Emir du Chanu, un beau champion des sept ans

Seul à réaliser les quatre parcours sans aucune pénalité, Emir du Chanu remporte le championnat des sept ans avec la manière sous la selle de Marie Demonte. Jupiter avec Mathieu Bourdon et Cœur de Prem Z, sous la selle de Julia Dallamano, complètent le podium. Dommage pour Paul Delforge et Energika des Neyes, qui étaient en tête depuis la première étape et font deux fautes sur l’ultime parcours.



Une belle remontée pour Jupiter et Coeur de Prem Z

article-block1

Coeur de Prem Z et Julia Dallamano, troisièmes du championnat

© Marc Verrier

Pour être sur le podium de ce championnat des sept ans, il fallait impérativement être double sans-faute. Trois couples ont réussi la performance de boucler la finale sans aucune pénalité et ils occupent les trois premières places. Pour un point de pénalité en première manche, Thomas Lambert et Jackpot EB (Action Breaker x Corrado I) finissent juste au pied du podium devant Philippe Rozier sur Elfira des Salines (Kannan x Calvaro), auteurs d’une faute en première manche, et Richard Breul avec Easy (Siwing de Triaval x Baloubet du Rouet), qui font tomber un petit chapeau du mur numéro deux, ce qui les prive de la deuxième place.

On ne peut s’empêcher d’être un peu tristes pour Paul Delforge et Energika des Neyes (Quick Star x Totoche du Banney), les leaders après les trois premiers parcours, qui voient le titre s’envoler sur le numéro cinq, puis le podium leur échapper après une deuxième faute sur l’avant-dernier obstacle de ce championnat. Axel van Colen, le cavalier du haras d’Authuit, était le seul à avoir réussi à qualifier trois chevaux pour la finale, tous nés ou appartenant au haras. Il manque un peu de réussite, notamment avec Europe d’Authuit (Kannan x L’Arc de Triomphe), qui faute sur le dernier, ce qui le fait passer de la deuxième à la huitième place. Axel est également neuvième avec Dardare Brimbelles Z (Darco x Président).

Trentième au départ de cette finale, Julia Dallamano aura réussi une magnifique remontée avec deux manches impeccables de sa bonne grise Cœur de Prem Z (Cap Kennedy x Nidor Platière) et monte sur la troisième marche du podium. Elle est devancée par Mathieu Bourdon et le mâle KWPN Jupiter, qui étaient vingt-cinquièmes après les deux premières étapes et terminent vice-champions.

article-block2

Mathieu Bourdon et Jupiter, vice-champions des sept ans

© Marc Verrier



Beaucoup d'émotions pour Yves Langelier et Marie Demonte

Marie Demonte n’aura pas tremblé. Dix-neuvième après la chasse, cinquième à l’issue de la deuxième étape et deuxième avant l’ultime manche, la cavalière de Nouvelle Aquitaine a pu compter sur son magnifique et très prometteur Emir du Chanu qui n’a pas failli et fait un magnifique champion des sept ans. Emir du Chanu est né dans la manche chez Yves Langelier, qui était très ému après ce titre, qu’il voulait dédier à Jacques Bédouin, son beau-frère, disparu récemment après une longue maladie et avec qui il partageait cet affixe du Chanu. Fils du Oldenbourg Air Jordan et de Jadechanu par Papillon Rouge, Emir est un frère utérin d’Oscar du Chanu (Richebourg) ISO 157, de Baladine du Chanu (Kannan) ISO 153, ainsi que du bon étalon Quartz du Chanu (L’Arc de Triomphe), disparu prématurément en laissant une remarquable production. La famille d’Emir du Chanu est une des meilleures du Selle Français, puisqu’il s’agit de la souche de Son Altesse (Vas y Donc), qui a donné une multitude de très grands gagnants, dont les olympiques First de Launay (Laudanum) et Quickly de Kreisker (Diamant de Semilly), ou encore Baladine du Mesnil (Le Plantero).

Marie Demonte croit énormément en Emir du Chanu, qu’elle prépare pour les plus grosses échéances dans quelques années : « Je suis tellement contente, pour moi, c’est le meilleur cheval qui a gagné, il le mérite tellement et je ne lui vois pas de défaut. Emir est un cheval qui appartient à Guy Belooussoff, qui l’a acheté aux ventes Fences à trois ans. De quatre à six ans, c’est Sébastien Tencé qui l’a préparé magnifiquement bien et l’a amené à toutes les finales. Ensuite, à sept ans, il est arrivé dans mes écuries et je le prépare pour le plus haut niveau. C’est un cheval qu’on veut garder jusqu’aux Jeux de Paris, on fonde beaucoup d’espoirs en lui et il nous le rend bien. C’est un cheval souple, intelligent de la barre, courageux et extrêmement respectueux, donc il est vraiment parfait. J’avais gagné les sept ans avec Rhune d’Euskadi, qui est malheureusement disparue trop tôt, donc il y a beaucoup d’émotions, d’autant que je viens de dire adieu à ma jument de tête, Vega de la Roche, qui a été vendue il y a quelques jours. C’était donc une semaine un peu triste pour moi, mais qui se conclut de la plus belle des manières. Une histoire se termine avec Vega et j’espère que c’est maintenant le début d’une autre belle histoire avec Emir. »

C’est tout le mal que l’on souhaite à la souriante et attachante amazone…

Résultats complets, CLIQUER ICI

article-block4

Marie Demonte et Emir du Chanu

© Marc Verrier