Parabéns ao Brasil, invincible dans une Coupe des nations de haute volée à La Baule

Le chef d’équipe Pedro Paulo Lacerda et le sélectionneur Philippe Guerdat ont de quoi être fiers du quatuor brésilien. Aujourd’hui, à La Baule, Rodrigo Pessoa, Yuri Mansur, Marlon Módolo Zanotelli et Stephan de Freitas Barcha ont porté leur nation dans une Coupe des nations Barrière très relevée, dont la victoire jouée au sein d'un barrage face à la Belgique et la Suède. Côté Bleus, Julien Épaillard a porté la composition tricolore grâce à Dubaï du Cèdre, impeccable pour une première à ce niveau.



L’ESSENTIEL

Stephan de Freitas Barcha prend Philippe Guerdat dans ses bras pour célébrer la victoire brésilienne.

Stephan de Freitas Barcha prend Philippe Guerdat dans ses bras pour célébrer la victoire brésilienne.

© Scoopdyga

“Tout le groupe offre cette victoire à Philippe (Guerdat, sélectionneur brésilien, ndlr), qui œuvre beaucoup pour nous, pouvoir lui offrir la victoire est magnifique”, a conclu le chef d’équipe brésilien Pedro Paulo Lacerda lors de la conférence de presse, au sujet de l’ancien sélectionneur des Bleus. Le Brésil a dû redoubler d’efforts cet après-midi à La Baule pour s’imposer une troisième fois dans la Coupe des nations Barrière, son dernier succès remontant à 2018. Pour cause, les hommes de Pedro Paulo Lacerda ont dû aller jusqu’à un barrage face à la Belgique et la Suède pour s’assurer de grimper sur la plus haute marche du podium. La semaine passée, les Auriverdes sont passés à rien de s’imposer dans la Coupe des nations de Saint-Gall, en Suisse, l’ultime obstacle qu’ont fait chuter Yuri Mansur et Miss Blue-Saint Blue Farm QH leur ayant barré la route jusqu’au sommet. Cette fois, le cavalier qui a aujourd’hui troqué sa veste jaune caractéristique pour la verte du Brésil n’a laissé qu’une seule barre à terre en première manche, comme Marlon Módolo Zanotelli et le surpuissant Grand Slam VDL. Ce dernier couple a d’ailleurs eu droit à un troisième parcours puisqu’il a été choisi pour défendre son drapeau au barrage. Deuxième à partir, le numéro dix mondial a réussi à abaisser de presque sept dixièmes de seconde le chronomètre de Wilm Vermeir et son très agile IQ van het Steentje. Ultime nation prétendante à la victoire, la Suède a alors choisi de lancer dans l’arène son meilleur représentant, le numéro un mondial Henrik von Eckermann, sur la très surprenante Iliana. Plus rapides que le Brésilien, le Scandinave et sa baie de dix ans, qui courait sa deuxième Coupe des nations, ont toutefois laissé tomber la sortie du double, laissant filer la victoire aux Vestes Vertes. 

Ce succès en Coupe des nations, qui, malgré son palmarès long comme le bras, n’est que le deuxième de Rodrigo Pessoa à un tel niveau, montre bien la dynamique opérée dans le clan brésilien. Pour cette nation, l’enjeu de l’année sera d’obtenir une qualification olympique pour Paris 2024 à l’occasion de la finale des Coupes des nations Longines de Barcelone, fin septembre, ou lors des Jeux panaméricains de Santiago du Chili, début novembre. Le message envoyé à la concurrence est fort puisque le Brésil a montré aujourd’hui qu’il pourrait aussi compter sur quatre couples, dont Stephan de Freitas Barcha, auteur de deux parcours à quatre points aujourd’hui avec Chevaux Primavera Montana Imperio Egipcio, double zéro à Rome, ainsi que Yuri Mansur et sa jeune mais si talentueuse Miss Blue-Saint Blue Farm. Et les cartouches sont encore plus nombreuses, Pedro Veniss n’étant pas à La Baule ce week-end, Yuri Mansur ayant laissé Vitiki au repos… 

Sacré parcours imaginé aujourd’hui par le chef de piste Grégory Bodo, qui se partagera la responsabilité pour les Jeux olympiques avec Santiago Varela. Avec un choix de contrat de foulées, l’abord du triple a posé question à de nombreux couples et la palanque n°11 a été renversée un bon nombre de fois en première manche. “Ce parcours a créé de l’émotion, la première manche a permis d’observer qu’il s’agissait d’un parcours sérieux, subtil, qui ne mettait pas les chevaux à l’effort”, s’est félicité le Français en fin d’épreuve. 

Rodrigo Pessoa et l’excellent Major Tom, impeccables sur leurs deux Coupes des nations courues.

Rodrigo Pessoa et l’excellent Major Tom, impeccables sur leurs deux Coupes des nations courues.

© Scoopdyga



LES TOPS

Déjà double zéro la semaine passée à Saint-Gall, Major Tom, né Nielsdaka van de Rhamdia Hoeve, a confirmé aujourd’hui en faisant de même sous la selle de Rodrigo Pessoa. À dix ans, l’alezan par Vagabond de la Pomme, formé par le Britannique Alex Hempleman puis l’Irlandais Michael Duffy, permet de revoir son cavalier en haut de l’affiche, après plusieurs années plus loin des sommets. L’alezan a été acquis en 2021 par Artemis Equestrian Farm, fidèles propriétaires du champion olympique. 

