À Rabat, El Ghali Boukaa triomphe d’un Grand Prix résolument rouge et vert

El Ghali Boukaa a remporté le Grand Prix Coupe du monde du CSIO 4*-W de Rabat ce soir au Maroc. En selle sur la joliment nommée A Kyss, le Marocain a offert à la nation hôte sa deuxième victoire majeure consécutive après celle d’Abdelkebir Ouaddar dimanche dernier à Tétouan. Les Portugais Rodrigo Giesteira Almeida et António Matos Almeida, partageant le rouge et le vert de leur drapeau avec celui des locaux, ont complété le podium avec Imposant van de Renger et Calypso de Kamelia. Seule représentante française en seconde manche, Jeanne Sadran a fini dixième avec Unforgettable Damvil.





Jusqu’à présent, les organisateurs du Morocco Royal Tour n’auraient pas pu rêver meilleur scénario pour l’édition 2022 de cette belle série de trois concours internationaux de saut d’obstacles, enfin de retour au calendrier après deux années blanches. Cinq jours après la fantastique victoire d’Abdelkebir Ouaddar et Istanbull van het Ooievaarshof à Tétouan, on a assisté à un deuxième triomphe rouge et vert, cette fois-ci à mettre à l’actif d’El Ghali Boukaa et de sa bouillante jument A Kyss, ce soir au centre équestre de Dar es Salam, siège de la Fédération royale marocaine des sports équestres (FRMSE), à quelques encablures au sud de Rabat. Cette victoire s’est jouée selon un scénario complètement différent de celui de dimanche dernier. Cette fois-ci, l’heureux vainqueur est passé au tout début de la seconde manche, en deuxième position précisément. Du coup, il lui a fallu attendre le passage de huit de ses concurrents, non sans une certaine crainte d’être coiffé au poteau.



Bien que privés de Luciana Diniz, qui a récemment choisi de reprendre les couleurs du Brésil, son passeport de naissance, le Portugal est parvenu à placer deux cavaliers sur le podium de ce Grand Prix comptant pour la ligue arabe et maghrébine de la Coupe du monde. Coup de chapeau donc à Rodrigo Giesteira Almeida et António Matos Almeida, deux et troisième et distancés d’une seconde environ en selle sur Imposant van de Renger et Calypso de Kamelia. Le succès marocain de ce soir a été brillamment complété par la surprenante quatrième place de Majid Djaïdi et Mister d’Eclipse dans cette épreuve disputée en hommage à Son Altesse Royale la princesse Lalla Amina, ancienne président de la FRMSE, où les grands favoris ont échoué en première manche. Ainsi, on a compté quatre points pour le Lorrain Simon Delestre, le vice-champion du monde belge Jérôme Guéry, la Canadienne Beth Underhill et le Brésilien Bernardo Alves, vainqueur de ce Grand Prix en 2019, respectivement associés à I Amelusina R 51, Azaria Dinero, Candar Mail et Mosito van het Hellehof.



“Des sensations indescriptibles”, El Ghali Boukaa

El Ghali Boukaa était fou de joie et particulièrement fier d’A Kyss, jument qu'il monte depuis moins d’un an.

El Ghali Boukaa était fou de joie et particulièrement fier d’A Kyss, jument qu'il monte depuis moins d’un an.

© Stefano Grasso/MRT

Pour la France, on a également compté quatre points pour Émeric George et Calisco de Terlong, et huit pour Olivier Perreau et Brésil de Carnaval. La seule à se qualifier pour la seconde manche de cette épreuve à 1,50m, avec autorité qui plus est, a été Jeanne Sadran, en selle sur Unforgettable Damvil. À ce stade, la Toulousaine, encouragée par tout son clan et conseillée par Simon Delestre, son coach attitré, a malheureusement commis deux fautes, sur le vertical 10, puis sur le portail 5, si bien qu’elle a dû se contenter de la dixième place.

Après une première grande victoire dans le MRT, en 2018 à Tétouan, El Ghali Boukaa a donc à son tour écrit un nouveau chapitre dans l’histoire de la très chouette série marocaine. “C’est un truc incroyable! Je monte cette jument depuis moins d’un an. Elle a été formidable. En sortant de la reconnaissance, j’espérais finir avec un bon parcours à quatre points. Je suis très heureux, très ému, car ce sont des sensations indescriptibles. En seconde manche, J’ai stressé lors de chacun des huit parcours qui ont suivi le mien, et attendu en espérant gagner. À la fin, ce fut une explosion d’émotion.” 



Si ce Grand Prix a été particulièrement réussi, c’est aussi grâce à l’architecte, le chef de piste français Gregory Bodo, qui est parvenu à faire de cette seconde manche un barrage, puisqu’il a atteint le ratio parfait de dix sans-faute pour quarante partants. “Nous avons eu aujourd’hui le meilleur chef de piste”, a encore déclaré le héros du jour, qui verrait sûrement d’un bon œil la nomination du Bourguignon aux Jeux olympiques de Paris 2024. “Personnellement, j’adore monter ses parcours et aujourd’hui, il nous a régalé avec ses tracés. C’était magnifique.” Le CSIO 4*-W se poursuit demain, avec notamment une épreuve à barrage à 1,45m, puis surtout dimanche, avec la Coupe des nations, dont la France partira en septième position sur la liste de départ.

Les résultats

Toutes les épreuves du Morocco Royal Tour sont retransmises en direct sur ClipMyHorse.tv