Un nouveau tournant dans la carrière de Vangog du Mas Garnier

Vangog du Mas Garnier vient d’être vendu à France Étalons, qui envisage de donner un nouveau tournant à la carrière de l’étalon. Si le fils de Cornet Obolensky poursuivra sa carrière de compétiteur avec Olivier Robert, il ouvrira également un nouveau chapitre de père.



Mi-octobre, Olivier Robert annonçait la mise en vente de Vangog du Mas Garnier dans un entretien accordé à GRANDPRIX. Depuis, le gris de treize ans qui lui a permis de remporter l’un des Grands Prix 5* du Longines Global Champions Tour de Rome en 2021 a trouvé preneur puisqu’il a été acquis par France Étalons et qu’il partagera désormais son année entre les saillies et le sport, qu’il pratiquera toujours avec son cavalier aquitain.  

“Nous avions fait l’acquisition de Casallo l’an dernier et nous souhaitons acheter un cheval aux performances sportives significatives chaque année”, introduit Denis Hubert, cocréateur de France Étalons avec Michel Guiot. “Vangog nous intéressait compte-tenu de ses réussites sportives et de ses origines maternelles. Son papier est un peu original car il est le fruit du croisement entre Cornet Obolensky (né Windows van het Costersveld, ndlr) et la lignée de Fragance de Chalus (Caprice d’Ifrane, la deuxième mère de Vangog du mas Garnier, est la sœur utérine de Nifrane, qui a donné la prolifique Fragance de Chalus, ndlr). Bien qu’il ait encore de très belles années devant lui, qu’il aille très bien et que le nombre de demandes est énorme, Mylord Carthago vieillit et cela sera en quelque sorte un passage de flambeau. 

Vangog va concourir jusqu’au CSI 5*-W de Bordeaux et sera congelé début février. Il fera ensuite la monte en frais à Saint-Lô car ces chevaux sont très demandés en frais, particulièrement en Normandie. Il pourra ensuite retourner faire du sport et ainsi effectuer des demies saisons. Nous l’avons principalement acheté pour sa carrière d’étalon, mais il poursuivra un peu la compétition, ce qui lui permettra d’avoir un programme sportif un peu allégé. Olivier était content de pouvoir conserver son cheval de cœur. Il devrait aller à Valence ce week-end puis à Oliva pour préparer le CSI 5*-W de Bordeaux. Après sa saison de monte, il devrait pouvoir concourir à nouveau en septembre, le temps qu’il reprenne ses repères sur les barres”, explique également Denis Hubert, vétérinaire, inséminateur, étalonnier et éleveur sous l’affixe Manciais créé par son père Guy

“Pour l’heure, la production de Vangog est confidentielle, mais le peu de poulains que nous avons vus sont très bien. Bien qu’il ne soit pas un étalon très important physiquement, Vangog produit de grands poulains. Il transmet son galop et sa qualité de saut. Son éleveur ainsi que l’un de ses premiers cavaliers Benjamin Bailly ont quelques poulains qui sont vraiment superbes. N’ayant jamais été commercialisé jusqu’alors, sa production se limite à quelques poulains nés chez son éleveur, chez quelques amis de ce dernier et ses anciens cavaliers”, développe également Denis Hubert à propos de la production de Vangog du Mas Garnier.