm, remarquablement portés à Monaco par la Britannique Lily Attwood et le Belge Olivier Philippaerts, se sont offert un nouveau succès en Global Champions League. Alors que trois formations abordaient la seconde manche sans le moindre point de pénalité, seule celle-ci a réussi à réitérer cette performance, laissant ses adversaires loin derrière. Ils ainsi conforté leur place de leader au classement général avec désormais 30 points d’avance au terme de la dixième des quinze étapes. Également support de la qualification individuelle pour le Grand Prix, l’épreuve a souri au Belge Constant van Paesschen, le plus rapide des quarante-sept couples au départ, sur sa SF Diaz du Thot. Le Suédois Henrik von Eckermann (Hollywood V) et le Néerlandais Maikel van der Vleuten (Elwikke) ont complété le podium, juste devant Julien Épaillard, quatrième avec Gracieux du Pachis.



“Une réussite à tous les niveaux”, Diane Fissore

“Cette édition fut une réussite à tous les niveaux”, s’est réjouie Diane Fissore, présidente du concours et de la Fédération équestre de la principauté de Monaco. “Les nouveaux aménagements ont séduit les cavaliers, notamment la nouvelle piste juste à côté des écuries. Nous n’avons eu que de bons retours à ce sujet. Non seulement cela permet de désengorger le paddock, mais, en plus, il y fait beaucoup moins chaud que sur le port. Nous avons eu beau temps et le public était nombreux puisque les tribunes étaient complètes les trois jours. Cela, nous le devons en partie grâce aux cavaliers présents. Malgré le fait qu’Aix-la-Chapelle, un des plus gros concours du monde, ait lieu en même temps que le nôtre, nous avons eu un très beau plateau (certains concurrents s’étant engagés dans les deux événements, ndlr). Les cavaliers ont été au rendez-vous, ce qui montre toute la qualité de ce Jumping. C’est très motivant pour la suite. Nous allons continuer à chercher des axes d’amélioration pour proposer une édition 2023 encore meilleure.”

Les résultats
Le parcours