Dans ce rendez-vous relevé, seuls quatre couples ont systématiquement quitté la piste sans la moindre pénalité, à commencer par Wilm Vermeir, qui a mené la Belgique au deuxième rang et a même signé l’unique triple sans-faute de l’épreuve. Le Britannique Ben Maher et le solide Faltic HB ont eux aussi été parfaits, se déjouant de toutes les difficultés avec une aisance presque insolente. Associés depuis fin 2022, Julien Épaillard et Dubaï du Cèdre ont survolé leur première Coupe des nations commune, pour le plus grand bonheur des tribunes pleines à craquer du stade François-André. Après plusieurs semaines de prise de contact, le couple s’est montré prêt à affronter de telles épreuves, le numéro deux mondial faisant une nouvelle fois montre de toute sa détermination en piste. Cet homme-là est un crack et l’a une nouvelle fois prouvé! 

Si la seule ombre au tableau de ses deux manches est une faute sur le milieu du triple, Dynamix de Bélhême, la complice de Steve Guerdat, a une nouvelle fois séduit son monde. Agile et élégante, la fille de Snaike de Blondel née chez Frédéric Aimez, en Haute-Normandie, ne cesse de confirmer et pourrait bien être l’atout numéro un du champion olympique vers les Européens de Milan et Paris 2024. 

Pour la Suède, Wilma Hellström et Petronella Andersson ont toutes deux signé des partitions tout à fait convaincantes en ne laissant qu’une barre à terre de toute l’épreuve, respectivement sur la géniale Cicci BJN et Castres van de Begijnakker Z. Pourtant favorable au format des Coupes des nations et championnats à trois cavaliers, le sélectionneur du drapeau bleu et jaune Henrik Ankarcrona risque de prochainement avoir l’embarras du choix. 

Steve Guerdat et son joyau Dynamix de Belheme, qui ne cesse de se montrer à la hauteur.

Steve Guerdat et son joyau Dynamix de Belheme, qui ne cesse de se montrer à la hauteur.

© Scoopdyga



LES FLOPS

Ne présentant pas son équipe première, les Pays-Bas ont vécu une après-midi difficile puisqu’ils n’ont pas même pu se présenter en seconde manche, celle-ci étant réservée aux huit meilleures compositions au terme de l’acte initial. Si Lars Kersten, Kars Bonhof et Kevin Jochems, trois cavaliers de moins de trente ans, doivent encore s’aguerrir lors de tels rendez-vous, Marc Houtzager en a l’habitude. Pour autant, son expérience n’a pas suffi à empêcher quatre fautes de Holy Moley, qui avait déjà écopé de lourds scores au CSI 3* de Wiesbaden fin mai. L’Irlande n’a pas non plus passé le cut pour la seconde manche, les frères Max et Tom Wachman ayant respectivement écopé de huit et seize points sur Kilkenny et Tipperary, et leur entraîneur Cian O’Connor de huit points également avec Tipperrary. Le chevronné Shane Breen a lui aussi laissé deux barres à terre sur le surpuissant mais manifestement inquiet Cuick Star Kervec. 

Parmi les désillusions de la journée, citons également la première manche de Grégory Cottard et Bibici. Lors de cette revue d’effectifs importante pour le reste de la saison, le Francilien et sa grise ont fauté à quatre reprises, dont une fois sur la rivière, en première manche. Fort heureusement, le couple s’est montré plus convaincant lors du second round en ne fautant qu’une seule fois, à nouveau sur la rivière. 



LES BLEUS

Ouvreur pour la France cet après-midi, le couple que forment Simon Delestre et Cayman Jolly Jumper a signé une première manche inhabituelle avec deux fautes, sur le mur n°5 et l’entrée du double n°7. Le survolté fils d’Hickstead s’est montré un brin moins impressionnant qu’à l’accoutumée, avant de signer une prestation impeccable en deuxième partie d’épreuve. Comme mentionné plus haut, Grégory Cottard a vécu une entame de compétition difficile, tandis que le schéma a été inverse pour Kevin Staut et Visconti du Telman. D’abord piégé sur le vertical n°4 en, pourtant très peu fautif, en première manche, le couple a ensuite laissé trois barres à terre dans la seconde. Les n°3, 7B et 9C ont mené le score du couple normand à douze points. Un score qui a été effacé, notamment grâce aux deux copies parfaites de Julien Épaillard et Simon Delestre dans le deuxième acte. Avec un total de seize points, l’Hexagone est resté au pied du podium. Le sélectionneur Henk Nooren repartira de La Baule avec de précieuses informations en vue des championnats d’Europe de Milan. Reste à voir comment se comportera le reste des troupes dimanche lors du Grand Prix. 

Toutes les épreuves sont diffusées en intégralité sur GRANDPRIX.tv

Les résultats

Le bonheur de Julien Épaillard, double zéro avec Dubai du Cèdre.

Le bonheur de Julien Épaillard, double zéro avec Dubai du Cèdre.

© Scoopdyga