Auteur d’une nouvelle prouesse, Julien Épaillard fait souffler un vent bleu sur Madrid

Cet après-midi, Julien Épaillard et Caracole de la Roque ont ajouté une nouvelle superbe ligne à leur palmarès en remportant l’étape de la Coupe du monde FEI Longines de Madrid, dans laquelle le Normand s'était déjà imposé l'an passé. Le Grand Prix de la capitale espagnole a grandement souri à la France, puisque Daniel Deusser a terminé deuxième associé au Selle Français Bingo Ste Hermelle, alors que Simon Delestre a complété le podium avec Cayman Jolly Jumper! De plus, les Bleus dominent désormais le classement général de la ligue d’Europe occidentale de la Coupe du monde.



Incroyable, exceptionnel, ahurissant… Les mots manquent pour décrire l’état de forme et les performances de Julien Épaillard mais aussi de sa partenaire, l’exceptionnelle Caracole de la Roque! Cet après-midi, le couple, vainqueur il y a un mois du Grand Prix de Longines Equita Lyon, a remporté de main de maître l’épreuve majeure du CSI 5*-W de Madrid, alors même que le scénario de l’épreuve ne lui était pas franchement favorable. En effet, porteurs du dossard numéro six lors du parcours initial, tous deux étaient les deuxièmes à s’élancer au barrage, qui ne comptait pas moins de quatorze autres participants. Le premier d’entre eux, qui n’était autre que le champion olympique Ben Maher, a d’emblée réalisé un parcours rapide aux rênes d’Exit Remo, un hongre de treize ans qui s’était montré très à son aise en CSIO 5* cet été sous la selle de Patrick Lemmen. Ainsi, le Britannique a franchi la ligne d’arrivée en 42”92, mais avec quatre points au compteur.

Juste après, Julien Épaillard s’est élancé, comme à son habitude, dans un train soutenu avec sa fille de Zandor Z, dessinant sa première courbe au cordeau pour aller sauter le deuxième obstacle du tracé raccourci. Coupant les cellules en 42”61, le Normand semblait très rapide, bien sûr, mais pas imbattable. Lui-même avait l’air légèrement insatisfait en sortie de piste, et a d’ailleurs expliqué par la suite qu’il avait dû rajouter une foulée entre la quatrième difficulté du tracé – un vertical placé à la sortie d’un virage à 270 ° – et la cinquième. “Mais ce barrage était difficile et mon parcours (à revoir en bas de cet article, ndlr) était suffisant pour gagner aujourd’hui”, a-t-il justement constaté.



Un deuxième parcours très fautif

En effet, in fine, trois autres couples seulement ont réussi à terminer le délicat second tour construit par Javier Trenor sans pénalité au compteur. Le plus rapide d’entre eux a été celui formé par Daniel Deusser et le Selle Français Bingo Ste Hermelle. Tentant crânement sa chance et demandant à son alezan d’employer toute l’énergie dont il peut faire preuve, l’Allemand, septième à prendre le départ du barrage, a ainsi réussi à arrêter le chronomètre en 44”37. Il n’a devancé que de sept centièmes le Lorrain Simon Delestre, associé aujourd’hui à son atypique mais si exceptionnel Cayman Jolly Jumper, qui a par ailleurs permis au stud-book Selle Français d’occuper toutes les marches du podium de cette étape de la Coupe du monde FEI Longines. Le dernier double zéro a été à mettre au crédit de Piergorgio Bucci, pas passé loin de la chute après un saut et une réception acrobatiques sur l’avant-dernier obstacle du parcours, dont le parfois trop respectueux Cochello s’est énormément reculé.

Outre la cascade de l’Italien, ce huitième saut du tracé raccourci a été le théâtre de plusieurs fautes, dont celle d’un autre Transalpin, Emanuele Gaudiano, juché sur Chalou. Kevin Staut, lui, a mis le vertical numéro quatre à terre pour finir à une très bonne septième place aux rênes de Visconti du Telman. C’est là aussi qu’a fauté Maikel van der Vleuten, sixième avec une Elwikke qui prend une autre dimension depuis quelques semaines. Dernier Français à avoir obtenu son ticket pour le barrage, Gregory Cottard a quant à lui vu tous ses espoirs de victoire s’envoler dès le premier obstacle, que Bibici, très à l’aise en première manche, a fait tomber avec ses postérieurs, terminant ainsi onzième.



L’élevage et les cavaliers français en très grande forme

Avec trois chevaux Selle Français sur le podium et quatre cavaliers tricolores qualifiés pour le barrage, ce Grand Prix CSI 5*-W de Madrid a donc plus que souri à la France. La dernière représentante hexagonale au départ, Jeanne Sadran, a quant à elle réalisé un parcours correct avec son fidèle Vannan, qui a toutefois été entaché de deux fautes synonymes de trente-deuxième rang final.

Par ailleurs, ce sont bel et bien deux membres de l’Équipe de France des derniers championnats du monde qui mènent désormais la danse au classement général de la ligue d’Europe occidentale de la Coupe du monde Longines FEI de saut d’obstacles après six étapes sur les quatorze au programme. Kevin Staut, qui a disputé toutes les manches du circuit hivernal jusqu'alors et a marqué des points à cinq reprises, pointe ainsi au sommet de cette hiérarchie avec quarante-deux points, et est déjà (presque) assuré d’obtenir son ticket pour la finale de la Coupe du monde d’Ohama en avril. Avec deux victoires, rapportant chacune vingt points, en deux participations cette saison, Julien Épaillard est quant à lui juste derrière avec quarante unités, tandis que Simon Delestre en a engrangé vingt-cinq pour pointer au huitième rang.

“Très fier” de sa Caracole, le numéro trois mondial l’a décrite comme “une jument incroyable.”Je dois juste lui indiquer où aller, et elle fait le reste”, a-t-il ajouté. Son doublé à Madrid, où il s’était déjà imposé l’an passé aux rênes de Billabong du Roumois, revêt pour lui une importance particulière, car “[s]on épouse est espagnole et vit ici, à Madrid, avec [leur] fils.” Ma famille était donc présente, ainsi que certains de nos amis. 

Les résultats complets
Le classement général de la ligue d'Europe occidentale de la Coupe du monde

Toutes les épreuves du CHI-W de Madrid sont à (re)voir sur ClipMyHorse.tv