Grâce à Arpège du Ru, Abdel Saïd conserve son dû à Wellington

Le Selle Français était de nouveau à l’honneur outre-Atlantique ! Un an après avoir triomphé avec Bandit Savoie, Abdel Saïd, désormais passé sous couleurs belges, a imposé Arpège du Ru. L’ancien Égyptien a réalisé le meilleur des quatre doubles sans-faute et a dominé un podium entièrement acquis à la cause des juments. Ainsi, Orafina, partenaire de l’Américain McLain Ward, et Katanga v/h Dingeshof, montée par le Belge Nicola Philippaerts, ont complété le tiercé gagnant.



Un air de déjà-vu souffle sur Wellington cette saison. Après les doublés 2021-2022 de Bertram Allen, voilà qu’Abdel Saïd, lui aussi, a conservé son titre. Samedi 12 mars, le Belge s’est imposé dans le Grand Prix 5* de la neuvième semaine du Winter Equestrian Festival (WEF), présenté par Douglas Elliman Real Estate. L’an passé, le pilote de trente-trois ans, ancien représentant égyptien, avait imposé le tout bon Bandit Savoie (SF, Qlassic Bois Margot x Alcamera de Moyon), mais, cette année, c’est sa fidèle Arpège du Ru (SF, Apache d’Adriers x Quat’Sous) qui l’a conduit à la victoire. 

Quarante et un couples ont été mis en avant lors de cette épreuve majeure, disputée en nocturne sous les palmiers floridiens. Treize nations se sont affrontées sur le parcours conçu par l’Irlandais Alan Wade. Défendant la bannière américaine, McLain Ward et Contagious (DSP, Contagio x For Keeps), médaillés d’argent par équipe aux Jeux olympiques de Tokyo en 2021, ont donné le ton en ouvrant la compétition par un sans-faute. Onze autres duos les ont rejoint au barrage. Une erreur de communication a laissé le duo avec un score de quatre points et une sixième place finale. 

Premier à signer un double zéro, Abdel Saïd a été propulsé en tête du classement provisoire avec Arpège du Ru. Son temps de 38”58 n’a finalement été battu que par l’Allemand Philipp Weishaupt… sanctionné de quatre points et cinquième. Comme en 2021, le pilote a défilé en tête du tour d’honneur, cette fois sous couleurs belges. “Je suis vraiment ravi de ma jument car toute la saison, elle s'est améliorée”, a déclaré l’heureux lauréat. “Chaque année, nous venons au WEF et je constate que mes chevaux progressent davantage. Je suis ravi que cela se soit concrétisé ce soir. J'aime vraiment être ici. Je ne pense pas qu'il y ait beaucoup de meilleurs endroits dans le monde, surtout en début d'année, pour préparer aussi bien ses chevaux.”

Née chez Christophe Lègue, Arpège, douze ans, a remporté sa dixième et plus belle victoire internationale. Jusqu’alors, l'alezane n’avait jamais décroché de Grand Prix 5* ! “J’ai été piégé par le temps dans le premier Grand Prix 5* que nous avons fait [au WEF]”, a repris le cavalier. “Ce soir, j’ai dit : ‘je ne serai pas trop trop lent’. J’aurais pu être trop rapide et renverser un obstacle, mais le plan depuis le début était de foncer. Je voulais vraiment cette victoire et j’en avais besoin pour toute notre équipe.” Après l’épreuve, Abdel Saïd a reçu un trophée, tout comme sa groom, Julia Elach. 

Kent Farrington et Orafina sont passés tout près d'un doublé.

Kent Farrington et Orafina sont passés tout près d'un doublé.

© Sportfot



Après leur victoire de jeudi, Kent Farrington et Orafina (KWPN, For Fashion x Canturo) se sont offert un nouveau flot grâce à un double sans-faute achevé en 40”42. Associée depuis un peu plus d’un an, la paire surfe sur sa bonne forme. “C’est seulement la deuxième fois qu’Orafina saute une épreuve 5* et je pense que ce résultat est extraordinaire”, s’est exclamé Kent Farrington. “C’est toujours plus agréable de gagner, mais Abdel a obtenu un résultat incroyable, et je pense qu’il était difficile à battre sur n’importe quel cheval. J’aime prendre mon temps pour former de jeunes chevaux talentueux. Je suis particulièrement impatient pour l’avenir [d’Orafina]. Elle a prouvé beaucoup de choses dans cette épreuve. Nous montons tous d’excellents athlètes et c’est unique que les meilleurs cavaliers de ce soir se soient trouvés sur des juments. J’ai eu beaucoup de succès avec de grandes juments parce qu’elles ont du cœur et donnent tout.” 

Nicola Philippaerts a rejoint son compatriote Abdel Saïd sur le podium, en montant sur la troisième marche. Grâce à sa fidèle Katanga v/h Dingeshof (BWP, Cardento x Tornedo), le jeune pilote a enregistré un temps de 41”65. “Ma jument se sent bien en ce moment”, a-t-il commenté. “Elle n’a pas la plus grande amplitude, donc ce n’est pas facile de l’ouvrir dans un barrage, mais j’ai fait de mon mieux. Elle est spéciale parce que d’une certaine manière, elle est toujours capable de donner un peu plus dans les moments où cela compte le plus.”

Les résultats complets ici.