Bien aidé par la Suisse, Henrik von Eckermann grave le drapeau suédois dans le mur d’honneur du Top Ten

Henrik von Eckermann a magistralement remporté le Top Ten Rolex ce soir au CHI de Genève. En selle sur son crack King Edward, propriété du Suisse Georg Kähny, le numéro un mondial est le premier Suédois à inscrire son nom au palmarès de cette épreuve de prestige. Très belle deuxième place de Simon Delestre avec le bondissant Cayman Jolly Jumper et troisième place tactique d’un autre Viking, Peder Fredricson, sur Catch me Not S.



Faire respecter la hiérarchie n’est pas donné à tout le monde, et Henrik von Eckermann n’y parvient pas tous les week-ends, même quand il monte le stratosphérique King Edward, double médaillé d’or des championnats du monde de Herning cet été et vainqueur en 2022 d’un Grand Prix CSI 5* à Grimaud, de l’étape de Coupe du monde Longines de Vérone et de deux épreuves à 1,55m au CSI 5* de Stockholm. Ainsi, il a concédé deux fois quatre points lors du récent Super Grand Prix du Longines Global Champions Tour (LGCT), douze points lors LGCT de Riyad en octobre et même quatorze à Cannes en juin. “Les chevaux ne sont pas des machines. C’est pourquoi il faut savoir profiter de l’instant présent et de chaque victoire”, a déclaré le Suédois ce soir à Genève après avoir livré une prestation irréprochable et impressionnante dans le Top Ten Rolex, une épreuve réunissant les dix meilleurs cavaliers du monde, selon le classement publié en novembre par la Fédération équestre internationale et le Club des cavaliers internationaux de saut d’obstacles (IJRC).



On ne peut qu’acquiescer devant cette vérité que tous les grands cavaliers connaissent. Pour autant, elle a permis au Scandinave de ne pas véritablement répondre à une question concernant les orientations de sa feuille de route jusqu’aux Jeux olympiques de Paris 2024, où il visera clairement le titre individuel. Faire respecter la hiérarchie n’est pas donné à tout le monde, qui plus est dans un tel événement, mais le Britannique Ben Maher et Explosion W y étaient brillamment parvenus à Tokyo l’an passé. Se concentrera-t-il sur le LGCT et la Global Champions League comme en 2021 et 2022? S’imagine-t-il disputer la finale de la Coupe du monde au printemps 2023 à Omaha? Les championnats d’Europe de Milan l’été prochain? Dans le fond, cela pourrait dépendre de sa performance dans le Grand Prix Rolex de Genève dans deux jours. “King Edward mérite tellement d’être à cette place, dans cette épreuve, car il est vraiment en train de faire l'histoire! Je suis très fier de pouvoir monter un tel cheval. Nous essaierons déjà de gagner le Grand Prix de dimanche, et continuerons à avancer jour après jour.” Si le duo signait un doublé, comme le Britannique Scott Brash et Hello Sanctos van het Gravenhof, qui avaient entamé ainsi leur Grand Chelem Rolex en 2014, avant d’enchaîner de façon ahurissante aux CSIO 5* d’Aix-la-Chapelle et Calgary, sans doute focaliserait-il son attention sur la prochaine étape du Grand Chelem, prévue en mars à Bois-le-Duc. Qui vivra verra.



“Cayman se comporte de la plus belle des manières”, Simon Delestre

Quoi qu’il en soit, l’ancien lieutenant du légendaire allemand Ludger Beerbaum n’a pas manqué de créditer une partie des mérites de sa victoire à la Suisse. De bon goût. Il faut dire que son alezan à ressorts appartient au Bâlois Georg Kähny et que le roi Henrik a choisi pour reine la Bâloise Janika Sprunger. “Je dois beaucoup à la Suisse. Même mon fils a un passeport suisse! L’an passé, Georg Kähny n’avait pas pu venir en raison de problèmes au dos. Cette année, il était là, ce qui m’a donné encore plus envie de gagner.” D’envie, comme souvent, il ne manquait pas de toute façon. “Je ne voulais pas à nouveau finir deuxième (comme l’an dernier avec King Edward, ndlr). Avant de me mettre en selle pour la seconde manche, j’ai pu regarder le parcours de McLain Ward, qui a joué le jeu et a été très rapide! Quand mon tour est venu, j’ai suivi mon plan, mais je pense avoir perdu du temps entre l'avant-dernier et le dernier. Finalement, la chance a été de mon côté!”



Ce soir, la deuxième place est revenue à Simon Delestre, auteur de deux parcours de haute volée avec le bondissant et charismatique Cayman Jolly Jumper, dont la première grande victoire individuelle ne devrait pas trop tarder. Bon sang ne saurait mentir pour le fils du légendaire Hickstead. “Cayman a seulement dix ans, il s’agit de sa première saison à un tel niveau. Il a réalisé des choses remarquables ces derniers mois, notamment en Coupes des nations et aux championnats du monde. Il y a deux semaines à Madrid, j’ai essayé pour la première fois d’aller vite au barrage avec lui. Ce soir, j’ai dû prendre mon temps jusqu’au mur afin de prendre l’option qui suivait à l’abord du double. Après cela, j’ai pu aller vite, mais je pense avoir perdu du temps en début de deuxième manche. Cayman est naturellement rapide, ce qui est une grande chance. Les choses prennent une bonne tournure. C’était une première pour lui ici et il se comporte de la plus belle des manières”, a-t-il déclaré à juste titre, plaisantant aussi quant au fait que la jeunesse de Cayman pourrait devenir un atout vis-vis de King Edward. Qui vivra verra là aussi.

Simon Delestre et le bondissant Cayman Jolly Jumper.

Simon Delestre et le bondissant Cayman Jolly Jumper.

© Scoopdyga



La troisième place a souri à Peder Fredricson, qui s’en est voulu de concéder un point de temps en première manche, qui s’est ensuite attaché à ne pas alourdir son score, espérant les fautes de ses rivaux. Et les fautes sont venues. Avec un score final de quatre points, l’Américain McLain Ward s’est classé quatrième avec Contagious, devançant au temps le Néerlandais Harrie Smolders avec Monaco et le Brésilien Marlon Módolo Zanotelli sur Like a Diamond van het Schaeck. Les deux autres Français en lice, Kevin Staut et Julien Épaillard, ont fini sept et huitième avec Visconti du Telman et Caracole de la Roque. Le Suisse Martin Fuchs et le Britannique Ben Maher ont fermé la marche avec Conner Jei et Exit Remo.

Les résultats
Les parcours

Toutes les épreuves du CHI de Genève sont à suivre en direct sur ClipMyHorse.tv

Peder Fredricson a complété ce très beau podium.

Peder Fredricson a complété ce très beau podium.

© Scoopdyga