Luc Henry s’envole vers d’autres passions et met en vente tout le cheptel de son élevage Hero à partir de vendredi

Depuis plus de vingt ans, Luc Henry n’a cessé de viser l’excellence avec son élevage Hero. En cette fin d’année, le Belge met un terme à sa carrière d’éleveur pour se concentrer sur une autre passion: son élevage de pigeons, dans quel il s’investit depuis 2010. C’est pourquoi il organise une vente aux enchères totale et unique de l’ensemble son cheptel de chevaux. À partir du 18 décembre, plus de quatre-vingt-dix équidés seront ainsi proposés à la vente. Des prestigieuses poulinières provenant des meilleures souches au monde jusqu’aux d’embryons issus des meilleurs étalons de saut d’obstacles, vu le large panel de produits à acquérir, cette opération devrait faire grand bruit dans le monde des sports équestres.



La naissance d’un élevage de renommée internationale

Luc Henry et sa seconde passion, les pigeons de courses.

© Julien Counet

En 1978, Luc Henry n’est âgé que de huit ans lorsqu’il pénètre dans l’enceinte du mythique concours d’Aix-la-Chapelle. Aux côtés de son grand-père, juge, le petit garçon vit les championnats du monde de saut d’obstacles depuis la tribune du jury. Il n’en faut pas plus pour le décider: quand il sera grand, il élèvera des chevaux pour ce grand sport!

À force de conviction et d’abnégation, Luc Henry fait grandir son élevage. À son flair s’ajoute une qualité indispensable, celle de savoir s’associer aux bonnes personnes au bon moment. Il a ainsi pu travailler en partenariat avec Marc Kluskens, le discret Flamand qui se cache derrière l’affixe van’t Roosakker. Il a aussi fait confiance à Jérôme Guéry, le cavalier wallon à qui il a confié bon nombre de chevaux. À la clé, un titre de champion de Belgique en 2012 avec Tic Tac du Seigneur, qui s’est ensuite envolé aux États-Unis avant de revenir en Grande-Bretagne chez Ben Maher. Le couple a d’ailleurs participé aux Jeux olympiques de Rio de Janeiro, en 2016. Que l’on parle de Tic Tac comme de Liscalgot, sacrée championne du monde en 2002 avec l’Irlandais Dermott Lennon, Kaprice, qui brille actuellement avec l’Américain Kent Farrington, Bogeno, douzième des JO de Londres en 2012 avec le Brésilien Alvaro de Miranda, de l’étalon Querlybet Hero, excellent sous la selle du Belge Philippe Le Jeune, d’Ayade de Septon, grande gagnante sous la selle de Kevin Staut, ou encore d’Urico, si performant avec le Canado-Américain Mario Deslauriers puis Ben Maher, Luc Henry peut se targuer d’avoir vu passer dans ses écuries des chevaux qui ont écrit de belles pages de l’histoire des sports équestres.

Sans oublier les nombreux top prices obtenus par ces produits ces dernières années dans de grandes ventes aux enchères: Quasibelle du Seigneur (Rubens du Ri d’Asse et Ta Belle van Sombeke) à 150.000 euros, Cascade Heureka Z (Casall et Calgot Verdi) à 105.000 euros, Chacana Hero Z (Chacco-Blue et Panama du Seigneur) à 80.000 euros, Herbel Hero (Heartbreaker et Quasibelle du Seigneur) à 76.000 euros, un produit à naître de Casall et Quasibelle du Seigneur pour 70.000 euros et un embryon congelé de Chacco-Blue et Gattoucha van’t Roosakker pour 30.000 euros.

Parmi les hauts faits de Luc Henry, notons qu’il a été le premier éleveur au monde, en association avec son génial compatriote Joris de Brabander, a avoir élevé et fait approuver dans un stud-book officiel deux étalons nés la même année et issus de la même jument: Querlybet Hero et Quel Hero de Muze, tous deux issus de Narcotique de Muze II. En outre, il a également vendu au haras Zangersheide deux étalons qui sont aujourd’hui parmi les plus populaires d’Europe: Aganix du Seigneur Z et Dourkhan Hero Z. Au début des années 2010, Luc Henry a aussi implanté un second élevage en Irlande. Sur ces terres propices à la croissance des chevaux de sport sont nés les exceptionnelles Attoucha Hero Z, désormais sous la selle de l’Américaine Paris Sellon, et Alana Hero Z ainsi que l’étalon Ganesh Hero Z.

