Arthur Le Vot, le voisin breton amoureux de la Normandie

Tout juste âgé de vingt-cinq ans, Arthur Le Vot, Breton de naissance, semble se plaire dans le bocage manchois. Depuis fin 2021, le plus jeune de la dynastie Le Vot a rejoint le prestigieux Haras de Semilly. Au menu, un piquet très étoffé constitué notamment d'étalons, et la possibilité de voir évoluer les chevaux aussi bien sur le circuit jeunes chevaux que national et international. Avec l'aide de sa compagne Gabrielle Carneaux, Arthur construit pas-à-pas sa carrière sans jamais oublier sa famille. GRANDPRIX a profité du Normandie Horse Show, fief des Levallois, pour évoquer avec lui son rôle, ses projets, ses espoirs.



Ressentez-vous un peu de pression quand vous évoluez ici, à Saint-Lô ?    Oui, notamment lorsqu'il s'agit d'étalons, et compte tenu de la qualité des chevaux. Mais nous arrivons à bien les gérer. Quand j'engage une épreuve, nous essayons de ne pas les surexploiter, d'engager intelligemment.     Comment avez-vous préparé ce Normandie Horse Show, votre premier sous les couleurs “Semilly” ?    C'était un peu compliqué, car nous étions à Dinard la semaine précédente. Heureusement, nous avons du monde à la maison qui a continué à sortir les chevaux. C'est du travail, nous ne comptons pas nos...

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Abonnez-vous pour 4,90€ par mois sans engagement
  • Accédez à tous les contenus GRANDPRIX en illimité
  • Soutenez une équipe de journalistes passionnés et une rédaction indépendante
  • Consultez tous les articles du magazine GRANDPRIX où que vous soyez

Nouveau chez GRANDPRIX ? Créez votre compte GRANDPRIX

Mot de passe perdu ? Réinitialiser mon mot de passe