First Lady du Destin accroche un premier titre mérité à cinq ans

Dominant la situation de bout en bout, First Lady du Destin s’est adjugé un titre bien mérité dans cette génération très empreinte du sang d’Upsilon. En effet, comme les quatre ans en 2019, le podium complet est issu du grand champion gris de Thomas Carlile. Une joie partagée par toute la Tom Team puisque Mapie et Patrick Sisqueille, naisseurs d’Upsilon, sont les propriétaires de la championne 2020. 



First Lady du Destin, une future grande dame du complet

© First Lady du Destin

Dès le dressage, les choses semblaient établies pour les produits d’Uspilon. Après un parcours de découverte, la grande First Lady Du Destin rassemblant le sang d’Upsilon et de Sioux de Baugy a dominé la saison avec beaucoup d’aisance. La grande baie née chez Sophie Dumas dans l’Aveyron appartient à Mapie et Patrick Sisqueille : Nous avons vendu une fille d’Utopie du Maury à cette élevage et pris en échange cette jolie pouliche par Upsilon dont la souche anglo-arabe, celle d’Ombelle d’or, est très qualiteuse. First lady a été élevée chez nous. Elle a débuté par quelques tours de cso avant que nous la confiions à Thomas Carlile. Elle a du sang, de la force, une très belle locomotion. Elle est arrivée chez Tom en janvier 2020. Lors de son premier concours en juin elle a découvert son métier et l’entrée dans l’eau l’a surprise. Puis elle a compris et elle a remporté quasiment tous ses autres concours. Elle est également une bonne sauteuse et a enchainé les sans fautes en cso purs. Nous sommes très heureux de partager à nouveau ces moments de victoires avec Tom. Nous pensons qu’elle a de gros moyens et toutes les qualités pour aller loin. Quel bonheur de venir à Pompadour profiter de ces moments de joie avec la Tom Team. 

En effet, Mapie et Patrick Sisqueille ont certes savouré la victoire de leur grande protégée mais ils ont également pu admirer la production qualiteuse de leur étalon Upsilon.



Fly Up de Banuel et Mathieu Lemoine, une princesse au top!

© Pauline Chevalier

La belle et élégante Fly Up de Banuel s’adjuge, une nouvelle fois, une place sur le podium de la finale de sa génération avec cette fois, la seconde place. La protégée du syndicat Black Pearl and Co a une nouvelle fois été admirable. La belle alezane issue, elle-aussi, d’Upsilon et de Arrow de Banuel par Orlando, a été un peu moins démonstrative qu’à son habitude. Mais, elle a une classe naturelle et une qualité sportive indéniable qui lui permettent d’être dans les meilleures de sa génération. Nul doute que comme First Lady, elle ira loin pour le plus grand plaisir de son cavalier, Mathieu Lemoine et de la team de propriétaires.

Fair Lady des Broucks complète le podium. Championne de France des quatre ans, Fair Lady est, elle-aussi, une fille d’Upsilon avec Magix Wonderland par Chinchin pour mère. Née chez Frédéric Deroi avec un croisement réalisé à la demande de Philippe Lacaze à qui elle appartient pour moitié, Fair Lady a été régulière toute l’année pour monter en puissance jusqu’à cette finale. Elle a permis à son propriétaire de fêter son anniversaire avec encore plus de joie !



Fair Lady des Broucks et Thomas Carlile, une autre représentante d'Upsilon sur le podium

© Pauline Chevalier

Martin Denisot place ensuite Fine Amour du Mas à la quatrième place. En effet, le difficile hippique qui a permis de percevoir les chevaux avec assez de sang et de physique pour enchaîner un tour de jumping après le cross. Mais les écarts étaient tellement serrés que le sans faute payait grandement pour le classement final. Fine Amour du Mas issue de Yarlands Summer Song et Dowland Florence par Holme Park Kalibre de l’EARL Equi-libre fait partie des beaux sans fautes du jour. Le parcours parfait est également réalisé par Fidèle du Clos (Upsilon et Venus du Clos par Kaolin d’Elle) et Gilles Bordes qui terminent cinquièmes après une saison très régulière. Feu Follet d’Ems (Flipper d’Elle et Lune d’Ems par Véloce de Favi) a ravi ses éleveurs Emmanuel Quittet et Laure Eslan ainsi que son cavalier Martin Denisot.

Cette jeune génération doit encore faire ses preuves mais nul doute que l’avenir des cavaliers français est déjà bien présent et laisse présager de très belles choses. Cette génération des cinq ans est bien fournie avec des chevaux chics et dans le sang.

Tous les résultats