Luc Henry est considéré comme un éleveur atypique, ce qu’illustre une fois encore la vente totale et unique de tout son cheptel, qui débute ce vendredi. Pour autant, ce choix radical est le fruit d’une longue réflexion. Au moment où certains s’accrocheraient à leur succès et ne laisseraient rien partir, je fait le choix inverse. Durant vingt-cinq ans, j’ai eu beaucoup de chance. J’ai pu rencontrer les bonnes personnes et les bons chevaux aux bons moments. Même si la chance ne suffit pas pour réussir dans la vie ou dans l’élevage, elle en fait partie intégrante. En décidant de mettre sur pied cette vente totale et unique, je veux que tout le monde ait la même chance. La chance de peut-être trouver la perle rare.”

Luc Henry avec ses juments.

© Julien Counet



Des souches d’exception

Luc Henry et Dermott Lennon ont entamé leur collaboration autour de la carrière d’élevage de Liscalgot. Aujourd’hui, l’irlandais gagne en Grands Prix avec une petite-fille de son ancienne crack née à l'élevage liégeois.

À travers les quelques quatre-vingt-dix produits proposés à la vente, on retrouve entre autres cinq souches maternelles d’exception: Liscalgot, Usha van’t Roosakker, Baluka Hero, Prima donna van’t Paradijs et Ta Belle van Sombeke. 

Liscalgot. Il est des juments qui marquent l’histoire des sports équestres et Liscalgot en fait partie. Sacrée championne d’Europe par équipes en 2001 à Arnhem, puis championne du monde en 2002 à Jerez de La Frontera avec Dermott Lennon, sans oublier un nombre impressionnant de victoires en Coupes des Nations, cette ISH réunissait toutes les qualités d’une jument d’exception. Ce n’est pas pour rien que Luc Henry a voulu l’intégrer à son élevage. En partenariat avec ses propriétaires irlandais, Luc Henry a très rapidement mise sur la génétique de Liscalgot en effectuant des transferts d’embryons. Quelques années plus tard, le Belge en fait l’acquisition ainsi que de ses produits. Pas moins de quatre filles de la baie sont ainsi arrivées en Belgique au milieu des années 2000. Il ne fait aucun doute pour Luc Henry que celle qui fut une crack en piste avait tout pour être une poulinière de rêve. Le propre frère de Liscalgot, Out of Touch, a performé jusqu’à 1,50m, tout comme trois de ses descendants. Parmi la première génération de produits Liscalgot, citons Calgot Pleasure (For Pleasure), née à l’élevage Hero, qui compte pas moins de onze descendants et qui fait partie de cette vente d’exception. Fille de Liscalgot et Verdi, Calgot Verdi peut elle aussi se targuer d’une belle descendance, dont Cascade Heureka Z (par Casall), top price de la vente de Zangersheide en 2017, adjugée 105.000 euros. Cette lignée a aussi donné trois étalons approuvés: Lord Calgot, Calensky Hero Z et Freeman Heureka Z. 

Usha van’t Roosakker. Usha fait incontestablement partie des souches dont tout le monde rêve d’avoir un produit dans ses écuries. Cette fille de Chin Chin a laissé une telle qualité de produits qu’elle est devenue l’une des lignées les plus convoitées. Ainsi, Electra van’t Roosakker, brillante en CSI 5* avec la Suissesse Janika Sprunger et le Belge Jos Lansink, et Kaprice van’t Roosakker, qui éblouit le public sous la selle de Kent Farrington, sont tous deux issus d’Attoucha van’t Roosakker. Gatoucha van’t Roosakker, sœur d’Electra et tante de Kaprice, sera l’une des stars de cette vente aux enchères. “Elle a une volonté hors norme, rien ne peut l’arrêter. Ses moyens sont illimités et elle montre un respect incroyable. Elle a tout pour elle et je suis sûr qu’elle va devenir l’une des meilleures reproductrices au monde”, prédit Luc Henry. Tout récemment, l’éleveur a appris que sa jument tête d’affiche devait subir une opération d’urgence à la suite d’une blessure. “Gatoucha est sous antibiotiques, mais elle se remet bien. Evidemment, dans ce genre de situation, il serait plus simple de retirer le cheval de la vente… mais il s’agit là d’une vente unique et totale, donc nous avons décidé que Gatoucha restera la n°1 de notre vente. Elle sera évidemment vendue avec un contrat spécial qui garantira à son nouveau propriétaire qu’elle sera livrée une fois que tout sera en ordre et qu’elle pourra assurer sa carrière de poulinière. Cela fait partie de la vie avec les chevaux et nous désirons avant tout faire une vente en totale transparence.”

