Peder Fredricson éclabousse le Grand Prix du CSIO 5* de Knokke de toute sa classe

Au terme d’un peu plus de trois heures d’épreuve, et d’un barrage endiablé, Peder Fredricson a eu le dernier mot, dans le Grand Prix du CSIO 5* de Knokke. Discret ces derniers mois, le Suédois, toujours numéro trois mondial, a livré deux démonstrations aux rênes de son formidable H&M All In de Vinck, médaillé d’or par équipe et d’argent en individuel lors des derniers Jeux olympiques de Tokyo. Derrière cette paire déjà légendaire, le Brésilien Bernardo Cardoso De Resende Alves a vécu une belle journée aux côtés de Mosito van het Hellehof, tout comme Maikel van der Vleuten, troisième avec son médaillé de bronze des derniers JO, Beauville Z. Côté français, le dénouement a été moins glorieux que dans la Coupe des nations, même si Simon Delestre a réussi à accrocher un classement.



Bernardo Cardoso De Resende Alves et Mosito van het Hellehof.

Bernardo Cardoso De Resende Alves et Mosito van het Hellehof.

© Scoopdyga

Les spectateurs du Grand Prix du premier CSIO 5* organisé dans le complexe de Knokke sont passés par toutes les émotions, dimanche 10 juillet. Alors que l’épreuve s’est ouverte par le brillant sans-faute du Brésilien Bernardo Cardoso De Resende Alves, en selle sur Mosito van het Hellehof, la suite de la compétition s’est avérée plus ardue. Finalement, sur les quarante-neuf couples alignés au départ de ce temps fort dominical, sept couples se sont ouvert les portes du barrage, soit un nombre idéal pour proposer un beau spectacle. Et ce dernier a bien été au rendez-vous ! 

De nouveau ouvreur sur le tracé raccourci dessiné par le maestro Uliano Vezzani, Bernardo Alves a confirmé sa première prestation. Impeccable, le Brésilien, qui avait remporté le Grand Prix 4* de Bourg-en-Bresse en 2021 dans un scénario pour le moins improbable, a fixé le temps à battre : 44”23. Parti à sa poursuite et en forme étincelante, King Edward semblait en position idéale pour étoffer encore un peu plus son impressionnant palmarès. Mais, contre toute attente, le stratosphérique partenaire d’Henrik von Eckermann a concédé une faute, sur le vertical numéro 5 de la finale, qui surplombait un bidet. Finalement, la paire a terminé septième, et dernière du barrage. 



À seize ans, All In n’a pas dit son dernier mot

La classe de Peder Fredricson, du haut de son podium.

La classe de Peder Fredricson, du haut de son podium.

© Scoopdyga

Tout comme son homologue Suédois, Maikel van der Vleuten est lui aussi rentré de son voyage au Japon, où se jouaient les Jeux olympiques l’an dernier, avec une breloque autour du cou. Le Néerlandais, associé à son meilleur partenaire de jeu, Beauville Z, n’a pas pris de risque démesuré, mais a tenté sa chance. Le duo a réussi à effacer toutes les difficultés, mais a coupé la ligne d’arrivée avec quelques centièmes de retard sur la tête, pour achever la compétition en 44”70 et au troisième rang. Bien engagé avec le plaisant Mandato van de Neerheide, Christian Ahlmann s’est fait piéger par l’ultime oxer, aux couleurs de Rolex. L’Allemand, de retour vendredi avec la veste de son équipe nationale, conclut son week-end belge en sixième position, alors que son temps de 43”87 aurait pu lui offrir une victoire.

Sont alors entrés en piste les expérimentés Peder Fredricson et H&M All In de Vinck. A-t-on encore besoin de dérouler leurs palmarès respectifs ? L’un cumule onze médailles en grands championnats, le second cinq, dont trois olympiques : l’argent par deux fois en individuel, à Rio et Tokyo, et le graal, l’or collectif, décroché au Japon avec la Suède. À seize ans, le petit bai au formidable destin semble vieillir tel un bon vin. Il l’a une nouvelle fois prouvé, sur la piste en sable de Knokke, qu’il aura marqué de son empreinte. Auteur d’un second parcours parfait, le fils de Kashmir van’t Schuttershof a trouvé le bon dosage pour agripper la première place. Si le chronomètre de 44”09 du couple scandinave, qui a manqué de trébucher à la réception de l’ultime effort du parcours, a été battu par la suite, leur prestation aura été inégalée.

Absolument impressionnante avec Do It Easy, déjà auteur de deux bons parcours (4+8) dans la Coupe des nations, Kendra Claricia Brinkop, cavalière des écuries Stephex, aurait bien pu signer un véritable hold-up. Alors que son chouette complice, né chez Eric Geneste, à la SCEA d’Eraulcourt, dans l’Aisne, disputait son tout premier CSI 5* et sa toute première épreuve à 1,60m, l’Allemande, ancienne disciple de Marcus Ehning, a pris la quatrième place de ce Grand Prix disputé, en affichant le meilleur chronomètre de cette finale endiablée. Sacrée performance et maudite faute, concédée sur l’ultime effort du barrage !

Dernier à partir, Jérôme Guéry a bien été poussé par un public tout acquis à sa cause, mais ses efforts sont restés vains, lorsqu’il a renversé… le dernier oxer du tracé ! Associé à son tout bon Quel Homme de Hus, le Diable Rouge a pris la cinquième place du classement final, avec un excellent chronomètre de 43”84.

Maikel van der Vleuten et Beauville Z.

Maikel van der Vleuten et Beauville Z.

© Scoopdyga



Ça ne passe pas pour les Bleus

Simon Delestre et le bondissant Cayman Jolly Jumper.

Simon Delestre et le bondissant Cayman Jolly Jumper.

© Sportfot

Après leur victoire au bout du suspense, vendredi, dans la Coupe des nations, les Bleus n’ont, cette fois, pas passé le cut. Parmi les quatre représentants alignés au départ du Grand Prix, seul Simon Delestre est parvenu à se classer. Associé au bondissant Cayman Jolly Jumper, le Lorrain a fait les frais de l’entrée du double placé en numéro cinq. Rapide, la paire a accroché la neuvième place, juste derrière Jessica Springsteen, qui n’a pu disputer le barrage en raison de quatre centièmes de temps dépassé sur RMF Zecilie. 

Aux portes du classement, Kevin Staut a, lui, renversé la sortie de ce même double, avec Cheppetta. Décidément, cette combinaison n’a pas réussi aux Tricolores, puisque Grégory Cottard en a aussi fait les frais, en concédant huit points sur ce seul élément avec sa crack Bibici. Enfin, Julien Epaillard, auteur d’un barrage magistral dans l’épreuve collective, est sorti de piste avec seize points aux rênes de Gracieux du Pachis.

Si le scénario de ce Grand Prix a été particulièrement agréable à suivre, un incident est venu gâcher la fête. Pendant de longues minutes, l’épreuve a été interrompue, en raison d’un accident survenu au paddock et qui aurait impliqué l’Américaine Laura Kraut. Souhaitons à l’amazone un prompt rétablissement.

Les résultats complets ici.

Les épreuves du CSIO de Knokke sont à voir ou revoir sur Clipmyhorse.tv.