“Je prends un risque sur l’avenir”, Stéphane Monier (2/2)

Un air de pays d’Auge flotte à la sortie du village de Romans, dans l’Ain. Des parcs entretenus avec minutie, cintrés de hautes lices en bois et dans lesquels s’ébattent de petits troupeaux de chevaux, se succèdent, en nombre. Passé le portail du haras des Joanins, une allée de cyprès soigneusement entretenus mène à des bâtiments aux pierres et poutraisons apparentes, ornés de volets rouges, empreints à la fois de modernité et de tradition bressane. Ici, à cinquante kilomètres de Lyon, Stéphane Monier, maître des lieux, a su concrétiser un ambitieux projet qui progresse à pas de géant.



La première partie de cet article a été publiée hier.DES ÉQUIPES RÉPARTIES EN TROIS PÔLESStéphane Monier semble également avoir su se faire bien conseiller et apprendre vite pour mettre sur pied un fonctionnement très structuré. Pour cela, il peut compter sur son équipe, répartie en trois pôles: élevage, valorisation, entretien. Le pôle entretien se compose de Gilles Maisson, Florian et d’un apprenti, Steve Cardona. Florian Salin, maréchalferrant de formation, assure l’ensemble des parages des chevaux de l’élevage et des ferrures des chevaux de sport. Responsable du pôle élevage, Élodie Tricaud prodigue les soins nécess...

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Abonnez-vous pour 4,90€ par mois sans engagement
  • Accédez à tous les contenus GRANDPRIX en illimité
  • Soutenez une équipe de journalistes passionnés et une rédaction indépendante
  • Consultez tous les articles du magazine GRANDPRIX où que vous soyez

Nouveau chez GRANDPRIX ? Créez votre compte GRANDPRIX

Mot de passe perdu ? Réinitialiser mon mot de passe