Baluka Hero. Des juments, Luc Henry en a croisé beaucoup durant sa carrière. Pourtant, lorsque vous citez Baluka Hero (Carthago x Ulika), ses yeux s’illuminent. “C’est ma jument de cœur!”, dit-il. Son pedigree présente un inbreeding sur la souche de Carthago, car sa grand-mère, Fangelika (Consul), est également l’arrière-grand-mère du chef de race Holsteiner, qui s’est forgé un solide palmarès sous la selle de Jos Lansink. Parmi sa descendance, mentionnons A Golden Boy Hero Z (Aganix du Seigneur), étalon approuvé, qui continue d’être poli, tel un diamant, dans les écuries de Jos Lansink. L’autre grande promesse, c’est Tender Dream (Thunder van de Zuuthoeve) qui poursuit son apprentissage sous la selle de Jérôme Guéry. Le Belge avait déjà monté sa mère et l’un de ses frères, Dream Alive Hero (Erco van’t Roosakker) qui s’est distingué à 1,45m. Le champion d’Europe par équipes en titre ne tarit pas d’éloges quant à Baluka. “Elle a énormément de qualités. Elle transmet à ses produits son envie de bien faire et son respect. Nous fondons énormément d’espoirs en Tender Dream Hero et avons encore un très bon fils d’Iron Man qui semble lui aussi prometteur. Le seul problème est que ses produits sont si volontaires qu’ils font envie à beaucoup de gens!”

Prima Donna van’t Paradijs. Prima Donna, qui a évolué jusqu’à 1,40 m sous la selle du Brésilien Pedro Veniss, a produit pas moins de deux chevaux sacrés champions du monde des cinq ans: Subliem van’t Paradijs (Nabab de Rêve) en 2000 et Ultra-Top van’t Paradijs (Heartbreaker) en 2002. Ce dernier a brillé jusqu’en CSI 5* avec le Belge Christophe Vanderhasselt, notamment en finale des Coupes des nations. Ces dernières saisons, c’est Agatha d’Écaussinnes et Venezia d’Écaussinnes (Kashmir van Schuttershof), la crack de Thierry Rozier, qui ont brillé sur la scène internationale. Le couple, récemment retraité, avait d’ailleurs intégré l’équipe de France et en signant un brillant double sans-faute lors de la Coupe des nations de La Baule. “Venezia aime le concours avant tout. Elle pouvait être apathique à la maison, mais une fois au concours, c’était une bombe. Elle a une telle envie et une tête incroyable. Evidemment, elle a des moyens et du respect, ainsi qu’un style particulier, sa première qualité est de toujours vouloir faire plaisir à son cavalier”, loue Thierry Rozier. De cette souche est aussi issue sa nièce, l’excellente Jeunesse (Eldorado van de Zeshoek TN), régulièrement classée à 1,60m avec le Belge Yves Vanderhasselt.

Panama du Seigneur. Panama du Seigneur est une fille de l’incroyable Mic Mac du Dieu Démon, qui s’est illustrée en Grand Prix avec Olivier Desutter. Panama (Darco) a hérité des qualités indéniables de sa mère, dont un respect hors pair. En plus d’avoir performé à haut niveau, elle a produit l’olympique Tic Tac (Clinton), monté par Ben Maher aux Jeux de 2016. Tic Tac a aussi pour frères utérins les étalons Vivaldi et Boyfriend du Seigneur. Panama a rejoint Stud Hero à la fin de sa carrière sportive. Luc Henry s’est associé à son propriétaire pour l’élevage. Ensemble, ils ont fait naître une dizaine de chevaux, dont la plus âgée a quatre ans aujourd’hui. Le premier étalon que Luc Henry choisit pour Panama est Kassander van’t Roosakker, très imprégné du sang du chef de race Holsteiner Capitol I. Leur fille, Kassanah Hero Z, présente un inbreeding sur Heartbreaker, grand-père paternel de Kassander et grand-père maternel de Panama. On trouve également Darco à deux reprises dans son pedigree. Quant à Chacana Hero (Chacco-Blue), elle a déjà affolé les enchères cet automne, emportant un top price de 80.000 euros. Vu ses excellents produits, Panama est sans conteste l’une des meilleures juments de Belgique. À noter que Mic Mac du Dieu Démon a aussi mis au monde Rexar du Houssoit (Ksar Sitte), qui a concouru à 1,60m, ainsi que l’étalon approuvé Groovy Semilly (Diamant de Semilly). 

