Janne Friederike Meyer signe une première à La Corogne, et Kevin Staut valide son ticket pour Omaha

Janne Friederike Meyer-Zimmermann a remporté le premier Grand Prix Coupe du monde de sa carrière ce soir à La Corogne, où s’est disputée la septième étape de la ligue d’Europe occidentale. Associée à Messi van’t Ruytershof, lui aussi primé pour la première fois dans cette série intérieure Longines, l’Allemande a gagné un barrage en forme de duel face au Britannique Harry Charles, deuxième sur Casquo Blue. Kevin Staut et Grégory Cottard se sont classés six et huitième avec Cheppetta et Bibici. Le premier a validé son ticket pour la finale d’Omaha.



La semaine dernière, le Grand Prix Coupe du monde de Madrid, sixième étape de la ligue d’Europe occidentale Longines, avait donné lieu à un barrage à quinze couples. Le chef de piste espagnol Javier Trenor Paz avait-il été trop clément? Ce soir, on n’a compté que deux barragistes lors de la septième étape, courue dans le vaste manège du complexe équestre de Casas Novas, non loin de La Corogne. L’Espagnol Santiago Varela Ullastres, chef de piste parmi les brillants et expérimentés au monde, s’est-il montré trop sévère? Difficile à dire, d’autant qu’il a permis à tous les couples de s’exprimer sur son parcours initial de quatorze obstacles et dix-sept efforts, même après avoir fait raboter de trois secondes le temps imparti. Il n’y avait aucun véritable juge de paix sur ce tracé, mais les cavaliers devaient maintenir l’équilibre, la concentration et la tonicité de leur monture.



Seuls le Britannique Harry Charles et l’Allemande Janne Friederike Meyer-Zimmermann sont sortis indemnes de cet exercice stimulant. On saluera les parcours sans faute aux obstacles de l’Autrichien Max Kühner et du Néerlandais Harrie Smolders, sortis de pisteavec un et deux points sur Up Too Jacco Blue et Uricas vd Kattevennen. Deux et troisièmes, les deux hommes comptent désormais vingt-cinq points au classement général de la ligue, comme Simon Delestre, ce qui les place parmi les cavaliers bien engagés sur la route de la finale d’Omaha. Pas moins de quatorze autres paires ont accusé quatre points à l’arrivée, dont le numéro un mondial suédois, Henrik von Eckermann, cinquième sur la jeune Iliana et deuxième de la ligue derrière… Kevin Staut, sixième aujourd’hui avec Cheppetta, qui a renversé la palanque du vertical 7, tout comme Grégory Cottard et Bibici, huitièmes. Bien qu’il ait inscrit des points lors des trois étapes qu’il a disputées, le Francilien, vingt-septième avec dix-sept unités, va devoir accélérer s’il souhaite se qualifier pour sa deuxième finale consécutive.



Pour Roger-Yves Bost, pénalisé de quatre points lui aussi avec Ballerine du Vilpion, sur le vertical 4a placé à l’entrée du triple, le besoin est encore plus grand dans la mesure où le compteur du Barbizonnais est toujours vierge. Il n’est pas la seule star dans ce cas, puisque l’Allemand Christian Ahlmann, le Britannique John Whitaker, l’Italien Lorenzo de Luca et l’Espagnol Sergio Álvarez Moya sont dans le même cas. C’est à peine mieux pour l’Espagnol Eduardo Álvarez Aznar, qui n’a inscrit que deux points en quatre étapes, et le Britannique Scott Brash, quatre points en deux tentatives. Pour la France, c’est donc tout bon pour Kevin et quasiment pour Julien Épaillard, lauréat des étapes de Lyon et Madrid, bien engagé pour Simon et à la portée de Grégory. Pénélope Leprevost compte treize points, mais n’a pas fait de la finale son objectif. Julien Anquetin en a sept et Olivier Perreau, un.



Harry Charles qualifié pour la finale d’Omaha

Pour en revenir à La Corogne, le barrage a donc pris la forme d’un duel entre Harry Charles et Janne Friederike Meyer. Parti le premier, le jeune Britannique, victorieux de l’épreuve majeure de vendredi et deuxième de celle d’hier avec Billabong du Roumois, n’a pas tout tenté, mais tout de même produit un parcours rapide associé à Casquo Blue, partenaire du Suédois Douglas Lindelöw jusqu’à l’édition 2021 de ce CSI 5*-W galicien. Le fils de Peter Charles, champion olympique qui l’a conseillé jusqu’à son entrée en piste, a laissé une petite brèche dans laquelle Janne Meyer s’est engouffrée sans se poser de question. En selle sur Messi van’t Ruytershof, son crack puissant, véloce et bien né, l’Allemande a bouclé son affaire dans un chronomètre trente-cinq centièmes de seconde plus rapide que celui de son rival. Une première pour Messi, dix ans et déjà victorieux cette année du Grand Prix CSI 4* de Hagen et de la Coupe des nations du CSIO 5* d’Aix-la-Chapelle, mais aussi pour Janne, lauréate du Grand Prix d’Aix, championne du monde et d’Europe par équipes, tout cela avec l’inoubliable Lambrasco, mais encore jamais gagnante en Coupe du monde. C’est chose faite. Concernant la finale, contrairement à Harry, il ne lui manque qu’une poignée de points.



La semaine prochaine, la Coupe du monde fait relâche pour laisser place à la célébration du CHI de Genève, plus beau et prestigieux concours indoor au monde. Avant de refermer le livre de l’an 2022, la série Longines passera par Londres et Malines.

Les résultats
Le classement de la ligue d’Europe occidentale de la Coupe du monde Longines

Tous les parcours des CSI de Casas Novas sont à revoir sur ClipMyHorse.tv

Revivez le barrage du couple vainqueur