"On me regardait bizarrement et on me disait que cela ne fonctionnerait jamais”, Thomas Ponthieu (2/2)

Le nom de la famille Ponthieu résonne depuis trois générations dans l’Aisne et les Hauts-de-France. Implanté dans le Saint-Quentinois, Thomas Ponthieu revient sur l’évolution de sa carrière, de son succès au championnat de France de saut d’obstacles en 1998 en passant par son élevage, fondé jadis par son père Thierry, ses différentes structures et l’activité dans laquelle il excelle aujourd’hui: le commerce de chevaux.



La première partie de cet article a été publiée hier.Au cours de cette période, où les résultats s’accumulent, Thomas Ponthieu est régulièrement sollicité pour vendre ses produits. “En 2017, en raison d’une forte demande de clients, j’ai décidé de m’orienter davantage vers l’élevage et le commerce. De trois poulinières, l’élevage de Courcel est passé à douze, avec des juments de l’élevage et le renfort de quelques autres nouvelles venues, sélectionnées pour leurs origines”, confie le principal intéressé. Nevilla S (SP, Leoville x Calvados Z) intègre, parmi d’autres, le tro...

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Abonnez-vous pour 5,90€ par mois sans engagement
  • Accédez à tous les contenus GRANDPRIX en illimité
  • Soutenez une équipe de journalistes passionnés et une rédaction indépendante
  • Consultez tous les articles du magazine GRANDPRIX où que vous soyez

Nouveau chez GRANDPRIX ? Créez votre compte GRANDPRIX

Mot de passe perdu ? Réinitialiser mon mot de passe

Retrouvez THOMAS PONTHIEU en vidéos sur
Retrouvez QUALINE DE COURCEL en vidéos sur