“L’Allemagne a besoin de cette nouvelle génération que représente Gerrit Nieberg”, Otto Becker

Méconnu du grand public il y a encore quelques mois, Gerrit Nieberg s’est fait un prénom cet été en remportant, à l’immense surprise générale, le mythique Grand Prix du CSIO 5* d’Aix-la-Chapelle. Prenant le meilleur sur quelques ténors de sa discipline, l’Allemand de vingt-neuf ans a été propulsé sur le devant de la scène le 3 juillet dernier, marquant l’histoire du plus beau concours du monde, ce que son père, Lars, avait seulement réalisé dans la Coupe des nations. Non retenu pour les Mondiaux de Herning avec son Ben 431, le cavalier espère désormais réaliser son rêve: intégrer l’équipe nationale lors des prochains championnats d’Europe, à Milan, et des Jeux olympiques de Paris. Discret, doué et attachant, le jeune homme peut compter sur un entourage exceptionnel et une ambition assumée.



Un coup d'éclat qui en appelle d'autres

La première partie de cet article est disponible ici.Fin juin, quelques mois seulement après leur première fois, Gerrit et Ben se rendent de nouveau à Aix-la-Chapelle. Après deux manches délicates, ils se retrouvent au barrage du légendaire Grand Prix aux côtés de quelques ténors de la discipline, à l’image de l’Écossais Scott Brash ou encore de Daniel Deusser, idole qui a longtemps inspiré Gerrit Nieberg. Juché sur son bouillonnant bai, le cavalier de vingt-neuf ans est le dernier des cinq à s’élancer dans cette finale au chronomètre. Après une folle option pour aborder le double puis une ultime ligne surréaliste, le couple abaisse le chrono...

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Abonnez-vous pour 4,90€ par mois sans engagement
  • Accédez à tous les contenus GRANDPRIX en illimité
  • Soutenez une équipe de journalistes passionnés et une rédaction indépendante
  • Consultez tous les articles du magazine GRANDPRIX où que vous soyez

Nouveau chez GRANDPRIX ? Créez votre compte GRANDPRIX

Mot de passe perdu ? Réinitialiser mon mot de passe