Un nouvel Allemand crée la surprise à Stuttgart, et il s’appelle Richard Vogel!

Après Gerrit Nieberg au CHIO d’Aix-la-Chapelle cet été, ce fut aujourd’hui au tour du jeune Richard Vogel, vingt-cinq ans, de décrocher l’un des Grands Prix les plus difficiles de l'année, à Stuttgart. Pour la trente-sixième édition des German Masters - qui avaient été annulés en 2020 et 2021 en raison de la pandémie de Covid-19 -, le jeune pilote, associé à United Touch S, a devancé un parterre de stars, supplantant l’Irlandais Denis Lynch avec Brooklyn Heigths et le Suisse Steve Guerdat avec Dynamix de Belhême.



Alors que Kevin Staut avait ouvert la voie en 2012 avec l'inoubliable Silvana*HDC, devenant le premier cavalier étranger à remporter l'étape de la Coupe du monde Longines de Stuttgart, le trophée de ce difficile et mythique Grand Prix est à nouveau revenu en Allemagne aujourd'hui. À tout juste vingt-cinq ans, le jeune Richard Vogel, dont les meilleurs faits d'armes étaient jusqu'ici deux victoires dans les Grands Prix 3* de Lier en 2020 et de Coapexpan en 2021, est devenu le septième représentant de la Mannschaft à inscrire son nom au tableau des vainqueurs. Il succède ainsi à ses compatriotes Marcus Ehning en 2005, Meredith Michaels-Beerbaum en 2007, 2007 et 2008, Ludger Beerbaum en 2009 et 2011, Carsten-Otto Nagel en 2010, Hans-Dieter Dreher en 2013, et Christian Ahlmann en 2015 et 2016. Rien que ça!

Il faut dire que le jeune pilote est littéralement allé chercher la victoire, dans un barrage couru à treize cavaliers, dont les très rapides Henrik von Eckermann, Harry Charles ou encore Steve Guerdat. Parti plein gaz dès le début de son second tour, Richard Vogel a directement enlevé une foulée sur ses concurrents dès la première ligne, prenant une sacrée longue sur le numéro deux (voir vidéo en bas d'article) - à l'image de son compatriote Gerrit Nieberg, qui s'était imposé, à vingt-huit ans, dans le Grand Prix du CSIO 5* d'Aix-la-Chapelle en juillet dernier, après un barrage d'anthologie. Obtenant un chronomètre de 35“35, il a d'ailleurs délogé Kevin Staut de la première marche du podium provisoire, après que le Normand a réalisé un superbe double sans-faute avec Visconti du Telman en 37“90. Le pilier français a terminé sixième et marqué onze précieux points au classement général du circuit indoor, qui lui permettent de s'y installer en deuxième position derrière le numéro un mondial Henrik von Eckermann. Ce dernier a également eu l'occasion de marquer des points cet après-midi avec la jeune Iliana, tout juste âge de neuf ans et qui disputait là son deuxième Grand Prix 5*. Déroulant un parcours rapide mais ne prenant pas tous les risques, le Suédois, lauréat de l'étape de la Coupe du monde de Vérone dimanche dernier avec son extraterrestre King Edward, s'est contenté d'une quatrième place.



Un chronomètre que personne n'aura su abaisser!

Passé en milieu de barrage, Richard Vogel n'a jamais vu son insolent chronomètre être abaissé par ses concurrents. Jur Vrieling a bien essayé de délier son puissant Long John Silver, mais celui-ci a calé devant le numéro trois et n'a pu prendre sa battue d'appel, contraignant son cavalier à effectuer une volte. Il a finalement terminé treizième, juste devant le Danois Andreas Schou, bloqué aux portes du barrage pour un point de temps dépassé avec Darc de Lux, tout comme Spencer Smith et Theodore Manciais, et devant Marcus Ehning, pénalisé d'une faute avec Priam du Roset, son prometteur fils de Plot Blue. Même le jeune Harry Charles, toujours très rapide avec Casquo Blue, n'a pas réussi à faire mieux, laissant une barre à terre. On a finalement vu neuf cavaliers signer le double zéro, dont la nouvelle star suédoise Wilma Hellström, qui avait déjà fait sensation au CHI Longines d'Equita Lyon il y a deux semaines (lire son entretien réalisé à Lyon ici). 

Les deux cavaliers à se rapprocher le plus du chronomètre de Richard Vogel ont été Steve Guerdat et Denis Lynch. Juché sur la belle Selle Français Dynamix de Belhême, qu'il s'attèle à amener progressivement à son meilleur niveau, le Suisse a déroulé deux excellents sans-faute, achevant son barrage en 36“80... le chronomètre que l'Irlandais! En effet, le cavalier de Brooklyn Heights a franchi la cellule d'arrivée avec le même chronomètre (comme Niklaus Schurtenberger et Philip Houston dans le Grand Prix 3* d'Oliva cet après-midi, qui ont dû se partager la victoire).

On notera que Marc Dilasser, seul autre Français à part Kevin Staut à avoir pris le départ de ce Grand Prix, a terminé trente et unième après avoir écopé de douze points de pénalité sur Arioto du Gèvres. Le couple, très en forme cette année, a peut-être été déconcentré par sa faute sur le tout premier obstacle du parcours, péchant ensuite sur l'oxer sur bidet et le vertical sur palanque du dernier double. Il faut dire que le parcours concocté par la cheffe de piste allemande Christa Jung - quel plaisir de voir une femme construire un Grand Prix de ce niveau! - a donné du fil à retordre à de nombreux engagés. Même le Suisse Martin Fuchs avec Conner Jei et l'Allemand Daniel Deusser avec Bingo Ste Hermelle n'ont su en trouver la clé, pas plus que Gerrit Nieberg et Ben, les lauréats du dernier Grand Prix d'Aix-la-Chapelle.

Les résultats

Le classement général de la ligue d’Europe de l’Ouest de la Coupe du monde