Ta Belle van Sombeke. La descendance exceptionnelle de Ta Belle van Sombeke suffit à certifier la qualité de cette souche. En plus d’avoir brillé à haut niveau avec Jos Lansink, cette jument a marqué l’histoire des sports équestres par son illustre descendance. Parmi ses produits figurent Glock’s London (ex-Carembar de Muze), double médaillé d’argent des JO de 2012 avec le Néerlandais Gerco Shröder, Golden Hawk (ex-Figo de Muze), finaliste des Coupes des nations avec l’Irlandais Shane Breen, Taran de la Pomme, classé jusqu’à 1,55m avec Kevin Staut, ainsi que Wabelle de Muze et Dabelle, qui ont concouru à 1,50m et plus.  Quasibelle, top price de la vente Z de 2018 à 150.000 euros alors qu’elle était âgée de dix-huit ans, présente aussi une production impressionnante avec pas moins de quatre étalons approuvés, dont Vivald’Ick (par Vivaldi du Seigneur), évoluant à 1,50m, approuvé au studbook Z et constituant l’une des têtes d’affiche de cette vente. Oak Grove’s Heartfelt (ex-Verybelle du Seigneur, Heartbreaker), elle, a concouru à 1,60m sous les selles de l’Allemand Harm Lahde et du Suédois Rolf-Göran Bengtsson, et a déjà engendré six produits ayant évolué à 1,45m ou plus, dont Fais Toi Belle du Seigneur (Baltik Sitte), qui évolue en Grand Prix avec Jérôme Guéry, et Oak Grove’s Americana (ex-Anabelle Hero Z, Aganix du Seigneur), qui suit les traces de sa mère avec Harm Lahde. 

Tender Dream (Thunder van de Zuuthoeve) poursuit son apprentissage avec Jérôme Guéry.

© Julien Counet



Le choix des étalons

Outre les exceptionnelles souches maternelles présentes dans cette vente totale et unique, le choix des étalons n’est pas pour autant anodin pour Luc Henry. “Pour moi, l’âge des étalons n’a pas d’importance, mais je veux avoir le sentiment que ces chevaux ont un talent naturel. Du reste, on peut parfois être surpris avec les mâles plus âgés. Certains chevaux ont accompli une grande carrière grâce à une gestion qui leur convenait… Cependant, pour moi, avoir un talent naturel signifie pouvoir évoluer en Grands Prix avec des cavaliers ayant des capacités normales sans être exceptionnelles. Parmi les jeunes que j’ai utilisés, j’en connaissais la plupart depuis leur plus jeune âge, à l’image d’Aganix du Seigneur, Kassander van’t Roosakker ou Dourkhan Hero Z aujourd’hui. Mon choix ne se porte pas forcément sur des jeunes mais avant tout sur ceux qui ont un vrai talent naturel à l’obstacle.”

Ainsi, Luc Henry s’en va vivre d’autres aventures. C’est pourquoi il a donc décidé de conclure ce chapitre en beauté, par cette vente exceptionnelle. D’ailleurs, en plus des produits à vendre, son nom d’élevage Hero sera aussi proposé et les bénéfices de cette adjudication iront à une cause chère à l’éleveur: l’éducation des enfants en lien avec la nature. Une belle initiative pour un passionné qui se sent reconnaissant pour tout ce que la vie lui a permis d’expérimenter et qui espère, via cette opération commerciale exceptionnelle, que d’autres pourront continuer à profiter de la joie qu’offrent les chevaux et le sport de haut niveau. 

Plus d’infos sur www.studhero.auction

Après avoir acquis Vivald’Ick, Luc Henry a aussi acheté sa mère, Quasibelle du Seigneur, qui n’est autre que la sœur de London, Taran de la Pomme, Golden Hawk et tant d’autres très bons chevaux.

© Peter van de Bulk