De Courcel, une oeuvre parmi d’autres de la famille Ponthieu (1/2)

Le nom de la famille Ponthieu résonne depuis trois générations dans l’Aisne et les Hauts-de-France. Implanté dans le Saint-Quentinois, Thomas Ponthieu revient sur l’évolution de sa carrière, de son succès au championnat de France de saut d’obstacles en 1998 en passant par son élevage, fondé jadis par son père Thierry, ses différentes structures et l’activité dans laquelle il excelle aujourd’hui: le commerce de chevaux.



L’histoire débute il y a soixante ans, au sein de la ferme familiale de Courcelles, à Fonsomme, dans l’Aisne. Elle appartient alors à Bernard Ponthieu, père de Thierry et grand-père de Thomas. “Mon père avait loué ses prairies à un propriétaire de vaches laitières, puis de chevaux”, raconte Thierry Ponthieu. “C’est à cette époque que j’ai commencé l’équitation, sur une jument qui s’appelait Gâchette. Voyant que je me débrouillais plutôt bien en selle, mon père a décidé de vouer la jument Viennoise de Batigny (SF, Léo de Bourgogne, Tf x Séducteur, AA) à l’élevage, qui ...

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Abonnez-vous pour 4,90€ par mois sans engagement
  • Accédez à tous les contenus GRANDPRIX en illimité
  • Soutenez une équipe de journalistes passionnés et une rédaction indépendante
  • Consultez tous les articles du magazine GRANDPRIX où que vous soyez

Nouveau chez GRANDPRIX ? Créez votre compte GRANDPRIX

Mot de passe perdu ? Réinitialiser mon mot de passe