Formateur de jeunes chevaux, métier ou sacerdoce? (1/2)

Longtemps considérée comme le Saint-Graal de tout bon formateur de jeunes chevaux professionnel qui se respecte, l’accession à la Grande Semaine de Fontainebleau cache souvent une montagne de travail de formation, préparation et réglages, pour parfois repartir bredouille. L’énorme investissement consenti à la fois par les cavaliers et les propriétaires en vaut-il vraiment la chandelle ? Existe-t-il un modèle économique qui permette à un cavalier de jeunes chevaux d’être rentable? GRANDPRIX heroes a posé la question à plusieurs d’entre eux et le constat est sans appel.



La sacro-sainte Grande Semaine de Fontainebleau répond-elle encore aux attentes des socio-professionnels? Malgré les réels efforts consentis par la Société hippique française (SHF) afin de faire évoluer le circuit et revaloriser les primes versées aux meilleurs sujets, et bien que la demande en chevaux soit très élevée, le climat régnant parmi les professionnels semble quelque peu à l’inverse du thermomètre de cet été record. Pourtant, lorsque l’on regarde les chiffres du circuit SHF, les indicateurs paraissent retrouver une relative normalité après la pandémie de Covid-19. Comment expliquer alors les propos de certains professionnels qui, sans re...

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX ABONNÉS

Abonnez-vous pour 4,90€ par mois sans engagement
  • Accédez à tous les contenus GRANDPRIX en illimité
  • Soutenez une équipe de journalistes passionnés et une rédaction indépendante
  • Consultez tous les articles du magazine GRANDPRIX où que vous soyez

Nouveau chez GRANDPRIX ? Créez votre compte GRANDPRIX

Mot de passe perdu ? Réinitialiser mon mot de passe