“Mon rêve ultime serait de faire équipe aux Jeux olympiques de Paris avec les garçons que j’entraîne”, Cian O’Connor

Du 19 au 22 mai, Cian O’Connor a fait une virée remarquée au Jumping de Bourg-en-Bresse avec deux chevaux ayant représenté la France aux Jeux olympiques de Tokyo, Urvoso du Roch et Berlux Z, respectivement avec Nicolas Delmotte et Simon Delestre. Ayant bâti l’une des écuries actuelles les plus puissantes, l’Irlandais de quarante-deux ans a répondu aux questions de GRANDPRIX, revenant sur la récente arrivée de C Vier 2 dans son piquet et l’achat de nombreux chevaux de pointe, son partenariat avec la famille Wachman, le nouveau format olympique, les prestigieuses installations de Karlswood, ou encore son ambition de concourir davantage. La première partie de cet entretien est disponible ici.



La première partie de cet entretien est disponible iciContrairement à la plupart des cavaliers de haut niveau, vous concourez relativement peu. Pourquoi ? En réalité j’aimerais bien, mais compte-tenu du développement de Karlswood, j’ai dû faire des choix ces dernières années. Mon épouse Ruth et moi avons acheté notre maison il y a dix ans et je voulais bâtir une écurie. Nous vivons à une vingtaine de minutes de l’aéroport de Dublin et je souhaitais y construire un centre d’excellence. Construire cela a pris du temps et j’ai donc dû choisir entre concourir tous les week-ends ou le commerce de chevaux. J’ai acheté et vendu des chevaux ces sept ...

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Abonnez-vous pour 4,90€ par mois sans engagement
  • Accédez à tous les contenus GRANDPRIX en illimité
  • Soutenez une équipe de journalistes passionnés et une rédaction indépendante
  • Consultez tous les articles du magazine GRANDPRIX où que vous soyez

Nouveau chez GRANDPRIX ? Créez votre compte GRANDPRIX

Mot de passe perdu ? Réinitialiser mon mot de passe